Tain-l'Hermitage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tain (homonymie).
Tain-l'Hermitage
Vue générale de la ville et des vignobles.
Vue générale de la ville et des vignobles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Tain-l'Hermitage (chef-lieu)
Intercommunalité Arche Agglo
Maire
Mandat
Gilbert Bouchet
2014-2020
Code postal 26600
Code commune 26347
Démographie
Gentilé Tainois ou Tinois
Population
municipale
6 005 hab. (2014)
Densité 1 238 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 18″ nord, 4° 50′ 35″ est
Altitude 125 m (min. : 115 m) (max. : 280 m)
Superficie 4,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Tain-l'Hermitage

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Tain-l'Hermitage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tain-l'Hermitage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tain-l'Hermitage
Liens
Site web http://www.ville-tain.fr

Tain-l'Hermitage est une commune française située dans le département de la Drôme et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont appelés les Tainois ou Tinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Tain-l'Hermitage est située sur la rive gauche du fleuve Rhône et fait face à Tournon-sur-Rhône qui se trouve sur l'autre rive dans l'Ardèche. La commune de Tain-l'Hermitage est chef-lieu de canton. Elle est située à 20 kilomètres au nord de Valence, préfecture de la Drôme et se trouve à environ 80 kilomètres au sud de Lyon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Jean-de-Muzols Crozes-Hermitage
Gervans
Larnage
Chantemerle-les-Blés
Rose des vents
Tournon-sur-Rhône N Mercurol
O    Tain-l'Hermitage    E
S
Mauves Pont-de-l'Isère Beaumont-Monteux

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par l'autoroute A7 par l'échangeur 13 situé sur la commune limitrophe de Mercurol. Elle est également traversée par la route nationale 7, ainsi que par les routes départementales 95N (vers Tournon-sur-Rhône), 532 (vers Romans-sur-Isère).

La commune possède une gare sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles. Elle est desservie par des TER Rhône-Alpes reliant Lyon à Valence, voire Marseille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tain au XIXe siècle illustrée par Victor Cassien (1808 - 1893).
  • Le nom ancien de la ville est Tegna, probablement gaulois. La première cité avait pour centre l'actuelle place du 8 mai 1945, juste au nord de l'église paroissiale. Elle se trouvait sur le parcours de la via Agrippa qui remontait la vallée du Rhône jusqu'à Vienne. Le monument le plus ancien est le Taurobole, un autel romain daté de 184 de notre ère. Il se trouvait à l'origine près de la chapelle Saint-Christophe, offert en l'honneur de Cybèle pour la conservation de l'empereur Commode. On pense qu'il y avait à l'emplacement même de cette chapelle, sise au sommet de la colline de l'Hermitage, un temple romain plus ancien dédié à Hercule.

La chapelle chrétienne est nommée dans un texte d'archives de 1100. Elle appartenait à un prieuré rattaché à Saint-André-le-Bas de Vienne.

  • Fief des Dauphins, possession des Tournon au XIIe siècle.
  • Le chevalier Sterimberg, rentrant de la croisade contre les Cathares, se retira dans un ermitage sur la colline, d'où le qualificatif, adjoint au nom de la commune en 1920, et le nom du terroir vinicole AOC.
  • Mariage du dauphin Charles (Charles V) avec Jeanne de Bourbon en 1350.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29.

À la suite de l'élection municipale de 2014, le conseil municipal est composé de 8 adjoints et de 20 conseillers municipaux[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville de Tain-l'Hermitage.
Passerelle Marc-Seguin.
Chapelle de Larnage à Tain.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 6 005 habitants, en augmentation de 2,07 % par rapport à 2009 (Drôme : 3,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 432 1 410 1 494 1 853 2 340 2 338 2 459 2 541 2 647
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 726 2 782 2 822 3 100 2 860 2 893 3 038 3 085 2 928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 148 3 227 3 062 2 938 3 213 3 427 3 748 3 913 4 044
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
5 077 5 377 5 563 5 387 5 003 5 503 5 764 5 822 6 005
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Carte géologique de Tain-l'Hermitage.
  • Administration : la ville accueille un centre médical (Établissement Médical de La Teppe) qui a été fondé il y a 150 ans et continue à ce jour d'accueillir des personnes épileptiques. Une clinique psychothérapique (La Cerisaie) s'y trouve également. Un lycée hôtelier est aussi installé dans la commune.
  • Agriculture : la Drôme étant un des premiers départements français producteurs de fruits, le canton de Tain tire profits de ces cultures notamment les pêches, abricots et cerises. Un énorme groupement d'intérêt économique (GIE) fruitier est implanté à Tain. L'autre principale source de revenu de la ville est liée à l'activité vinicole, puisque la commune et le canton sont très réputés pour les vins AOC produits sur leurs sols (Hermitage, Crozes-Hermitage). Cette réputation est notamment due au site de Tain-l'Hermitage perché sur un dôme granitique. Le substratum du coteau de l'Hermitage est ainsi de nature granitique, mais il s'enfonce vite sous des terrains plus récents : lœss (limons plus ou moins calcaires déposés par les vents), terrasses d'alluvions quaternaires plus ou moins calcaires du Rhône, cailloutis pliocènes formés de cailloux alpins plus ou moins roulés[6]. De même, dans cette zone viticole sont produits des vins IGP (indication géographique protégée) comme: les Collines Rhodaniennes, les Comtés Rhodaniens...Et bien sûr les fameux AOC côtes du Rhône[7]. La châtaigne d'Ardèche est protégée par une AOC depuis le [8]. Cette AOC concerne la châtaigne fraîche et sèche, les brises de châtaignes sèches, la farine, la purée et les châtaignes entières épluchées. Son terroir couvre 108 communes de l'Ardèche, 7 du Gard et 2 de la Drôme[9] Gervans et Tain-l'Hermitage.
  • Agroalimentaire : Valrhona Une chocolaterie de grande renommée ainsi qu'une usine de découpage de viande.
  • Gastronomie : La dernière usine de fours à bois traditionnels (Le Panyol) qui existe en France. Ancienne briqueterie. Date de création 1840. le site est labelisé EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant)
  • Tourisme : La commune ayant une entrée/sortie sur l'autoroute A7 (numéro 13) à son nom, nombreux sont les touristes transitoires à faire une halte repos dans cette ville au climat ensoleillé et un peu venté. De plus la construction récente (1997) d'un port sur le Rhône permet d'accueillir de gros bateaux de croisières très fréquentés par les étrangers.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de l’Assomption à Tain l'Hermitage
L'église Notre-Dame.
  • Taurobole : autel taurobolique en centre-ville où au temps de l'occupation romaine les taureaux étaient sacrifiés en l'honneur de la déesse Cybèle. L’original, placé en lieu sûr, a été remplacé par une copie.
  • Pont Marc-Seguin : premier grand pont suspendu au monde (détruit depuis).
  • Passerelle Marc-Seguin.
  • Chapelle Hermitage (chapelle Saint-Christophe) : chapelle perchée en haut de la colline Hermitage, et où selon la légende un ermite a vécu.
    Vue depuis la chapelle Hermitage.
  • L'église Notre-Dame de l’Assomption[10] de la paroisse Saint Vincent (saint Vincent étant le saint patron des viticulteurs).
  • Vestiges d'enceinte au sud-est de l'église avec la Tour des Adrets (rue de la Bâtie).
  • Grenier à sel (XVIe siècle).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Films tournés à Tain-l'Hermitage[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

  • En 2014, la commune de Tain-l'Hermitage bénéficie du label « ville fleurie » avec « 3 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[11] depuis 2008.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice de La Sizeranne est né à Tain-l'Hermitage le 30 juillet 1857. Devenu aveugle à neuf ans à la suite d’un accident de jeu, il étudie à l’Institut national des jeunes aveugles (INJA). Il se consacre ensuite entièrement à la cause des aveugles. Il met au point le braille abrégé français. En 1889, il crée l’Association Valentin Haüy pour le bien des aveugles et en est le secrétaire général jusqu’à sa mort en 1924. Une rue de la ville porte son nom.
  • Albert Périlhou compositeur, pianiste et organiste se retira à Tain-l’Hermitage en 1914 jusqu'à sa mort en 1936.
  • Paul Durand, maire de la ville pendant de longues années, était une personnalité très importante pour cette commune (construction du pont Gustave-Toursier avec Tournon, jumelage avec Fellbach…). Une avenue à son nom a été inaugurée « l'avenue du Dr Paul-Durand » plus connue sous le nom d'avenue de la Gare.
  • Émile Friol, coureur cycliste, marchand de cycle, place de l’Eglise à Tain-l'Hermitage. Il sera notamment 5 fois champion de France de vitesse, 2 fois champion d’Europe de vitesse et 2 fois champion du monde de vitesse (1907 et 1910). Il décède en 1916 à Dury d'un accident de moto.
  • Gustave Toursier, organisateur du centenaire du pont Marc-Seguin en 1926, créateur de l'UGR en 1927, à l'origine de la foire aux vins de Tain Tournon. Le pont enjambant le Rhône entre Tain et Tournon a été baptisé pont Gustave-Toursier.

Héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Tain-l'Hermitage Blason De gueules, au dauphin d'or crêté, barbé, loré, peautré et oreillé d'azur, au chef cousu du même chargé d'une étoile d'argent accostée de deux grappes de raisin tigées et feuillées de deux pièces d'or.
Devise 
À bon taing, bon vin.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 26600 TAIN L'HERMITAGE », sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 12 mars 2015)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. (en) Marc Millon, Kim Millon, The wine roads of France, Grafton, , p. 87.
  7. Placido Llorca, « Tain-l'Hermitage, commune viticole », sur Vin-Vigne, (consulté le 30 avril 2012)
  8. Castagnades d'automne en Ardèche
  9. Décret no 2010-1290 du 27 octobre 2010 relatif à l'appellation d'origine contrôlée Châtaigne d'Ardèche entérinant la décision de l'INAO
  10. Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage - Fiche d'identité de Tain l'Hermitage
  11. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]