Taha Hussein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Taha Hussein
TahaHussein.jpg

Taha Hussein

Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
linguiste, historien, traducteur, écrivain, critique littéraire +
Employeur
Distinction
Œuvres réputées
L'Avenir de la culture en Égypte (d) +

Taha Hussain (en arabe طه حسين) est un universitaire, romancier, essayiste et critique littéraire égyptien né le 14 novembre 1889 et mort le 28 octobre 1973. Surnommé le doyen de la littérature arabe, il est un des plus importants penseurs arabes du XXe siècle. Il fut aveugle tout au long de sa vie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au sein d'une famille pauvre dans un village de la Moyenne-Égypte en 1889, il est le septième d'une fratrie de treize enfants. Il perd la vue à l'âge de trois ans, des suites d'une conjonctivite mal soignée. Cette rencontre précoce avec les méfaits de la pauvreté et de l'ignorance le marquera pour la vie. Il apprend le Coran par cœur, devenant un hafiz, puis quitte son village pour le Caire où il fait ses études à l'université religieuse d'al-Azhar. Puis, il suit les cours de la nouvellement créée Université Fouad Ie. Il bénéficie ensuite d'une bourse d'État pour poursuivre ses études à Paris, où il arrive en 1914, et y soutient une thèse de doctorat sur Ibn Khaldoun à la Sorbonne en 1919. Il y rencontre sa future épouse Suzanne Bresseau (1895-1989), qui l'aida à apprendre le français, et joua un rôle important dans sa carrière comme dans sa vie. Ils ont eu deux enfants, Amina et Moenis.

Quand il revient de France en 1919, il travaille comme professeur d'histoire de l'Antiquité jusqu'en 1925, mais dès son retour en Égypte, il s'est appliqué à moderniser l'enseignement supérieur et à dynamiser la vie culturelle du pays. Il a également été professeur de littérature arabe à la faculté des lettres du Caire, doyen de cette faculté 1930, premier recteur de l'université d'Alexandrie, créée par lui en 1942, contrôleur général de la culture, conseiller technique, sous-secrétaire d'État au ministère de l'Instruction Publique, puis finalement ministre de l’Éducation Nationale. Une volonté extraordinaire et une grande rigueur permettent à ce jeune aveugle, issu d'un milieu modeste et paysan, une ascension sociale impressionnante.

Sur le plan littéraire, il commence comme de nombreux écrivains de la Nahda, par des travaux de traduction (dont les tragédies de Sophocle). Son œuvre principale, Al-Ayyâm (littéralement Les Jours, traduite en français sous les titres Le Livre des jours pour les deux premiers tomes puis La traversée intérieure pour le dernier), est une autobiographie à la troisième personne. Le premier tome décrit la vie dans le village de son enfance, au bord du Nil. Il y décrit l'apprentissage précoce de la solitude dont a souffert ce jeune aveugle. Le deuxième tome s'attache à la narration de ses années d'étudiant au Caire, notamment à l'Université Al-Azhar. Le dernier tome se déroule entre Le Caire, Paris et Montpellier, et décrit ses années d'études en France sur fond de Première Guerre mondiale, la vie parisienne, la découverte de l'amour, la guerre, ses difficultés... Dans ce livre, simplicité, lyrisme, et même humour, tissent le style de Taha Hussein. Là encore, la critique lucide et acérée de Taha Hussein n'épargnera pas même Al-Azhar, qui faisait pourtant figure de vénérable institution. Ce fut son livre de critique littéraire sur la poésie pré-islamique (« De la poésie pré-islamique ») de 1926 que lui a valu une certaine notoriété dans le monde arabe. Dans ce livre, il a exprimé ses doutes sur l'authenticité de la poésie arabe antique, affirmant qu'elle avait été falsifiée pendant les temps anciens en raison de fierté tribale et des rivalités entre les tribus. Il a également laissé entendre indirectement que le Coran ne doit pas être considéré comme une source objective de l'histoire. Par conséquent, le livre a suscité une colère intense et l'hostilité des érudits religieux à El Azhar et parmi bien d'autres traditionalistes, et il a été accusé d'avoir insulté l'Islam. Cependant, le procureur a déclaré que ce que Taha Hussein avait dit était l'opinion d'un chercheur universitaire et aucune action en justice n'a été engagée contre lui, bien qu'il ait perdu son poste à l'Université du Caire en 1931. Son livre a été interdit mais a été republié l' année suivante avec de légères modifications sous le titre « Sur la littérature pré-islamique » (1927).

Il a marqué plusieurs générations d’intellectuels du monde arabe en poussant la modernisation de la littérature arabe, notamment à travers celle de la langue arabe : les phrases avec lui (peut-être du fait qu'il n'écrit pas ses livres mais les dicte à sa fille, à qui il dédie d'ailleurs Al-Ayyâm) acquièrent une plus grande souplesse, le vocabulaire est simple et abordable.

Notons aussi la nouveauté que peut représenter pour le roman arabe l'écriture autobiographique comme un outil de libération (André Gide, dira à ce propos dans sa préface à la version française des deux premiers tomes  : « C'est là ce qui rend ce récit si attachant, en dépit de ces lassantes lenteurs; une âme qui souffre, qui veut vivre et se débat. Et l'on doute si, des ténèbres qui l'oppressent, celles de l'ignorance et de la sottise ne sont pas plus épaisses encore et redoutables et mortelles que celles de la cécité. »). Ses écrits sont traduits en plusieurs langues.

Il fut membre du Comité d'honneur du Centre culturel international de Royaumont.

Il est le grand-père paternel d'Amina Taha-Hussein Okada (également arrière-petite-fille, par sa mère, du poète Ahmed Chawqi), conservatrice en chef de la section indienne du Musée national des arts asiatiques - Guimet de Paris[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De la littérature préislamique, 1927[2]
  • En été, 1932
  • L'appel du courlis [Du'â' al-Karawân], 1934
  • Adib ou L'aventure occidentale [Adîb], 1935
  • L'avenir de la culture en Egypte, 1938[3]
  • Dans la prison d'Aboul-Ala [Ma'a 'abî l-'alâ' fî sijni-hi], 1940
  • L'amour perdu, 1942
  • Les deux cheikhs, 1943
  • L'arbre de la misère [Shajarat al-Bu's], 1944
    • Édition française : tr. Gaston Wiet, Le Caire, Dar Al-Maaref, 1964
  • Le livre des jours [Al-ayyâm], tr. Jean Lecerf et Gaston Wiet, préf. André Gide, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », 1947
    • Rééditions : Gallimard, coll. « Du monde entier », 1974 ; Gallimard, coll. « L'Imaginaire », no 126, 1984
  • La grande épreuve. 'Uthmân, tr. Anouar Louca et Jacques Jomier, préf. Louis Gardet, Paris, Vrin, 1974
  • Au-delà du Nil, éd. Jacques Berque, Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », 1977 (ISBN 9782070297290)
    • Réédition : Paris, Gallimard, coll. « Connaissance de l'Orient », format poche, 1990 (ISBN 9782070719518)
  • La traversée intérieure, tr. Guy Rocheblave, préf. Étiemble, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1992
    Seconde moitié de l'autobiographie commencée avec Le livre des jours.

Étude[modifier | modifier le code]

  • Bruno Ronfard, Taha Hussein : Les cultures en dialogue, DDB

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche d'Amina Okada sur Babelio » (consulté le 12 décembre 2014)
  2. Le Coran: sortir du cercle
  3. Henry Laurens, Le rêve méditerranéen, CNRS éditions

Liens externes[modifier | modifier le code]