Tagada Jones

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Flagada Jones.
Tagada Jones
Description de cette image, également commentée ci-après

Photo de presse de Tagada Jones, en 2014.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Crossover thrash, digital hardcore, punk hardcore
Années actives Depuis 1993
Labels At(h)ome, Enragé Production
Influences Parabellum, Les Sheriff, The Exploited, The Ramones, Bad Religion, Suicidal Tendencies, Bérurier Noir
Site officiel www.tagadajones.com
Composition du groupe
Membres Niko
Stef
Waner
Job
Anciens membres David
Seb
Benoît
Pascal
Pepel
Gus
Boiboi

Tagada Jones est un groupe de punk français, originaire de Rennes, en Bretagne. Le style musical du groupe est entre autres teinté de heavy metal et d'électro. Il est actuellement composé de Niko au chant et guitare, Waner (Right 4 Life, Kickback, Nevrotic Explosion) à la basse, Stef à la guitare, Job (Right 4 Life, Tromatized Youth, Nevrotic Explosion) à la batterie et compte 1 800 concerts et 24 pays traversés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tagada Jones en concert au Fahreinheit.

Tagada Jones s'est formé en 1993 à Rennes, en Bretagne[1]. Le groupe est à l'origine composé de Niko (chant et guitare), Pascal (guitare), Pepel (basse), et Benoît (batterie). En 1995, Tagada Jones publie son premier album/EP éponyme, Tagada Jones, dans la veine punk rock[1]. Deux ans plus tard, en 1997, ils publient un deuxième EP, intitulé À Grands coups de bombes. En 1998, le groupe publie son premier album studio, intitulé Plus de bruit, puis en 1999 un album très brutal influencé punk hardcore, intitulé Virus, il est à jour le moins commercial et plus indépendant. Aucun de cette période n'apparait sur les plateformes musicales.

En 2000, Tagada Jones effectue un split avec le groupe Mass Murderers. L'année suivante, en 2001, ils publient leur troisième album studio, Manipulé, puis partent en tournée en soutien à l'album, notamment à La Boule Noire à Paris le 22 octobre avec Grimskunk et Black Bomb A[2]. La tournée est enregistrée et publiée la même année sous format DVD intitulé Manipulé Tour. En 2003, Taga Jones publie son quatrième album studio, intitulé L'Envers du décor, qui comprend un total de 13 chansons, dont la version dub de la chanson S.O.S.[3]. En 2004 ils sortent leur compilation The Worst of Tagada Jones qui comprend « les pires chansons » de Tagada Jones.

En 2005, ils publient le DVD L’envers du Tour qui comprend h 30 d'images, dont h 30 de concert au VIP de Saint-Nazaire[4]. En 2006, trois ans après la sortie de L'Envers du décor, le groupe publie son cinquième album studio, intitulé Le Feu aux poudres, vendu à 11 000 exemplaires[5]. En 2007 le groupe compte un total de 850 concerts, 19 pays visités, cinq albums, deux EP, 40 compilations, et 50 000 exemplaires vendus[6]. En septembre 2008 sort leur sixième album, Les Compteurs à zéro, toujours chez Enragé Production[7],[8].

Tagada Jones sort son septième album, Descente aux enfers, le 26 septembre 2011, encore une fois chez Enragé Production, cette fois dans un registre plus axé punk metal[9]. Le 12 novembre 2013, Tagada Jones publie un DVD live de 16 titres, intitulé 20 ans d'ombre et de lumière, au label At(h)ome[10]. Le huitième album studio, Dissident est publié en 2014.

Le , Tagada Jones publie son neuvième album, La Peste et le Choléra au label At(h)ome[11]. D'après le site critique musicodrome.com, le titre « évoque la situation actuelle au proche orient, résumant en un choix cornélien la situation des nombreux habitants fuyant leurs patries en guerre pour atterrir dans une Europe hostile. Entre la peste et le choléra, seuls « choix » donc laissés à ceux que l’on catalogue quotidiennement comme « migrants », Tagada Jones a choisi la révolte[11]. »

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Citant Parabellum, Les Sheriff, The Exploited, The Ramones, Bad Religion, Suicidal Tendencies et Bérurier Noir comme influences. Underground et alternatif, Tagada Jones assimile au fur et à mesure des courants musicaux divers comme le metal, l'électro, le punk rock le punk hardcore ou le dub[1].

Tagada Jones construit son univers sur des textes réalistes, chantés en français, qui prônent le respect, la liberté ou l’écologie, et critiquent la mondialisation, les manipulations, le « capitalisme sauvage », le fanatisme ou encore le sexisme et l’intolérance.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Manipulé Tour 2001(DVD)
  • 2005 : L'Envers du tour (DVD + album live)
  • 2013 : 20 ans d'ombre et de lumière (DVD + album live)
  • 2015 : Live Dissident Tour (album live)

EP[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Tagada Jones (album/EP)
  • 1997 : À Grands coups de bombes

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Zéro de conduite (single 3 titres)
  • 2015 : Je suis démocratie (single 2 titres)

Autres[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Mortelle rébellion "les premiers pas" (cassette)
  • 1999 : CD 4 titres
  • 2000 : Split avec Mass Murderers
  • 2004 : The Worst of Tagada Jones (compilation)
  • 2007 : 6.6.6 (CD sorti à l'occasion du 1000e concert, 6 reprises, 6 inédits, 6 remixes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Groupes - Tagada Jones », sur metalorgie.com (consulté le 10 avril 2017).
  2. « Grimskunk + Tagada Jones + Black Bomb A », sur Thrashocore, (consulté le 10 avril 2017).
  3. « Chronique - Tagada Jones - L'envers du décor », sur Thrashocore (consulté le 10 avril 2017).
  4. Erwan Le Nagard, « Tagada Jones – L’envers du Tour », sur vacarm.net, (consulté le 10 avril 2017).
  5. « Chronique - Tagada Jones - Le Feu Aux Poudres », sur Thrashocore (consulté le 10 avril 2017).
  6. Erwan Le Nagard, « Tagada Jones – Le Feu Aux Poudres », sur vacarm.net, (consulté le 10 avril 2017).
  7. « Tagada Jones « Les compteurs à zéro » (2008) », sur vacarm.net, (consulté le 10 avril 2017).
  8. « Chronique - Tagada Jones - Les Compteurs A Zéro », sur Thrashocore (consulté le 10 avril 2017).
  9. « Tagada Jones « Descente aux enfers » (2011) », sur lemusicodrome.com, (consulté le 10 avril 2017).
  10. « TAGADA JONES (FRA) - 20 Ans d'Ombre & de Lumière (2013) », sur metal-impact.com (consulté le 10 avril 2017).
  11. a et b « Tagada Jones « La peste et le choléra », un album dans un contexte (2017) », sur lemusicodrome.com, (consulté le 10 avril 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :