Tachykinine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la biochimie image illustrant la médecine image illustrant les neurosciences
Cet article est une ébauche concernant la biochimie, la médecine et les neurosciences.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les tachykinines sont une grande famille de neuropeptides, découverts chez les amphibiens et les mammifères.
La famille des tachykinines est caractérisée par une séquence Carboxyl terminale commune : Phe-X-Gly-Leu-Met-NH2 où le "X" est soit un hydrocarbure aromatique soit un acide aminé aliphatique (non aromatique).

Neurotransmetteurs[modifier | modifier le code]

  • substance P,
  • neurokinine A (NKA) (substance K, neurokinine alpha, neuromédine L),
  • neurokinine B (NKB) (neurokinine bêta, neuromédine K),
  • hémokinine 1 (HK1) : tachykinine hématopoïétique qui régule l’hématopoïèse des cellules B[1].

Récepteurs[modifier | modifier le code]

Il existe trois classes de récepteurs spécifiques connus chez les mammifères : récepteurs NK1, NK2 et NK3. Ils font tous partie de la famille des récepteurs couplés aux protéines G et induisent l'activation de la phospholipase C, produisant à la fois l'inositol trisphosphate et le diacylglycérol (DAG) par clivage du Phosphatidylinositol di-phosphate (PIP2).

Les récepteurs NK1, NK2 et NK3 se lient respectivement à la substance P, la neurokinine A et la neurokinine B, de façon spécifique.

En médecine[modifier | modifier le code]

Un antiémétique, antagoniste des récepteurs NK1 de la substance P, (Dénomination commune internationale : aprépitant) est commercialisé dans la prévention des nausées-vomissements dus aux chimiothérapies émétisantes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zhang Y. et al. Nature Immunology 2000 ; 1 : 392-397

Liens externes[modifier | modifier le code]