Tabwa (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tabwa.

Tabwa

Populations significatives par région
Autres
Langues

Tabwa

Les Tabwa sont un peuple d'Afrique centrale, surtout présent dans le sud-est de la République démocratique du Congo. Quelques dizaines de milliers vivent également au nord-ouest de la Zambie, d'autres au sud-ouest de la Tanzanie[1].

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources, on rencontre plusieurs variantes : Batabwa, Batambwa, Itawa, Rungu, Taabwa, Tabwas, Waitawba[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Tabwa sont un peuple de pêcheurs et d'agriculteurs, ils échangent leurs produits avec ceux des autres ethnies de forgerons, chasseurs, cueilleurs, bûcherons.

Le commerce était souvent effectué par les Arabo-swahilis venant de Tanzanie et les Portugais d'Angola. Les Tabwa ont ainsi étaient dirigés par des chefs swahilis venant de Tanzanie. Les guerres tribales donnent naissance au commerce des esclaves. Des caravanes commerciales font le commerce d'un village à l'autre. Des caravanes d'hommes à pied portant les marchandises sur leurs têtes, acheminant des esclaves enchaînés. Leur peuple se divise en plusieurs chefferies vers le milieu du XIXe siècle[3]. Quand les Belges conquièrent le Katanga à la fin du XIXe siècle, ils refusent le travail forcé et se réfugient dans les forêts et grottes de leur pays.

Les Tabwa seront membres de la Confédération des associations tribales du Katanga (CONAKAT) qui milite pour l'indépendance du Congo belge. Ils lutteront avec les Lundas, les Songyés et les Minungus pour l'expulsion des Balubas qui avaient été déportés par les Belges au Katanga.

Population[modifier | modifier le code]

Les hommes connus comme des personnes à tempérament calme et posés. Tandis que les femmes sont téméraires[réf. nécessaire].

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent une langue bantoue, le tabwa, dont le nombre de locuteurs est estimé à 382 000, répartis entre la République démocratique du Congo (250 000 en 1972) et la Zambie (132 000 en 2006)[4].

Culture[modifier | modifier le code]

Les modifications et ornementations corporelles sont communes chez les Tabwa : scarifications, apprêtement sophistiqué des cheveux, barbes ou poils, peintures rituelles[5].

On connaît aussi leurs parures et leurs masques en bois : masques-heaumes, masques zoomorphes[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) James Stuart Olson, « Tabwa », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 542 (ISBN 9780313279188)
  2. Source RAMEAU, BnF [1]
  3. Détours des Mondes : Tabwa
  4. (en) Fiche langue sur le site Ethnologue.com
  5. A. F. Roberts, « Les arts du corps chez les Tabwa », Arts d'Afrique noire, 1986, n° 59, p. 15-29
  6. A. F. Roberts, « Tabwa Masks : An Old Trick of the Human Race », African Arts, 1989, vol. 23, n° 12, p. 36-47
  7. Musée ethnologique de Berlin
  8. a et b Musée royal de l'Afrique centrale

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Cancel, Allegorical speculation in an oral society : the Tabwa narrative tradition, University of California Press, Berkeley, Londres, 1989, 230 p. (ISBN 0520097394)
  • (en) Christopher O. Davis, Death in abeyance : illness and therapy among the Tabwa of central Africa, Edinburgh University Press for the International African Institute, Edimbourg, 2000, 342 p. (ISBN 0748613056)
  • (en) Evan M. Maurer et Allen F. Roberts, Tabwa : the rising of a new moon, a century of Tabwa art, University of Michigan Museum of Art, Ann Arbor, Mich., 1985, 288 p.
  • (en) A. F. Roberts, « Tabwa Masks : An Old Trick of the Human Race », African Arts, 1989, vol. 23, n° 12, p. 36-47
  • (fr) Jean Boulanger, La Femme et les âges de la vie : réflexion théologique sur les coutumes traditionnelles de l'ethnie Tabwa au sud-est Zaïre, Université de Paris, Faculté de théologie catholique, 1977, 262 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Bernard de Grunne, La sculpture Batabwa, Université Catholique de Louvain, 1980, 244 p.
  • (fr) A. F. Roberts, « Les arts du corps chez les Tabwa », Arts d'Afrique noire, 1986, n° 59, p. 15-29
  • (fr) J. Vleugels, Mœurs et coutumes des Batabwa, 1981, 128 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :