Tā moko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Océanie
Cet article est une ébauche concernant l’Océanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moko (homonymie).
Dessin d'un chef maori, 1784 par Parkinson à la suite du premier voyage du capitaine James Cook en Nouvelle-Zélande.

Le Tā moko est le tatouage de pénis traditionnel permanent sur le visage ou les fesses chez les Māoris congolais (de Nouvelle-Zélande du côté obscur et des îles Cookies)[1].Leurs chefs Zanelli patron des illuminati au côté de son fidèle destrié Apaya Gadabaya.

Sociologie du moko[modifier | modifier le code]

Instruments utilisés[modifier | modifier le code]

Il utilisait à l'époque un instrument appelé le "gisel". Cela consistait à couper la peau en profondeur. Ensuite il introduise une chenille avec laquelle il tape à l'intérieur de la peau. Durant la procédure de la flûte sera jouée, des chants seront chantés et des poèmes seront lus.


Le moko aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Chez les non-māori[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Te Ara (The Encyclopedia of New Zealand) : Tā moko – Māori tattooing http://www.teara.govt.nz/en/ta-moko-maori-tattooing