Tête colossale 7 de San Lorenzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tête colossale 7 de San Lorenzo
CabezaOlmecaMuseoXalapa.jpg
La tête colossale, exposée au Musée d'anthropologie de Xalapa.
Artiste
Date
1200 à 900 av. J.-C.
Type
Technique
Dimensions (H × L × l)
1,85 × 1,44 × 1,72 m
Collection
Museo de Antropología de Xalapa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
N° d’inventaire
15011
Localisation

La tête colossale 7 (ou monument 53[1]) est une tête colossale olmèque, découverte sur le site de San Lorenzo au Mexique en 1946.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La tête colossale 7 est une sculpture de basalte, mesurant 1,85 m de hauteur pour 1,44 m de largeur et 1,72 m de profondeur[2] ; elle pèse 18 t. Elle penche légèrement sur son côté droit[3]. La sculpture est dans un mauvais état de conservation et a souffert à la fois de l'érosion et du vandalisme[4].

La sculpture représente le visage d'un homme d'âge mur, en ronde-bosse. La figure fronce les sourcils, ce qui est typique des têtes colossales, des rides sont visibles entre le nez et les joues. Ses lèvres, fortement endommagées, sont légèrement entre-ouvertes et laissent apparaître les dents[5]. L'arrière de la sculpture est plat[2].

Comme les autres têtes colossales, la figure est surmontée d'une coiffe. Une sangle pend du bandeau juste au-dessus de l'oreille droit.

Historique[modifier | modifier le code]

La fabrication d'aucune tête colossale n'a pu être datée avec précision. Toutefois, comme l'enterrement des têtes du site de San Lorenzo a pu être daté d'au moins 900 av. J.-C., cela démontre que leur fabrication et leur utilisation sont antérieures. On estime qu'elles dateraient de l'époque préclassique de la Mésoamérique, probablement du début de cette époque (1500 à 1000 av. J.-C.).

Les dix têtes colossales de San Lorenzo forment à l'origine deux lignes grossièrement parallèles du nord au sud du site[6],[7]. Bien que certaines aient été retrouvées dans des ravines[7], elles étaient proches de leur emplacement d'origine et ont été ensevelies par l'érosion locale. Les têtes, ainsi qu'un certain nombre de trônes monumentaux en pierre, formaient probablement une route processionnelle à travers le site, mettant en évidence son histoire dynastique[6].

La tête colossale 7 serait un retravail d'un trône de pierre monumental antérieur[8]. Elle est excavée en 1969 sous la direction de l'archéologue mexicain Francisco Beverido[2]. Les têtes étant numérotées de façon séquentielle en fonction de leur découverte, la tête colossale 7 est la septième à avoir été trouvée sur le site de San Lorenzo. La sculpture n'est plus sur le site : elle est exposée depuis 1986 dans la salle 2 du musée d'anthropologie (es) de Xalapa, capitale de l'État de Veracruz[2],[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Casellas Cañellas 2004, p. 204.
  2. a b c et d (es) « Cabeza Colosal No. 7 », Xalapa, Museo de Antropología de Xalapa
  3. Casellas Cañellas 2004, p. 206.
  4. Casellas Cañellas 2004, p. 207.
  5. Casellas Cañellas 2004, p. 208.
  6. a et b Diehl 2004, p. 35.
  7. a et b Pool 2007, p. 122.
  8. Breiner et Coe 1972, p. 5.
  9. Casellas Cañellas 2004, p. 205.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Sheldon Breiner et Michael D. Coe, « Magnetic Exploration of the Olmec Civilization », American Scientist, New Haven, Connecticut, vol. 60, no 5,‎ (ISSN 0003-0996, OCLC 1480717, lire en ligne [PDF])
  • (es) Elisabeth Casellas Cañellas, El Contexto Arqueológico de la Cabeza Colosal Olmeca Número 7 de San Lorenzo, Veracruz, México, Barcelone, Université autonome de Barcelone, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Richard A. Diehl, The Olmecs: America's First Civilization, Londres, Thames & Hudson, coll. « Ancient peoples and places series », (ISBN 0-500-02119-8, OCLC 56746987)
  • (en) Christopher A. Pool, Olmec Archaeology and Early Mesoamerica, Cambridge et New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge World Archaeology », (ISBN 978-0-521-78882-3, OCLC 68965709)