Tête colossale 6 de San Lorenzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tête colossale 6 de San Lorenzo
20041229-Olmec Head (Museo Nacional de Antropología).jpg
La tête colossale, exposée au Musée national d'anthropologie de Mexico.
Artiste
Date
1200 à 900 av. J.-C.
Type
Technique
Dimensions (H × L × l)
2,34 × 1,83 × 1,26 m
Localisation

La tête colossale 6 (ou monument 17[1]) est une tête colossale olmèque, découverte sur le site de San Lorenzo au Mexique en 1946.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La tête colossale 6 est une sculpture de basalte, mesurant 2,34 m de hauteur pour 1,83 m de largeur et 1,26 m de profondeur[2] ; elle pèse entre 8 et 10 t.

La sculpture représente le visage d'un homme d'âge mur, en ronde-bosse. La figure fronce les sourcils, ce qui est typique des têtes colossales, ses paupières sont ridées, ses joues tombantes et son nez possède des plis profonds de chaque côté. La figure est légèrement asymétrique, peut-être à cause d'erreurs lors de l'exécution du monument[3].

Comme les autres têtes colossales, la figure est surmontée d'une coiffe complexe. Son bandeau est divisé en quatre bandes et débute au-dessus de l'oreille droite, s'étendant autour de la totalité de la tête. Une sangle descend de chaque côté de la tête jusqu'aux oreilles. Les bijoux d'oreille sont complexe et plus grand à l'avant qu'à l'arrière.

Historique[modifier | modifier le code]

La fabrication d'aucune tête colossale n'a pu être datée avec précision. Toutefois, comme l'enterrement des têtes du site de San Lorenzo a pu être daté d'au moins 900 av. J.-C., cela démontre que leur fabrication et leur utilisation sont antérieures. On estime qu'elles dateraient de l'époque préclassique de la Mésoamérique, probablement du début de cette époque (1500 à 1000 av. J.-C.).

Les dix têtes colossales de San Lorenzo forment à l'origine deux lignes grossièrement parallèles du nord au sud du site[4],[5]. Bien que certaines aient été retrouvées dans des ravines[5], elles étaient proches de leur emplacement d'origine et ont été ensevelies par l'érosion locale. Les têtes, ainsi qu'un certain nombre de trônes monumentaux en pierre, formaient probablement une route processionnelle à travers le site, mettant en évidence son histoire dynastique[4].

Les têtes étant numérotées de façon séquentielle en fonction de leur découverte, la tête colossale 6 est la sixième à avoir été trouvée sur le site de San Lorenzo. La sculpture n'est plus sur ce site : elle est exposée au Musée national d'anthropologie de Mexico, capitale du Mexique, avec la tête colossale 2[2],[6].

La sculpture est exposée une fois aux États-Unis : en 1970, elle est prêtée au Metropolitan Museum of Art de New York[7],[8].

Une réplique en résine de la tête colossale 6, offerte par le mexique à la Belgique, est exposée au musée du Cinquantenaire à Bruxelles[9].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Casellas Cañellas 2004, p. 201.
  2. a et b (es) « Cabeza Colosal 6 », Mexico, Musée national d'anthropologie
  3. Casellas Cañellas 2004, p. 202–203.
  4. a et b Diehl 2004, p. 35.
  5. a et b Pool 2007, p. 122.
  6. Casellas Cañellas 2004, p. 184.
  7. (en) Kenneth Baker, « Behold the new de Young. Now take a look inside », San Francisco, SFGate,
  8. (en) Jesse Hamlin, « Big 'Olmec' show coming to de Young Museum », San Francisco Chronicle,
  9. « Amérique précolombienne », Bruxelles, Musées Royaux d'Art et d'Histoire

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Elisabeth Casellas Cañellas, El Contexto Arqueológico de la Cabeza Colosal Olmeca Número 7 de San Lorenzo, Veracruz, México, Barcelone, Université autonome de Barcelone, (lire en ligne [PDF])
  • (en) Richard A. Diehl, The Olmecs: America's First Civilization, Londres, Thames & Hudson, coll. « Ancient peoples and places series », (ISBN 0-500-02119-8, OCLC 56746987)
  • (en) Christopher A. Pool, Olmec Archaeology and Early Mesoamerica, Cambridge et New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge World Archaeology », (ISBN 978-0-521-78882-3, OCLC 68965709)