Télétactica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Télétactica
Genre Série d'animation
Création

Albert Champeaux
Jean-Paul Blondeau

Réalisateur Olivier Champeaux
Production Antenne2
FAC télévision
Musique Jo Akepsimas
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Antenne 2
Nb. d'épisodes 130
Durée 5 minutes
Diff. originale

Télétactica est une série télévisée d'animation française en 130 épisodes de 5 minutes, créée par Albert Champeaux et Jean-Paul Blondeau, réalisée par Olivier Champeaux et diffusée à partir du 11 septembre 1982 sur Antenne 2 dans l'émission Récré A2.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le spectateur devait aider des créatures vertes dans leur voyage galactique.

Tactimor et Téline voyagent dans le temps à bord de l'Orion. Ils sont secondés par les « Verts », quatre petits personnages qui ont chacun une tâche différente (le Mécanicien, le Navigateur, l'Archéo et l'Avertisseur).

L'équipage de l'Orion est à la recherche des « mémoires volées » qui contiennent le savoir. Il voyage dans le temps pour récupérer des informations. Cette partie des scénarios permettait de donner des informations historiques sur certaines époques.

Le pirate Crodogang, accompagné de son robot Minor, essaie, à bord de son vaisseau spatial, de s'emparer des mémoires. Il est aidé par les « Malfaisants », cousins noirs des « Verts ».

Distribution des voix[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

  • Le générique était interprété par Julie Bataille.
  • Il s'agit d'une des premières émissions interactives : le spectateur devait coller des formes géométriques achetées préalablement chez les marchands de journaux ou découpées dans des sacs en plastique sur la télévision (grâce à l'électricité statique) , à certains moments afin de figurer un objet utile à l'action.
  • La réalisation assez économique faisait appel à la technique du « Transflex » qui permettait d'incruster des personnages sur des dessins (le trucage vidéo n'existait pas). Il s'agissait d'une projection via un système de miroirs à 45 ° qui se trouvaient parfaitement alignés devant l'objectif de la caméra (16 mm image par image). L'écran, qui se trouvait derrière le plateau qui supportait les personnages, renvoyait 100 % de la lumière qu'il recevait. Les décors étaient ainsi projetés dans l'axe de l'objectif, annulant, dans le principe, toutes les ombres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]