Téléport de Rambouillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Defaut.svg

Le téléport de Rambouillet est une station terrestre de télécommunications par satellite située en France, sur les communes d'Auneau-Bleury-Saint-Symphorien et de Prunay-en-Yvelines, à 10 km au sud de Rambouillet. Appartenant historiquement à France Télécom, il est racheté en 2004 par Eutelsat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, le site est utilisé pour communiquer par radio avec des sous-marins[1]. Il sera ensuite choisi en 1966 par les PTT pour héberger un centre de transmissions télégraphiques[2],[3].

C'est en 1983 que la première antenne satellite y est installée. En 2004, France Télécom vend le téléport à Eutelsat[2].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Le site de l'ANFR, situé en face du téléport.

Le téléport se situe sur le lieu-dit la Grande Touche, à cheval sur les communes de Auneau-Bleury-Saint-Symphorien (Saint-Symphorien-le-Château avant 2012, Bleury-Saint-Symphorien de 2012 à 2015) et de Prunay-en-Yvelines (Prunay-sous-Ablis avant 1979)[1], les départements de l'Eure-et-Loir et des Yvelines, les régions Île-de-France et Centre-Val de Loire, mais aussi aux confins des régions naturelles de la Beauce et du Hurepoix[4].

Selon Eutelsat, sa situation est loin d'être hasardeuse : situé à environ 200 m d'altitude[5], sur un plateau surélevé sans obstacles naturels, il se trouve par ailleurs au cœur d'un « parapluie de protection » où aucune source de brouillage proche ne perturbe l'environnement électromagnétique[2].

Il se trouve voisin d'un centre de radiogoniométrie occupé par l'Agence nationale des fréquences (ANFR)[2].

Activités[modifier | modifier le code]

En 2012, le site héberge un champ de 200 antennes sur 10 ha, et contrôle 28 des satellites d'Eutelsat[5]. Il ne comptait que 35 antennes lors de son rachat en 2004. La plus imposante, héritée de l'opérateur historique, mesure 18 m de diamètre, mais a été arrêtée en 2010[6],[1].

En 2014, 95 salariés de 14 nationalités y travaillent[3].

Ses principales fonctions sont la diffusion télévisuelle, au service de satellites diffusant quelque 4500 chaînes de télévision à plus de 200 millions de spectateurs, mais aussi l'octroi de capacité de retransmission aux journalistes de chaînes sur le terrain[5]. Il fait également partie des dix stations de sol (dont deux de secours) qui alimentent KA-SAT[1].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Alimenté par les deux réseaux électriques d'Eure-et-Loir et des Yvelines, il est sauvegardé par trois générateurs auxiliaires[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Romain Heuillard, « Comment fonctionne Internet par satellite ? Un téléport en images », sur Clubic, (consulté le 18 septembre 2015)
  2. a b c d et e François Le Gall, « À la découverte du téléport Eutelsat de Rambouillet », sur Ariase, (consulté le 18 septembre 2015)
  3. a et b « Un des leaders mondiaux de la télécommunication », sur Le Parisien, (consulté le 18 septembre 2015)
  4. « Le village », sur Mairie de Saint-Symphorien-le-Château (consulté le 18 septembre 2015)
  5. a b et c Jean-Gabriel Bontinck, « Prunay prêt à diffuser les JO », sur Le Parisien, (consulté le 18 septembre 2015)
  6. Jacques Joannopoulos, « Eutelsat poursuit sa conquête des étoiles », sur L'Écho républicain, (consulté le 18 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]