Téléphore fauve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rhagonycha fulva

Le Téléphore fauve (Rhagonycha fulva), est un coléoptère de la famille des Cantharidae.

Historique et dénomination[modifier | modifier le code]

L'espèce Rhagonycha fulva a été décrite par le naturaliste italien Giovanni Antonio Scopoli en 1763. Rhagas signifie fente et onux, griffe : "avec des griffes fendues" ; fulva signifie fauve.
Têle vient de loin et phorein de porter : "répandu partout"[1].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Cantharis fulva
  • Telephorus bimaculatus DeGeer, 1774
  • Cicindela maculata Fourcroy, 1785
  • Telephorus melanurus Olivier, 1790
  • Rhagonycha terminalis Redtenbacher, 1849
  • Rhagonycha cailloli Chobaut, 1914
  • Rhagonycha curtithorax Pic, 1920

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Rhagonycha fulva var. delahoni Schilsky, 1908
  • Rhagonycha fulva var. inapicalis Fiori, 1914
  • Rhagonycha fulva var. usta (Gemminger, 1870)

Description[modifier | modifier le code]

Le Téléphore fauve est un coléoptère roux avec des antennes, des yeux et le bout des élytres noirs. Les tarses sont larges et foncés. Il mesure 7 à 10 mm de long.

Distribution[modifier | modifier le code]

C'est une espèce très commune en Europe et en Anatolie, visible de mai à juillet. R. fulva a été introduit en Amérique du Nord et est bien établi en Colombie-Britannique, Québec et Ontario[2]. On peut par conséquent le considérer comme une espèce invasive en Amérique du Nord.

Habitat[modifier | modifier le code]

R. fulva se rencontre à la lisière des bois, dans les jardins et les prairies. On peut observer de nombreux adultes - souvent en train de s'accoupler - sur les apiacées (ombellifères) le long des chemins pendant l'été. Espèce présente en grand nombre dans les vergers de pêchers sur les fruits.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Pollen et petits insectes. Ils visitent souvent les fleurs, bien que carnivores car ils se nourrissent probablement d'autres espèces floricoles[3].

Cet insecte est très sensible aux traitements chimiques sur grandes cultures. Les broyages de branches constituent pour cet insecte un excellent milieu de reproduction et un refuge hivernal. Lorsque la nourriture floricole vient à manquer, il devient alors carnivore et n'hésite pas à consommer nombre de larves, notamment celles des doryphores de la pomme de terre. A protéger absolument[4].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

La femelle pond ses œufs à la surface du sol. Les larves, velues, habitent à terre et se nourrissent d'escargots et de petits insectes. Elles hivernent à terre, sous les pierres ou les feuilles mortes. La nymphose a lieu au printemps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La hulotte no 84, p. 15, 1er semestre 2004
  2. [Bug Guide http://bugguide.net/node/view/89507]
  3. Michael Chinery, Insectes d'Europe en couleurs, Bordas, , 486 p. (ISBN 978-2040-12575-2), p. 342
  4. (de) Steinbachs Naturführer, Dr. Helgard Reichholf-Riehm, Insekten, München, Gunter Steinbach, , 287 p. (ISBN 3-570-01187-9), p. 127

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]