Téléphone mobile basique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un exemple de téléphone mobile basique

Un téléphone mobile basique est un téléphone mobile limité à des fonctions de base, essentiellement les appels téléphoniques et l’envoi et la réception de SMS[1] et la gestion d’un répertoire. Peuvent s’y ajouter des fonctions multimédia[2] (photographie notamment).

Un téléphone mobile basique est également appelé téléphone mobile classique, téléphone mobile simple ou encore téléphone portable basique, téléphone portable classique, téléphone portable simple[3].

En Belgique francophone et dans la République démocratique du Congo, on utilise le terme « GSM basique », tout comme en Nouvelle-Calédonie. En Suisse romande, on parle couramment de Natel basique. Au Canada francophone, le terme cellulaire basique est utilisé.

Contrairement aux smartphones (appelés « téléphones intelligents » au Canada), il ne comporte pas d'application mobile[4], et les plus basiques des téléphones mobiles basiques ne comportent pas de caméra frontale.

Positionnement respectif des téléphones mobiles basiques et des smartphones[modifier | modifier le code]

Dans la plupart des pays développés, la proportion des smartphones est désormais supérieure à celle des téléphones mobiles basiques, mais il n’en va pas de même pour les pays émergents[5]. Au Québec par exemple, le taux de personnes détenant un téléphone mobile de base est passé de 64 % à 37 % entre 2010 et 2014, tandis que le taux d'équipement en téléphones intelligents et tablettes numériques s'accroissait[4]. Ce déclin est tel que le téléphone mobile de base était cité en 2014 comme un exemple-type des produits en phase de déclin dans un livre de marketing, par opposition au smartphone[6].

Dotés de moins de fonctions, les téléphones mobiles basiques sont en général moins chers que les smartphones. Par exemple le Bic Phone V6 d'Orange s'est vendu à 24,90 [Quand ?].

Dans les pays développés, c’est la recherche de la simplicité qui prévaut dans le choix d’un téléphone mobile basique par rapport à un smartphone. Dans les pays émergents, ce sont plutôt les considérations économiques qui jouent ainsi que, dans certains cas, l’absence de réseaux permettant de tirer pleinement parti d’un smartphone.

À partir de 2019, la vente des smartphones a baissé dans le monde pour la 1ère fois depuis 10 ans. La part de marché des téléphones basiques, passant de 400 millions d’unités en 2019, a quasiment doublé en 2020, avec 735 millions de ventes dans le monde. Les raisons d'un tel engouement, des utilisateurs qui cherchent à se déconnecter de l'addiction numérique (nomophobie) (réseaux sociaux, sollicitation permanente des push...) et une autonomie de batterie bien plus longue que les smartphones.

Par opposition au terme smartphone, de l'anglais « téléphone intelligent», le téléphone mobile basique peut également être désigné par les termes « téléphone idiot » (en anglais dumbphone). Malgré la concurrence du smartphone, la vente des téléphones mobiles basiques a augmenté de 5% en 2017, par rapport à l'année 2016. Environ 450 millions de modèles ont été vendus[7].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Il existe une grande variété de téléphones mobiles basiques, se différenciant en fonction de leurs caractéristiques techniques :

  • téléphonie : présence d’une ou deux cartes SIM ;
  • type de clavier : physique ou tactile ;
  • taille de l’écran (de 1,8 à 5,5 pouces) ;
  • fonction photographie :
    • présence ou non d’un appareil photo dorsal,
    • définition de l’appareil photo (de 0,1 à 13 mégapixels),
    • présence ou non d’un appareil photo frontal ;
  • système d'exploitation ;
  • présence de fonctions destinées à certains publics :
    • touche d’appel d’urgence ;
    • compatibilité avec appareils auditifs ;
  • etc.

Exemples[modifier | modifier le code]

À titre d’exemples de téléphones mobiles basiques de base disponibles ou distribués en France, peuvent être cités :

  • le Nokia 6303i classic, clavier physique, sans appareil photo ;
  • le Wiko Lubi 4, écran 1,8 pouce, clavier alpha-numérique, système d'exploitation propriétaire (feature phone), appareil photo dorsal 0,3 Mpx, pas d'appareil photo frontal ;
  • l'Orange Bic Phone V6 , avec un clavier physique et un appareil photo frontal de 0,1 mégapixels.
  • le SFR Selection F1 ;
  • le Wiko Riff 2, écran de 2,4 pouces.

À titre d’exemples de téléphones mobiles basiques bas de gamme, peuvent être cités :

  • le Bouygues Bc 311 ;
  • le Samsung Xcover 550. Un mobile tout terrain. Clavier physique, écran 2,4 pouces, appareil photo 3 mégapixels (sans possibilité de selfies). Mais, par contre : une lampe torche incorporée, un cran d'attache, antichoc et étanche. Environ 80 [8] ;
  • l'Orange Dive 7, avec un appareil principal de 8 mégapixels et une camera frontale de 5 mégapixels qui permet de faire des selfies : 121 .

À titre d’exemple de téléphones mobiles basiques milieu de gamme, peuvent être cités :

  • le ZTE Blade V7 Lite, un capteur de 13 mégapixel à l'arrière, une web de 5 mégapixels à l'avant.
  • le Bouygues Bs 471 ;
  • l'Orange Neva ;
  • le SFR Staractive.

À titre d'exemples de téléphones mobiles basiques spécialisés, peuvent être cités deux modèles particulièrement adaptés aux séniors :

  • le PhoneEasy 508 de Doro[9] ;
  • le PhoneEasy 612 de Doro[10].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pew Research Center Smartphone Ownership Update: September 2012
  2. Comparatif Que Choisir décembre 2013
  3. « Téléphone mobile » et « téléphone portable » sont des expressions similaires. Pour le qualificatif complémentaire, selon les sources, on trouve « basique » (article vipress.net juin 2016), « de base » (Daniel Forgues et al., « Construction 2..0 - Guide des technologies mobiles », , p. 13, « classique » (baromètre du numérique 2015), « simple » (journal du net 2013 critères de choix). Dans certains textes on retrouve à la fois « basique » et classique (article iPhone.fr)
  4. a et b Daniel Forgues et al., « Construction 2..0 - Guide des technologies mobiles », , p. 13.
  5. Pew Research Center Global divide on smartphone ownership février 2016
  6. Jacques Orsoni et Jean-Pierre Helfer, Marketing, Vuibert, , 492 p. (ISBN 978-2-311-40121-9 et 2311401211, lire en ligne).
  7. « Le marché du « téléphone idiot » défie celui du smartphone - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  8. Description du Samsung Xcover 550 sur fnac.com
  9. Description du PhoneEasy 508 de Doro sur www.facilavi.com
  10. Description du PhoneEasy 612 de Doro sur www.facilavi.com