Système sol-air moyenne portée/terrestre (SAMP/T) - Mamba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Module radar du SAMP/T.

Le système sol-air moyenne portée/terrestre (SAMP/T) - Mamba[1] est un programme destiné à assurer la défense terrestre de zone. Il permet de se défendre contre des menaces aériennes conventionnelles comme des avions ou des missiles de croisière. C’est de plus le seul système de défense européen doté d’une capacité antibalistique[2].

Structure[modifier | modifier le code]

Module de lancement terrestre du SAMP/T déployé.
SAMP-T dans la configuration transport

Le système SAMP/T est constitué des sous-systèmes suivants[3] :

  • le sous-système conduite de tir, fourni par Thales Air Systems comprenant le module radar qui permet la détection et la poursuite des cibles (il est constitué notamment du radar Arabel en bande X et d’un système Identification friend or foe), le module de génération électrique, le module d’engagement (comprenant des ordinateurs Mara et des consoles d'opérateur Magies), un module de maintenance et de réparation et un module de rechargement de missiles[4]. La conduite de tir a une portée de 60 km, le radar a la même portée, mais il peut la porter à 120 km en concentrant ses faisceaux dans la direction d’une cible signalée via liaison 16 par un radar externe, par exemple celui d'un avion AWACS[5]. La version italienne comprend un module de commandement.
  • le sous-système de lancement terrestre, fourni par MBDA Italie avec en 2011, quatre modules de lancement terrestre pour la France, six modules pour l’Italie, qui comportent chacun huit munitions.
  • le missile Aster 30 Block 1, fournie par MBDA France.

Dans le cadre de la défense antiaérienne (avions, missiles de croisière subsoniques et supersoniques, drones…) le système a une portée jusqu’à 50 km voire 100 km pour les avions non manœuvrant. La qualification a été franchie fin 2008, à la suite de la réussite des sept tirs d’essai[6].

Dans le cadre de la défense antimissile, le SAMP/T est le premier système européen disposant de cette capacité, il constitue la contribution franco-italienne à la première capacité du système de défense antimissile de l'OTAN. Sa portée est d’une dizaine de kilomètres. Le premier jalon de la qualification, une cible Black Sparrow de type « missile balistique de théâtre de courte portée », a été franchi le au centre DGA Essais de missiles à Biscarrosse. Le , il détruit pour la première fois un engin cible Black Sparrow[7]. Le troisième test a lieu le et a reçu le Technology Pioneer Award de l'agence américaine pour la défense antimissile en [8],[9]. Depuis 2009, quatre escadrons de défense sol-air de l'Armée de l'Air sont équipés de SAMP/T[10].

Le , la Direction Générale de l'Armement notifie le contrat de modernisation à Eurosam[11]. Les systèmes français et italiens doivent être modernisés à partir de 2023 pour être compatibles avec des missiles Aster 30 block 1 NT[12].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Armée française[modifier | modifier le code]

L’armée de l'air française utilise les systèmes SAMP/T pour succéder aux Hawk et aux Crotale pour ses missions anti aériennes, et appelle ces systèmes les « Mamba » (pour Moyen de défense Anti-Missile Balistique et Aérobie, et également pour poursuivre la tradition des noms de serpent données à ces systèmes)[13].

En 2009, il était prévu que l'armée de l'air en équipera ses cinq escadrons de défense sol-air (EDSA) aux bases aériennes de Luxeuil, Mont-de-Marsan, Avord, Saint-Dizier et Istres. Chaque escadron de 130 hommes reçoit deux « systèmes » SAMP/T, qui forment chacun une section de tir. L'escadron sera ainsi composé d'un centre de coordination, de deux sections de tir et de lancement (STL) et d'une section de soutien. L'armée de l'air s'est engagée à pouvoir fournir en permanence 40 % de ses moyens - soit deux escadrons - à l'armée de terre pour protéger un éventuel déploiement à l'extérieur. Il faut 40 rotations de C-130 pour un seul escadron[14].

Alors qu’il était prévu douze systèmes et 575 munitions, la commande actualisée après la loi de programmation militaire de 2013 se porte à dix systèmes, et 200 munitions Aster 30 ; le premier système a été livré en 2007 et le dernier en [15] et le nombre d'EDSA est alors de 4. En 2018, 8 unités sont en service[16]par paires aux bases aériennes de Mont-de-Marsan, Avord, Saint-Dizier et Istres[17].

La France déploie le système SAMP/T sur son territoire dans le cadre de la protection de grands évènements comme les commémorations du débarquement de Normandie, le G20, le salon du Bourget ou le défilé du [18],[19],[20].

Armée italienne[modifier | modifier le code]

L’armée de terre italienne a commandé six systèmes[21].

Autres[modifier | modifier le code]

L’Aster 30 a été commandé par Singapour en 2013, pour un système de défense sol-air incluant notamment le radar américain AN/FPS-117 et le radar Giraffe AMB (en) suédois, et en remplacement des missiles MIM-23 Hawk[22] en service depuis les années 1980. Les premiers SAMP/T ont été livrés en 2018. Pour ce marché ils sont montés sur des châssis de camions Rheinmetall MAN Military Vehicles 8x8 TG-series. Le ministère de la défense singapourien n'a pas donné plus de détails sur cette acquisition[23]. En , le ministère de la défense singapourien annonce le déploiement opérationnel de son SAMP/T dans le cadre de réseaux de défense anti-aérienne/anti-missile[24]. Le SAMP/T est intégré au système Island Air Defence (IAD) qui couvre l'ensemble de Singapour et relie toutes les armes et tous les capteurs de défense aérienne entre eux, y compris les chasseurs, les systèmes sol-air et les radars[25],[26]. Le SAMP/T est présenté pour la première fois au public, le , lors de la fête nationale du pays[27].

Le SAMP/T a été proposé à la Pologne, qui a choisi le Patriot en [28]. Le coût du contrat a soulevé plusieurs polémiques selon des médias français[29],[30].

Le en Suisse, le DDPS a publié les exigences auxquelles doivent satisfaire les nouveaux moyens de protection contre les menaces aériennes dans le cadre du programme Air 2030. Le SAMP/T est concurrent des systèmes sol-air David’s Sling de Rafael et Patriot de Raytheon. Ces exigences ont donné lieu à une demande d'information complète qui a été envoyée aux différents concurrents[31]. Finalement, à la suite du retrait de Rafael de la compétition, les deux systèmes de missile sol-air testés sont le Patriot, du 19 au , et le SAMP/T, du 16 au à Menzingen ZG[32]. Le 30 juin 2021, la Suisse choisit le Patriot utilisés par 18 nations dont 7 en Europe. Il s'est distingué du SAMP/T dans les quatre critères principaux, parfois de manière significative, pour un coût global inférieur[33].

Pays utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de Singapour Singapour

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministères des armées, « SYSTÈME SOL-AIR MOYENNE PORTÉE/TERRESTRE (SAMP/T) – MAMBA », Infographie,‎ (lire en ligne [PDF])
  2. Sénat 2011, p. 200.
  3. Sénat 2011, p. 201.
  4. (fr + de) Kümmerling Pascal, « Air2030 : Eurosam SAMP/T », Revue Militaire Suisse,‎ (lire en ligne [PDF])
  5. Jean-Dominique Merchet, « Dans l'armée de l'air, Mamba va pouvoir mordre (actualisé-3) », sur secretdefense.blogs.liberation.fr, (consulté le ).
  6. Sénat 2011, p. 200-205.
  7. Jean-Dominique Merchet, « Israël aide la France à tester ses armes antimissiles (actualisé) », sur www.marianne.net/blogsecretdefense, (consulté le ).
  8. Guillaume Steuer, « Antimissile : le SAMP/T a encore frappé », sur Air et Cosmos, (consulté le ).
  9. Johana Pelletier, Véronique Cham-Meilhac et Luc Dini, « La Défense aérienne et antimissile integrée », La Lettre AAAF, no 16,‎
  10. « Le système de défense aérienne franco-italien SAMP/T distingué », sur Zone Militaire, (consulté le )
  11. « Défense antimissiles : la France modernise son système SAMP/T », sur La Tribune (consulté le )
  12. Helen Chachaty, « La France lance la modernisation du SAMP/T »,
  13. « JT no 2 d'Eurosatory 2014 », .
  14. Jean-Dominique Merchet, « La nouvelle défense sol-air dévoilée par DSI », sur secretdefense.blogs.liberation.fr (consulté le )
  15. « Projet de loi de finances pour 2016 - Mission Défense - Programme 146 - Équipement des forces », sur www.performance-publique.budget.gouv.fr.
  16. « Chiffres clés 2018 », sur ministère de la Défense, (consulté le ).
  17. « La défense sol-air en évolution », sur https://www.ttu.fr/, (consulté le ).
  18. « Chasseurs, défense aérienne... Comment l’armée de l’air sécurise le salon du Bourget », sur Challenges (consulté le )
  19. « [Vidéo] Comment l’Armée de l’Air protège le Salon du Bourget - L'Usine Aéro », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Alain Barluet et Alain Barluet, « Une «bulle» de protection aérienne installée sur les Champs-Élysées », sur Le Figaro.fr, (consulté le )
  21. « Customers, Italy », sur www.eurosam.com (consulté le ).
  22. Guillaume Steuer, « Singapour commande l'Aster 30 de MBDA », sur www.air-cosmos.com, .
  23. « Update: Singapore reveals first images of Aster 30 SAM system, confirms delivery | Jane's 360 », sur www.janes.com (consulté le )
  24. « Singapore Deploys MBDA’s Aster 30 Air-Defense Missile », sur www.defense-aerospace.com (consulté le )
  25. (en-US) Prashanth Parameswaran, « What’s in Singapore’s New Air Defense System? », sur thediplomat.com (consulté le )
  26. (en-US) Mike Yeo, « Singapore confirms delivery of Aster 30 missile with video post », sur Defense News, (consulté le )
  27. (en) hermes, « NDP 2019: Show of strength », sur The Straits Times, (consulté le )
  28. Michel Cabirol, « Pologne : Airbus Helicopters rit, MBDA/Thales pleurent », sur www.latribune.fr,
  29. « Le système américain de défense aérienne Patriot PAC-3 est trop cher pour la Pologne », sur Zone Militaire, (consulté le )
  30. « Défense de l'Europe : des Patriot américains pour la Pologne », sur La Tribune (consulté le )
  31. « Exigences fixées pour le nouvel avion de combat et le système sol-air ! », sur psk.blog.24heures.ch (consulté le )
  32. « Air2030, le Samp/T et le Patriot en course! », sur psk.blog.24heures.ch (consulté le )
  33. « La Suisse opte pour le système Patriot ! », sur psk.blog.24heures.ch, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]