Système réticulaire cubique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En cristallographie, le système réticulaire cubique (ou isométrique) est un système réticulaire dont la maille conventionnelle a la forme d'un cube.

Il faut noter que bien que la maille conventionnelle de ces cristaux soit conventionnellement prise comme étant un cube, la maille primitive n'en est pas un lorsque la maille conventionnelle est centrée.

Réseau de Bravais[modifier | modifier le code]

Il existe trois réseaux de Bravais cubiques :

Réseau de Bravais cubique
Nom Cubique primitif Cubique centré Cubique à faces centrées
Symbole de Pearson cP cI cF
maille élémentaire Lattic simple cubic.svg Lattice body centered cubic.svg Lattice face centered cubic.svg

Ces trois réseaux sont décrits plus précisément ci-dessus :

  • Le réseau cubique primitif (en abrégé cP[1], appelé également cubique simple) possède un nœud du réseau à chaque sommet du cube. Chaque nœud du réseau étant partagé par huit cubes adjacents, la maille convetionnelle contient donc au total un nœud du réseau (18 × 8).
  • Le réseau cubique centré (en abrégé cI[1] ou bcc, de l'anglais body-centered cubic) possède un nœud du réseau au centre de la maille en plus des huit situés aux sommets du cube. Il a donc 2 nœuds du réseau par maille conventionnelle (18 × 8 + 1).
  • Le réseau cubique à faces centrées (en abrégé cF[1] ou fcc de l'anglais face-centered cubic, également appelé cubique à arrangement compact ou ccp de l'anglais cubic close-packed) possède des nœuds du réseau sur les six faces du cube, qui contribuent chacun pour moitié, en plus des nœuds situés aux sommets, donnant un total de 4 nœuds du réseau par maille conventionnelle (18 × 8 des sommets plus 12 × 6 des faces).

Tout autre type de maille est incompatible avec la symétrie cubique et conduirait à une symétrie inférieure.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Hurlbut, Cornelius S.; Klein, Cornelis, 1985, Manual of Mineralogy, 20th ed., Wiley, (ISBN 0-471-80580-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c International Tables for Crystallography (2006). Vol. A, Section 2.1.3, pp. 14–16. « Link »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)