Système de santé au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Équipement de radiographie dédié au niveau des urgences du CHUM.

Le système de santé au Québec est l’ensemble des institutions et des ressources et qui ont comme objectif principal d’améliorer la santé des individus. Le Québec, comme les autres provinces canadiennes, est doté d'un système de santé distinct administré par Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec.

Consolidé au début des années 1970[1], le système de santé québécois est universel du dispense des soins gratuits aux résidents du Québec. Son financement est administré par la Régie de l'assurance maladie du Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Salle commune, Hôtel-Dieu, Montréal, 1911

Les premières institutions médicales de la Nouvelle-France apparaissent au XVIIe siècle quelques décennies après l’arrivée des premiers colons. Au rythme de l’accroissement de la population, ce sont les communautés religieuses catholiques qui établiront les premiers hôpitaux, puis, au XIXe siècle, apparaissent les premiers hôpitaux laïques.

Au cours de la première moitié du XXe siècle, les communautés religieuses et des organismes caritatifs administrent les hôpitaux du Québec. Le gouvernement québécois soutient financièrement les institutions pour prendre en charge les démunis à partir des années 1920. Le gouvernement finance également la construction massive d’hôpitaux au cours des années 1930 et 1940.

Après la Seconde Guerre mondiale, le système de santé québécois s’appuie sur de grandes compagnies d’assurances qui financent les hôpitaux en offrant des couvertures privées[2]. La faible couverture de la population et la croissance des coûts entraînent de nombreux déficits dans les établissements laïques[2]. Les grandes centrales syndicales feront pression pour une couverture publique[2]

La Révolution tranquille débute dans les années 1960 et voit l’étatisation des hôpitaux et la création d’un régime universel d'assurance maladie qui jette les bases du système de santé québécois actuel[3]. La Régie de l'assurance maladie du Québec implante la carte d’assurance maladie le 1er août 1970[4]. Au cours des années 1970, les cliniques populaires sont prises en charge par l’État et deviennent les CLSC. Au départ dotées chacune de leur propre conseil d’administration et mission, ces polycliniques perdent progressivement leur indépendance et leurs ressources au profit des GMF.

Les années 1990, 2000 et 2010 voient plusieurs réformes et réorganisations du système de santé québécois dans une optique de réduction de la taille et des dépenses de l’État[5],[6],[7]. Ces années sont aussi marquées par la création d’un régime public d’assurance médicament en 1997[8],[9] et la consolidation et la construction de mégahôpitaux à Montréal[10].

Le système de santé du Québec est souvent cité en exemple en Amérique du Nord. Il présente néanmoins des faiblesses, notamment le manque de lits d’hôpitaux et de médecins généralistes. En 2022, environ 10 % de la population québécoise est dans l'attente d’un médecin de famille. L'entretien de ce système de santé est en outre onéreux en raison du poids de la rémunération des médecins, pouvant aller jusqu’à 300 000 dollars par an. « Ils constituent un groupe d’intérêt très puissant qui absorbe l’essentiel des dépenses de santé, et toute tentative des pouvoirs publics de baisser leur rémunération se heurte à un front du refus », relève ainsi Olivier Jacques, professeur au département de politique de santé de l’université de Montréal[11].

Organisation du système de santé[modifier | modifier le code]

Les services de santé et les services sociaux sont intégrés au sein d'une même administration[1],[12]. Les principes fondamentaux en sont l'universalité, l'équité et l'administration publique. Le système de santé québécois est public, ce qui signifie que l'État agit comme principal assureur et administrateur, et que le financement est assuré par la fiscalité générale. Ceci permet d'assurer l'accessibilité aux soins peu importe le niveau de revenus du patient.

On compte 34 établissements de santé au Québec, dont 22 sont des centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS ou CIUSSS). Ils mettent en place différents services sur leurs territoires respectifs.

Hôpitaux publics (CHSGS)[modifier | modifier le code]

Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), plus grand hôpital du Québec et plus grand hôpital universitaire au Canada.

Le Québec compte près de 140 centres hospitaliers de soins généraux et spécialisés (CHSGS).

Plus grands hôpitaux québécois[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Santé et des Services sociaux publie des statistiques mensuelles de répartition des capacités et des services autorisés par installation[13].

Capacités des principales installations du réseau de la santé et des services sociaux - CHSGS (mai 2021)
Rang Nom Ville Nombre de lits
1 Centre hospitalier de l'Université de Montréal Montréal 734 lits
2 Hôpital Charles-Le Moyne Longueuil 571 lits
3 Hôpital Maisonneuve-Rosemont Montréal 504 lits
4 Centre universitaire de santé McGill Montréal 480 lits
5 Hôpital général juif Montréal 461 lits
6 Hôpital de la Cité-de-la-Santé Laval 451 lits
7 Pavillon Sainte-Marie Trois-Rivières 432 lits
8 Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Montréal 420 lits
9 Hôpital de l'Enfant-Jésus Québec 376 lits
10 Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke - Fleurimont Sherbrooke 365 lits

Centre local de services communautaires (CLSC)[modifier | modifier le code]

Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD)[modifier | modifier le code]

Centre de réadaptation[modifier | modifier le code]

Centre de protection de l’enfance et de la jeunesse[modifier | modifier le code]

Ressources privées[modifier | modifier le code]

Des ressources privées complètent le portrait du système de santé. Ce sont:

  • Groupe de médecine de famille, des cabinets et des cliniques privées de médecins, dentistes, etc.
  • des pharmacies
  • des organismes communautaires
  • des résidences privées pour personnes âgées, avec services de santé

À la suite de la pandémie de COVID-19, plusieurs voix se sont fait entendre, exigeant l’autorisation de l’assurance médicale duplicative ainsi qu’une plus grande place au secteur privé dans le système de santé québécois[14].

Personnel du réseau de la santé[modifier | modifier le code]

Personnel médical[modifier | modifier le code]

Les médecins sont membres du Collège des médecins du Québec et d'associations de spécialistes, le cas échéant. Les médecins peuvent pratiquer dans des cliniques privées, dans un Centre local de services communautaires ou dans un hôpital. Un des problèmes principaux est le manque d'effectifs médicaux en région. La Régie de l'assurance-maladie du Québec paie les honoraires des médecins selon des grilles négociées avec les fédérations de médecins. Certains services et fournitures peuvent être aux frais des patients.

Personnel infirmier[modifier | modifier le code]

Dichotomie public/privé en santé mentale[modifier | modifier le code]

Principalement, il existe deux types de ressources : les institutions publiques et les institutions privées. Les institutions publiques sont principalement les hôpitaux où des psychiatres et psychologues travaillent pour le gouvernement[15]. Les institutions privées sont des établissements où les spécialistes ont leur propre bureau et travaillent pour eux-mêmes[15]. Contrairement aux institutions privées, les institutions publiques sont gratuites et accessibles à tous[15]. Le système économique mis en place par le gouvernement québécois assure des services complètement gratuits, dont les impôts[15]. Ainsi, la demande auprès des institutions publiques est beaucoup plus élevée en raison de son accessibilité et de sa gratuité. Au contraire, les institutions privées sont réservées aux gens plus aisés financièrement, en raison de leur service payant. Certains citoyens n'ont pas les moyens de se permettre des soins privés et se tournent plutôt vers les services publics. Il est ainsi possible d'éviter de débourser pour avoir accès à des soins de santé : utiliser le service public qu'offre l'État.

Cela dit, les institutions publiques sont submergées de demande, ralentissant ainsi le processus de pouvoir consulter un professionnel de la santé[15]. Afin d'obtenir de l'aide pour soigner un trouble de santé mentale, il peut y avoir un temps d'attente allant jusqu'à deux ans pour voir un spécialiste au public[16]. Comme la demande est plus élevée en raison de la gratuité des soins, les spécialistes du secteur public ont une très grosse charge de travail versus leur capacité[17]. Cette charge est parfois décourageante, poussant ainsi certains professionnels à remédier à ce travail[17]. Dans certaines institutions publiques, des spécialistes quittent leur emploi en raison des mauvaises conditions de travail[17]. Principalement, les travailleurs de la santé n'ont aucun congé alloué et doivent obligatoirement faire du temps supplémentaire sous peine de congédiement[17]. Certains de ces spécialistes prennent la décision de quitter leur emploi en raison des mauvaises conditions de travail, augmentant ainsi davantage la charge de travail des spécialistes restant[17]. En raison de la charge de travail trop élevée, certains spécialistes verront la qualité de leur service diminué[18]. Certaines pratiques médicales en santé mentale sont qualifiées de "froides, expéditives et contraintes par le temps et l'espace"[18]. Les services ne sont pas basés sur l'accueil et la compréhension du patient, mais sur la rapidité de la rencontre afin de soigner le plus de patients possible en peu de temps[18]. Également, il existe un manque d'humanité de la part des spécialistes du Québec[16]. Ceux-ci apposent des diagnostics trop tôt sans même avoir fait un examen complet du patient[16]. Aussi, les patients se disent considérés comme des numéros et ont l'impression de déranger les spécialistes lors de consultations[18]. Le personnel du secteur public a tendance à prescrire de la médication de façon automatisé[18]. Certains patients disent ne pas avoir eu besoin de médicament afin de remédier à leur trouble de santé mentale malgré la prescription de médicaments de la part de leur psychiatre[18]. Plusieurs patients mentionnent avoir abandonné leur demande d'aide en raison de la longueur de l'attente auprès du service public, ainsi que l'approche utilisée par ces spécialistes[18].

Opinion publique[modifier | modifier le code]

Les délais d’attente dans le système de santé publique et le rôle des entrepreneurs dans l’administration des soins constituent des enjeux récurrents sur la scène politique québécoise. Selon un sondage réalisé en 2020 par la firme Ipsos, 88 % des Canadiens sont d’avis que la capacité du système de santé doit être améliorée. Ce pourcentage s’élève à 93 % pour les citoyens âgés de 55 et plus. Aussi, la bureaucratie du système de santé publique inquiète 61 % des Canadiens et 75 % des Québécois, ce qui pourrait expliquer que 63 % des Canadiens et 75 % des Québécois soient ouverts à ce qu’une plus grande part des soins de santé soient offertes par le secteur privé dans le cadre d’un système de santé universel[19].

De plus, près de sept Canadiens sur dix (76 % des femmes) aimeraient que la télémédecine continue d’être offerte après la pandémie de COVID-19[19].

Un sondage Ipsos réalisé en 2021 concluait que 85 % des Québécois jugent le système de santé trop bureaucratique pour répondre aux besoins de la population[20].

Performance et qualité[modifier | modifier le code]

Urgences[modifier | modifier le code]

En 2019, près de 380 000 Québécois sont ressortis des urgences sans avoir vu un médecin, vraisemblablement en raison des longs temps d’attente[21]. À la mi-janvier 2020, le taux d’occupation des urgences dans les Laurentides, dans Lanaudière, à Montréal, à Laval, et en Montérégie oscillait entre 130 % et 140 %, et même jusqu’à 150 % dans plusieurs hôpitaux. Les taux d’occupation élevés s’expliqueraient notamment par le choix des patients de se faire soigner aux urgences plutôt que dans les cliniques[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le système de santé et de services sociaux au Québec : En bref », www.msss.gouv.qc.ca, La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c François Guérard et Yvan Rousseau, « Le marché de la maladie : soins hospitaliers et assurances au Québec, 1939-1961 », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 59, no 3,‎ , p. 293–329 (ISSN 0035-2357 et 1492-1383, DOI 10.7202/013081ar, lire en ligne, consulté le )
  3. François Guérard, « Le système de santé au Québec », Usito,‎ (lire en ligne)
  4. ICI.Radio-Canada.ca, « Les 40 ans de l'assurance maladie au Québec », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  5. Melanie Bourque et Amélie Quesnel-Vallée, « Intégrer les soins de santé et les services sociaux du Québec : la réforme Couillard de 2003 », Health Reform Observer - Observatoire des Réformes de Santé, vol. 2, no 2,‎ (ISSN 2291-6369, DOI 10.13162/hro-ors.02.02.01, lire en ligne, consulté le )
  6. « Déficit zéro : douloureux coup de barre », sur Le Soleil, (consulté le )
  7. Virage ambulatoire - Il faut redresser la trajectoire - Synthèse Conseil du statut de la femme, Conseil du statut de la femme, (lire en ligne)
  8. « - Loi sur l’assurance médicaments », sur legisquebec.gouv.qc.ca (consulté le )
  9. « CHC » Histoire des soins de santé publics au Canada » (consulté le )
  10. « Hôpitaux universitaires montréalais: un prix réel de 7 milliards », sur La Presse, (consulté le )
  11. « Le système de santé québécois, exception en Amérique du Nord, gratuit mais « asphyxié » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  12. Le système de santé et de services sociaux au Québec, publication du Ministère de la santé et des services sociaux
  13. Québec, ministère de la Santé et des Services sociaux, « Répartition des capacités et des services autorisés au permis par installation », sur donneesquebec.ca, (consulté le )
  14. Éric Yvan Lemay, « Refondation du réseau: 12 solutions pour améliorer notre système de santé » (consulté le )
  15. a b c d et e Service populaire de psychothérapie, « La différence entre le SPP, les institutions publiques et le privé – Service populaire de psychothérapie » (consulté le )
  16. a b et c Gorette Linhares, Tristan Ouimet-Savard et Anne-Marie Boucher, « C’est fou la vie, pourquoi en faire une maladie? Genèse et perspectives d’avenir du Mouvement Jeunes et santé mentale », Reflets : revue d’intervention sociale et communautaire, vol. 25, no 2,‎ , p. 137–145 (ISSN 1203-4576 et 1712-8498, DOI 10.7202/1067047ar, lire en ligne, consulté le )
  17. a b c d et e Myra Piat, Nicole Ricard, Alain Lesage et Sylvie Trottier, « Le point de vue des responsables des ressources de type familial sur les transformations des services de santé mentale au Québec », Santé mentale au Québec, vol. 30, no 2,‎ , p. 209–231 (ISSN 0383-6320 et 1708-3923, DOI 10.7202/012146ar, lire en ligne, consulté le )
  18. a b c d e f et g Caroline Veilleux et Marc Molgat, « Que signifie être jeune adulte aujourd’hui? Les points de vue de jeunes adultes ayant reçu un diagnostic de maladie mentale », Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 16, no 1,‎ , p. 152–179 (ISSN 1203-4576 et 1712-8498, DOI 10.7202/044446ar, lire en ligne, consulté le )
  19. a et b Agence QMI, « Système de santé: les Canadiens veulent des améliorations », sur Le Journal de Montréal (consulté le )
  20. Agence QMI, « Les québécois en faveur d’une implication du privé dans le secteur de la Santé », sur Le Journal de Montréal (consulté le )
  21. « Des milliers de Québécois quittent les urgences sans avoir vu un médecin », sur La Presse, (consulté le )
  22. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « Mille personnes par jour repartiraient de l'urgence sans avoir été vues au Québec », sur Radio-Canada.ca (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marie-Claude Thifault, L’incontournable caste des femmes : Histoire des services de santé au Québec et au Canada, University of Ottawa Press, 372 p. (ISBN 978-2-7603-0782-7)

  • Linhares, A.-M., Gorette ;. Ouimet-Savard, Tristan ;. Boucher. (2019). C’est fou la vie, pourquoi en faire une maladie ? Genèse et perspectives d’avenir du Mouvement Jeunes et santé mentale. Reflets, 25(2), 137‑145. https://doi.org/10.7202/1067047ar.
  • Piat, M., Ricard, N., Lesage, A. & Trottier, S. (2005). Le point de vue des responsables des ressources de type familial sur les transformations des services de santé mentale au Québec. Santé mentale au Québec, 30(2), 209–231. https://doi.org/10.7202/012146ar.
  • Service populaire de psychothérapie (2021). La différence entre le SPP, les institutions publiques et le privé. https://spp-laval.qc.ca/la-difference-entre-le-spp-les-institutions-publiques-et-le-prive/#.
  • Veilleux, M., Caroline ;. Molgat. (2010). Que signifie être jeune adulte aujourd’hui ? Les points de vue de jeunes adultes ayant reçu un diagnostic de maladie mentale. Reflets, 16(1), 152‑179. https://doi.org/10.7202/044446ar.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]