Système d'échange local

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les échanges locaux se font à l'aide d'une unité. Généralement, une unité équivaut à une minute.

Un Système d'échange local (ou Sel) est un système d'échange de produits ou de services au sein d'un groupe fermé, généralement constitué en association. Ses membres, appelés les « Sélistes»[1], échangent des biens et services selon une unité propre à chaque groupe. L’objectif est d'accéder à des échanges égalitaires et de tisser des liens.

Les Sel sont des associations locales. L'acronyme « Sel » a été choisi pour son homonymie avec le sel, aliment, monnaie d'échange ancienne, à l'origine du mot « salaire ».

Il existe plus de 600 Sel en France, généralement classés dans l'économie sociale et solidaire.

Intérêt[modifier | modifier le code]

Les promoteurs d'un Sel cherchent à créer de la solidarité et du lien social entre les membres du groupe. Une égalité entre les personnes se recrée[2].

La monnaie des Sel est limitée à l'échange, elle ne permet pas l'épargne (et ses corollaires : taux d'intérêt, spéculation, etc.). L'intérêt d'un Sel est de développer une économie solidaire et locale. Chaque membre profite de biens et des services, en offrant à son tour biens et services. Faire partie d'un Sel permet ainsi de sortir de l'isolement[3], de bénéficier d'un réseau d'entraide et de prendre conscience de ce que l'on a à offrir à d'autres personnes. Contrairement au troc, le Séliste n'est pas tenu de rendre à celui dont il reçoit ; cette disposition élargit les possibilités d'échanges.

Il est possible de distinguer deux types de Sel[4]:

  • Les Sel à dominante marchande (modèle anglo-saxon): renferment une vision économique d'échange de biens et de services et qui ont pour objectif d'aider les personnes qui y adhèrent à sortir de la précarité.
  • Les Sel à dominante réciprocitaire (dont les principes sont notamment adoptés par les Sel français): en faveur de la réciprocité multilatérale, ils excluent tout principe marchand et mettent en avant les liens de solidarité. Ce type de Sel se veut une alternative au modèle économique dominant.

Les caractéristiques de fonctionnement du Sel, qui permettent d’accéder à des biens et des services dans un temps court et à moindre coût grâce à la monnaie-crédit définie par les adhérents, ont souvent été source de tensions entre la communauté des Sel, l'État et les entreprises privées.

Le procès de Foix en Ariège est un exemple poignant des problématiques que posent les SEL[5]. Dans cette affaire qui a concerné le SEL pyrénéen, un travail de réparation du toit d'une maison a été effectué par deux sélistes pour le compte d'un troisième d'une valeur estimée en monnaie locale à 4 000 grains de sel. La Chambre syndicale des artisans et des petites entreprises du bâtiment de l'Ariège ainsi que la Fédération du bâtiment et des travaux publics qui ont constitué la partie civile, ont saisi le tribunal qui a condamné ces derniers pour «travail clandestin». Le tribunal, ne pouvant concevoir une vision autre que celle traditionnelle de l'échange marchand et monétaire, a qualifié le travail fourni par les sélistes dans le cadre de leurs échanges comme illégal. Les sélistes ont été accusés d'avoir délibérément fourni des services rémunérés en monnaie locale (dont la valeur a été estimée par la partie civile à 30 000 francs), sans s'acquitter de leurs obligations fiscales et sociales.  

Le fait que les échanges au sein de ces réseaux ne soient en général pas soumis au régime fiscal national, car il n'y a pas de réel décompte des valeurs échangées, incite parfois les autorités locales à penser que certains échanges s'apparentent à de l'évasion fiscale. Parallèlement, certaines entreprises estiment que les SEL sont un système de concurrence déloyale, pour les mêmes raisons (pas de charges sur les « salaires » versés en monnaie complémentaire, pas de taxes sur les échanges, etc). Par conséquent, les SEL sont généralement tolérés par les administrations fiscales, à condition de rester de modestes structures d'entraide citoyenne.

Certains SEL, tel que le Barter's Club ou Ithaca aux États-Unis sont parfaitement intégrés au système capitaliste majoritaire, payent des taxes sur leurs échanges, et proposent même une conversion de leur monnaie propre en monnaie nationale.

Organisation[modifier | modifier le code]

Forme juridique[modifier | modifier le code]

Un Sel est une association, déclarée ou de fait. N'importe quel groupe de personnes peut créer un Sel. Il existe des associations qui fédèrent les Sel, telles que le Collectif des Sel ou l'association Sélidaire. Cette dernière se déclare statutairement représentative des Sel adhérents. Mais il n'y a pas d'obligation pour un Sel à adhérer à une association.

Les transactions[modifier | modifier le code]

Les échanges entre les membres du SEL se font par le biais d'un catalogue de services, de biens ou de savoirs (papier ou numérique) qui sont proposés par les adhérents. Il est conseillé que l'offre du séliste relève d'une activité qu'il aime partager plutôt que d'un service lié à sa profession. Cette recommandation vise à prévenir le travail dissimulé[1].  

La comptabilité des unités est centralisée ou individuelle. Les débits et les crédits sont enregistrés sur les comptes des adhérents. Le fournisseur du produit ou du service voit son solde augmenter, le receveur voit son solde diminuer. Chaque Sel choisit sa propre unité d'échange.

Valeur de l'unité[modifier | modifier le code]

L'unité d'échange est différente d'un SEL à un autre. Certains SEL refusent tout principe marchand et prennent comme unité d'échange «l'heure» quel que soit le travail effectué (e.g.SEL de Caen[2]).

D'autres SEL fonctionnent en monnaie locale. Ils peuvent être qualifiés de « libéraux » car ils ne fixent aucun prix sur les services et laissent les «Sélistes» échanger dans un mode de gré à gré (e.g. SEL de Paris) ou «intermédiaires» car ils déterminent une valeur plancher de 50 à 60 unités par heure négociable selon la nature du service rendu[6].

Enfin certains SEL, comme le Sel de Saint-Quentin-en-Yvelines[2], utilisent une monnaie fondante.

Forme de l'unité[modifier | modifier le code]

L'unité de compte existe sous plusieurs formes ː elle est matérialisée par des jetons, des bons ; elle utilise un compte électronique ; elle est scripturale à l'aide de feuilles de compte contresignées par les partenaires d'un échange, ou de carnets d'échanges. Chaque Sel choisit le nom de son unité.

Publicité des offres et demandes[modifier | modifier le code]

La majorité des Sel dispose d'un site Internet où les adhérents postent leurs propositions d'échanges. Certains Sel font des tours de table lors de réunions régulières, des panneaux d'affichage, des listes en papier.

Aspect légal[modifier | modifier le code]

En France, les transactions réalisées ne sont exonérées de TVA et d’impôts que dans la mesure où il s’agit d’une activité non répétitive et ponctuelle, type « coup de main » et n’entrant pas dans le cadre d'une profession. Mais si on se livre à une activité répétitive ou entrant dans le cadre de son métier, on se doit de le déclarer aux organismes concernés.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1930 le maire de Wörgl en Autriche décidait d'émettre des bons de travail convertibles en schillings, afin de lutter contre l'endettement et le chômage. L'expérience fut interdite en 1933 par les autorités régionales et la banque centrale autrichienne[7]. De même en 1954 à Lignières-en-Berry, en France, furent instaurés des bons d'échange pour tenter de revitaliser l'activité locale[7].

Le premier Sel (LETS en anglais, pour Local Exchange Trading System) a été fondé au Canada, dans les années 1980. Michael Linton, un Écossais vivant sur l'île de Vancouver, voulait aider les habitants de cette région touchée par le chômage. Il a proposé de créer un système basé sur le troc, dans une grande communauté, à l'aide d'une monnaie locale, le green dollar[réf. souhaitée]. L'expérience fut positive, malgré les réticences de certains éléments clés de la région. Elle a duré cinq ans, avant de s'arrêter, à la suite de problèmes internes, ce qui a amené une perte de confiance des adhérents. Une vingtaine de systèmes semblables avaient cependant été lancés un peu partout en Amérique du Nord entre-temps.

En 1990 un entrepreneur privé, Franck Fouqueray et son entreprise Trader France[8] a été à l'origine d'un système d'échange au Mans. Le système était baptisé Troc Temps et gérait les échanges de services entre les cinq cents adhérents grâce au Minitel.

Le premier Sel français a vu le jour en 1994, en Ariège[9].

En 2006, une autre approche des Sel a été expérimentée à Abbeville dans la Somme. Elle était basée sur la réinsertion[10]. Elle visait des publics marginalisés par la société. Le travail informel était considéré comme un outil de maintien et de développement des compétences, en vue d'une valorisation monétaire sur le marché du travail. Cette expérience avait l'aval du fisc qui permettait la défiscalisation des activités en partie rémunérées. Faute de soutien public et d'une relève capable — à la suite du départ du concepteur de ce Sel particulier —, l'expérience n'a pas été poursuivie.

On trouve également des Sel en Australie, au Japon ou en Amérique latine et dans d'autres pays d'Europe : Belgique, Suisse.

Le développement des accorderies fait partie de cette mouvance : concept imaginé au Québec au début des années 2010, il gagne la France à Chambéry en 2011. Il y a 38 groupes en France en 2019[11].

Associations complémentaires aux SEL[modifier | modifier le code]

En est fondée en Ariège la coordination des Systèmes d’échanges locaux. Son but : donner des outils d’organisation, de développement et de création des Systèmes d’échanges locaux.

En 1999, lors de la rencontre annuelle des Sel dans le Tarn, est créée la Route des Stages, pour des échanges d'adhérent à adhérent de Sel différents.

En 2003 la coordination se constitue en une association dénommée Sélidaire « seldefrance.communityforge.net ». La même année est née la Route des Sel, pour des hébergements de type couchsurfing entre adhérents de France et d'autres pays, tels que la Suisse, l'Espagne, la Belgique.

En 2014 se crée le Collectif des Sel, qui offre la mutualisation de services tels que l'assurance, le numérique, l'hébergement de sites, ainsi qu'un accompagnement aux créateurs de Sel, de manière collaborative grâce à un wiki.

En 2015 un Annuaire des Sel collectif et gratuit voit le jour.

En 2017, une déclinaison du SEL basée sur l'entraide par visioconférence est lancée pour la première fois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hélène Privat, Bertrand Urien, Hélène Cherrier et Pierre Valette-Florence, « Les systèmes d’échanges locaux : création d’une échelle de mesure des motivations au sélisme et identification de profils de sélistes », Recherche et Applications en Marketing (French Edition), vol. 35, no 2,‎ , p. 3–24 (ISSN 0767-3701 et 2051-2821, DOI 10.1177/0767370119859832, lire en ligne, consulté le 1er avril 2020)
  2. a b et c Laacher 2002
  3. Jacques Prades et Bernadette Costa-Prades, L'économie solidaire : Prendre sa vie en main, Toulouse, Milan, coll. « Les essentiels », , 63 p. (ISBN 978-2745917201), p. 23
  4. Centre national de la recherche scientifique (France), Économie solidaire et démocratie., vol. 36, Éditions du CNRS, (ISBN 2-271-06140-7 et 978-2-271-06140-9, OCLC 300202339, lire en ligne)
  5. Smaïn Laacher, « L'État et les systèmes d'échanges locaux (SEL). Tensions et intentions à propos des notions de solidarité et d'intérêt général », Politix. Revue des sciences sociales du politique, vol. 11, no 42,‎ , p. 123–149 (DOI 10.3406/polix.1998.1727, lire en ligne, consulté le 9 avril 2020)
  6. Marie Hubaud, « Une expérience associative dans un système d'échange local », Connexions, vol. 77, no 1,‎ , p. 77 (ISSN 0337-3126 et 1776-2804, DOI 10.3917/cnx.077.0077, lire en ligne, consulté le 9 avril 2020)
  7. a et b Claire Cousin, « Les frappés de la monnaie locale », Le Monde magazine, no 64,‎ (ISSN 0395-2037)
  8. « Les centrales du troc », sur franckfouqueray.biz (consulté le 13 août 2016)
  9. « Système d’échange local (Sel) », sur alternatives-economiques.fr, (consulté le 13 août 2016)
  10. « Les Systèmes d’échanges locaux (Sel) », sur social-et-solidaire.fr (consulté le 13 août 2016)
  11. Choisir son accorderie, L'accorderie - échanger et coopérer

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Les Sel pour un vrai débat, Yves Michel, (ISBN 2913492029)
  • Jean-Michel Servet (dir.), Denis Bayon, Jérôme Blanc, Isabelle Guérin, Gilles Mandrin et David Valat, Une économie sans argent. Les Systèmes d’échange local, Paris, Seuil, (ISBN 2020354993)
  • Marie Hubaud, « Une expérience associative dans un Système d’échange local », Connexions, no 77,‎ , p. 77-88 (DOI 10.3917/cnx.077.0077, lire en ligne)
  • Smaïn Laacher, « Les Sel ː entre utopie politique et réalisme économique », Mouvements, no 19,‎ , p. 81-87 (lire en ligne)
  • Daniel Lapon et Bertrand Liatard, « Un Sel entre idéal démocratique et esprit du capitalisme : Essai d’analyse institutionnelle », La Revue du Mauss, no 26,‎ , p. 317—338 (DOI 10.3917/rdm.026.0317., lire en ligne)
  • Lieux communs, « Tentative d'analyse interne d'un Sel », sur collectiflieuxcommuns.fr (consulté le 13 août 2016)
  • David Mandin, Les Sel ː circulations affectives et économie monétaire, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques Sociales », (ISBN 2296099130)


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Précurseurs

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • SEL'Idaire, Association française d’information et de promotion des SEL