Système d'armes létales autonome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un système d'armes létales autonome (SALA), ou robot tueur, est un automate capable de mener une action létale de manière automatisée sans intervention humaine. Il peut s'agir, mais pas seulement, d'un drone ou d'un système fixe tel le Samsung SGR-A1 sud-coréen. Cette terminologie date des années 2010 mais sa définition n'est pas encore totalement arrêtée en 2020.[1]

D'après une communication de l’Organisation des Nations unies de 2018, les robots seraient sur le point d'être dotés d'une intelligence artificielle[2]. En 2021, dans l'immense majorité des armées régulières, l’ouverture du feu reste conditionnée à une décision humaine. L'intégration de systèmes d'armes létaux autonomes au sein des armées française fait partie d'un des avis demandés par la ministre des Armées Florence Parly au COMEDEF en 2020.

Lors de la fusillade à Dallas en 2016, la police américaine fait pour la première fois usage d'un robot armé télécommandé pour éliminer Micah Johnson, 25 ans, assassin de cinq policiers retranché dans un garage. Mais il était téléguidé et le tir ordonné par l'opérateur[3].

La première utilisation au combat de systèmes d’armes létales autonomes tels que le Kargu-2 de STM et d’autres munitions rôdeuses d'origine turque a lieu en 2020 durant la guerre civile libyenne[4].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]