Système automatisé pour les fichiers administratifs et le répertoire des individus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Système automatisé pour les fichiers administratifs et le répertoire des individus (dont l'acronyme est SAFARI) était un projet d'interconnexion des fichiers nominatifs de l'administration française, notamment par le biais du numéro INSEE[1].

Le projet est révélé le par le quotidien Le Monde, dans l'article intitulé « Safari » ou la chasse aux Français de Philippe Boucher. Les informations provenaient d'informaticiens du ministère de l'Intérieur soucieux de la préservation des libertés individuelles[2],[3],[4],[5]. L'article de Philippe Boucher et la révélation que ses informateurs provenaient du ministère de l'Intérieur firent que la paternité du projet fut attribuée à Raymond Marcellin. L'INSEE a revendiqué cette paternité et a certifié que l'Intérieur ne revendiquait pas sa gestion. Une vive opposition éclata, incitant le gouvernement dirigé par le Premier ministre Pierre Messmer à créer la Commission informatique et libertés à l'origine de la loi Informatique, fichiers et libertés du .

Le projet, lancé lors de la présidence de Georges Pompidou, n'a finalement jamais vu le jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Desabie, « L'Insee entreprend d'automatiser le répertoire des personnes », Économie et Statistique, no 10, 1970.
  2. Rédaction d'Arrêt sur images, « Louis Joinet, au carrefour des droits de l'homme et de la raison d’État. De la CNIL à Matignon, itinéraire d'un inconnu omniprésent. », 14h42, Arrêt sur images (consulté le )
  3. Philippe Boucher, « « Safari » ou la chasse aux Français : une division de l'informatique est créée à la chancellerie », Le Monde,‎ , p. 9 (lire en ligne, consulté le )
  4. Philippe BOUCHER, « "Safari" ou la chasse aux français », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. « A voix nue - Bernard Tricot 1/2 : Parties 1 à 3 (1ère diffusion : 27 à 29/04/1998) », cité dans la partie n°3 de l'entretien, sur France Culture (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]