Synergies pour la création d’entreprises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

« Synergies pour la création d’entreprises » est le nom donné à une démarche collective engagée en 1997 par des groupes d’acteurs de l’appui à la création d’entreprises et d'activités en France.

Le lancement de la démarche et le manifeste[modifier | modifier le code]

Synergies pour la création d’entreprises est une dynamique collective issue de trois groupes d’acteurs qui ont élaboré des propositions, à partir de leur expérience de soutien à l’initiative économique et à la création d’entreprises et les ont remises aux pouvoirs publics.

Un premier groupe s’est réuni en 1997, sous l’impulsion de France Initiative Réseau (FIR) et a élaboré un premier ensemble de propositions pour encourager la création d’entreprises. Un deuxième groupe issu de Profession Créateur s’est attaché à réagir à la réduction du dispositif ACCRE et à faire des propositions d’amélioration de la situation du chômeur créateur d’entreprise. En troisième lieu, l’association Finansol qui regroupe des organismes de promotion de l’épargne et du financement solidaire s’est associée à l’initiative naissante.

La rencontre des participants de ces trois groupes a permis la création de la dynamique Synergies. L’acte fondateur fut la rédaction d’un manifeste « Pour ouvrir largement les portes de l’initiative économique et de la création d’entreprises » (voir : Éficéa). Ce manifeste appelait à une conférence nationale sur l’accès à l’initiative économique et à la création d’entreprises qui s’est tenue les 5 et 6 novembre 1998.

Après la conférence, Synergies s’est positionné comme un lieu d’échanges et de concertation autour de thèmes de travail et un promoteur de propositions concrètes. Ces propositions ont été largement diffusées et ont fait l’objet de nombreuses discussions avec les institutions publiques et privées concernées. Elles ont été entendues et reconnues lors des Assises pour la création d’entreprises (11 avril 2000), des discussions État-Unedic et par le Conseil national pour la création d’entreprises.

Parallèlement, le collectif Profession Créateur, soutenu par l’association Éficea a développé ses actions, avec une efficacité reconnue. Des groupes de travail ouverts se sont mis en place, animés par les acteurs eux-mêmes. Ils regroupent de nombreux professionnels issus de structures diversifiées d’appui à la création appartenant ou non à des réseaux de financement ou d’accompagnement. Ils associent des experts et des représentants d’institutions du champ de la création d’entreprise et d’activité.

Un collectif[modifier | modifier le code]

Après un premier travail sur le statut du créateur, plusieurs groupes importants ont été constitués, réunis dans le cadre d’un collectif. Ils se sont tous référés à une charte, posant des principes de fonctionnement : « respect de la parole de chaque participant, élaboration collective, diversité et l’équilibre dans la formation des groupes, transparence, bénévolat, disponibilité de la production entre les participants, appropriation de la production par le plus grand nombre, diffusion ciblée et large des productions, propriété, par tous et personne, de la production validée. »

Un groupe a travaillé sur l’ingénierie de l’accompagnement. Il a conduit à des échanges sur les pratiques d’accompagnement à la création d’entreprise, puis à la production d’outils destinés aux structures dans le cadre d’une démarche qualité (charte, définition de l’accompagnement, fiches référentielles, guide d’évaluation). Ces travaux ont été diffusés dans l’ensemble des réseaux, après leur reprise par le Conseil national de la création d’entreprises en 2001.

Dans le prolongement de ce travail, un autre groupe a été constitué sur la formation des accompagnateurs. Il a contribué au démarrage de la première formation diplômante de "conseiller en création d'entreprise" dans le cadre de l’université Paris VIII à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis.

Un troisième groupe s’est intéressé au concept de couveuses d’entreprises et d’activité. Il a réuni dès 1998, de nombreux porteurs de projets de couveuses. En 2000 le ministère de l’emploi, a lancé une expérimentation de ce dispositif à partir des travaux du groupe. La loi sur l’initiative économique d’août 2005 a donné un cadre légal aux couveuses d’entreprises et d’activité. Le groupe de travail a donné naissance, en 2004, à une association intitulée « Union des couveuses ».

Parmi les autres entités qui ont fonctionné, signalons celles sur les instruments de financement de l'économie solidaire en Europe, la médiation bancaire, l’entrepreneuriat chez les artistes, l’accompagnement de projets collectifs ou la formation des bénévoles.

L’association Synergie créateurs[modifier | modifier le code]

Au moment de sa fondation en 1997, les groupes ont été animés par l’association Éficea. Après la disparition de celle-ci en mars 2004, une nouvelle association s’est constituée en 2004 sous le nom de Synergies créateurs, sous la présidence de Luc Duquenne (Airelle, Institut Européen de l'Entrepreneuriat Rural Limousin).

Synergies créateurs assure l'animation des groupes se référant à la charte

Références[modifier | modifier le code]

En savoir plus[modifier | modifier le code]