Synergies européennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Synergies européennes
Domaine d'activité Réflexion « métapolitique »
Histoire
Création 1994
Budget
Caractéristiques
Personnes-clés Robert Steuckers

Synergies européennes est une association, ou plus précisément « une amicale paneuropéenne »[1], fondée en Belgique en 1994 par des dissidents de la Nouvelle Droite française, comme Gilbert Sincyr, qui exercera les fonctions de président européen pendant cinq ans, et Robert Steuckers qui en sera l'inamovible secrétaire général ainsi que l'éditeur responsable de la revue homonyme[2].

Description[modifier | modifier le code]

Parmi les thèmes abordés dans la revue, fondée également en 1994, sous le titre de Nouvelles de Synergies européennes (dont un supplément paraîtra à partir de la fin 1998, sous le titre de Au fil de l'épée puis Au fil de l'épée - Arcana Imperii) :

  • la géopolitique et l'actualité internationale, sous la direction de Louis Sorel, d'Antun Martinović, de Lucien Favre, de Rodolphe Lussac, Pierre Monthélie et Robert Steuckers ;
  • une nouvelle synthèse religieuse traditionnelle, sous la direction de Jean de Bussac ;
  • les théories du droit subsidiaire avec la participation de Robert Steuckers ;
  • la « révolution conservatrice », avec une variété d'auteurs, généralement traduits de l'allemand ou de l'italien, sous la direction de Maître Jure Vujić et de Robert Steuckers.
  • Enfin, l'économie sous la direction de Frédéric Valentin.

En première approximation, la notion subsidiarité est greffée sur l’ancienne tradition du fédéralisme allemand d'Althusius à Otto von Gierke en passant par Riehl[3], autrement dit, la subsidiarité est pensée comme “symbiotique”

Gilbert Sincyr, pour définir le mouvement d'une étiquette réductrice permettant de l'identifier rapidement, ce qu'il qualifie de démarche éloignée de l'idéologie du movement mais souhaitable dans l'optique d'une démarche volontaire interne, c'est-à-dire sans attendre que d'autres le fassent, qualifie le mouvement de "différentialiste"[4].

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite du groupe franco-belge initial, ont vu le jour des sections italiennes, sous la direction d'une philosophe issue de l'Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan, Alessandra Colla, et du libraire milanais Marco Battarra ; allemandes, sous la direction du Dr. Marc Lüdders, spécialiste de Werner Sombart, et de Heinz-Dieter Hansen, fondateur en 1964 de la Deutsch-Europäische Studiengesellschaft ; espagnoles, sous la direction d'Enrique Moreno et Enrique Bisball-Rossell ; portugaises, sous la direction de Julio Prata, futur fondateur et directeur des éditions Hugin de Lisbonne ; autrichiennes, sous la direction des géographes Andreas Nowak et Andreas Zachariasiewicz ; russes sous la direction du linguiste, traducteur et ancien dissident Anatol M. Ivanov et de l'universitaire hispaniste Pavel Toulaev ; croates, sous la direction d'Antun Martinović et Jure Vujić, avec l'appui du physiologue Hrvoje Lorković (Université d'Ulm).

Synergies européennes organisera des universités d'été de concert avec le « Centre Interuniversitaire Provence-Europe » (de 1993 à 1995). Ces universités d'été ont ensuite essaimé (entre 1996 et 2002) vers l'Italie et l'Allemagne. Elles ont eu lieu successivement à Lourmarin (Vaucluse), à Madessimo, à Varèse, à Pérouse, à Groppello di Gavirate, à Trente, à Vlotho ; avec des séminaires de préparations à Munkzwalm (Belgique), Paris, Aix-la-Chapelle, Milan, Grenoble, Liège, Bruxelles, Roquefavour, Metz, Nancy, Hambourg, Vienne, Klagenfurt, etc.

Le mouvement travaille à créer un esprit de réconciliation européenne.

En Belgique, le mouvement a patronné une « école des cadres », sous la direction de Philippe Banoy, Luc Moulinat et Xavier Hottepont à Liège, de Max Steens, Jorge R. Diaz, Thierry de Damprichard et d'autres à Bruxelles.

De recrutement généralement fort jeune et étudiant, ce mouvement s'est étiolé. Les revues ne paraissent plus depuis début 2004, mais les textes sont diffusés sur internet, via de nombreux sites.

Publication[modifier | modifier le code]

Nouvelles de Synergies européennes est le supplément et la revue qui a remplacé les revues Orientation puis Vouloir, voir la revue de Georges Hupin, Pour une Renaissance Européenne[5].

  • La Revue Nouvelles de Synergies européennes
Nouvelles de Synergies européennes
Pays Drapeau de la Belgique Belgique, Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité variable, surtout bimensuelle
Genre Politique, Culture, Histoire, Mouvance identitaire, Nationalisme européen, Géopolitique, Néopaganisme.
Date de fondation 1994
Date du dernier numéro 2004
Ville d’édition Vitry-sur-Orne

Propriétaire Association Synergies Européennes
Directeur de publication Robert Steuckers
ISSN 1370-1290

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Euro-synergies, Robert Steuckers, Réponses aux questions de Guillaume Luyt, mis en ligne le 11 octobre 2007.
  2. Nouvelles de Synergies européennes, N°17, janvier 1996, p.24
  3. Propos recueillis par Hanno Borchert, R. Steuckers: entretien avec Junge Freiheit, 1997.
  4. Nouvelles de Synergies européennes, N°17, janvier 1996, Gilbert Sincyr, p.2
  5. Vouloir, revue culturelle pluridisciplinaire

Liens et références externes[modifier | modifier le code]