Synergie (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Synergie (homonymie).

Synergie
logo de Synergie (entreprise)

Création 1969
Fondateurs Daniel Augereau
Forme juridique Société Européenne
Action SDG
Slogan Notre métier, c'est l'emploi
Siège social Paris (siège central)
Drapeau de France France
Direction Daniel Augereau (président du directoire)
Activité travail temporaire, recrutement, ingénierie sociale et formation, outplacement, Conseil RH
Produits gestion et développement des ressources humaines
Filiales Aile Médicale, Synergie Insertion, Intersearch France, Synergie Consultants, Dialogue & Compétences, S&you
Effectif 4 100 permanents (70 000 intérimaires)
SIREN 329925010Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.synergie.fr

Chiffre d'affaires 2,55 milliards d'euros (2018)
+9,8%
Résultat net 79,5 millions d'euros (2018)

Synergie est un groupe français spécialisé dans les secteurs du travail temporaire, du recrutement et de la formation. Fondé en 1969, par Daniel Augereau, à Nantes, Synergie est présent dans 17 pays grâce à un réseau de 750 agences et 4 100 collaborateurs permanents[1].

Coté à la bourse de Paris et membre de l’indice CAC Small 90, Synergie réalise un chiffre d’affaires de 2,55 milliards d’euros en 2018.

Historique[modifier | modifier le code]

L'entreprise est créée en 1969 à Nantes sous le nom d’Europe Technique Assistance (ETA). Elle est spécialisée dans la délégation de personnel pour les secteurs de la mécanique, ainsi que des constructions aéronautiques et navales. Le fondateur est Daniel Augereau. Il a vingt-cinq ans et est entré dans la vie active à quatorze ans, avec un CAP d'ajusteur aéronautique[2]. En 1979, elle opère un rapprochement avec une société nommée Sydergie ayant pour activité principale la maintenance industrielle. Le nouvel ensemble est regroupé sous la holding Synergie.

En 1984, le groupe est inscrit au Hors-Côte de la Bourse de Paris. La marque Synergie et de son logo sont enregistrés en 1989.

La société s'internationalise dans les décennies qui suivent. En 1993, c'est la 1re Implantation de Synergie à l’étranger, à Prague, en République tchèque. En 1996, un réseau d'agences est mis en place en Espagne, puis en 1999 en Italie et en Slovaquie. En 2003, Synergie s'implante au Portugal et au Luxembourg.

En 2001, la société acquiert Intersearch France, cabinet de recrutement et de réseaux en Belgique et au Canada.

En 2005, c'est l'ouverture au marché du recrutement et du placement[3] par la loi de programmation pour la cohésion sociale du . Le chiffre d’affaires est de près d’un milliard d'euros.

Les implantations à l'étranger continuent dans les années 2000. En 2006, Synergie s'implante au Royaume-Uni par acquisition de la société Acorn).En 2008, elle s'implante aux Pays-Bas et en Suisse, puis en 2011, en Allemagne[4].

En 2012, elle crée une activité en Australie. En 2017, Le Groupe Synergie est présent dans 16 pays, et acquiert la société Völker en Autriche. En 2018, le Groupe Synergie acquiert la société informatique DCS et se diversifie ainsi dans les services numériques[5].

En 2019, le Groupe Synergie développe une nouvelle marque S&you spécialisé dans le recrutement experts et cadres, et s'implante en Chine.

C'est, en 2018, la 5e entreprise du secteur en France et en Europe[6] (derrière le suisse Adecco, l'américain Manpower, le néerlandais Ramdstad, et le français Crit).

Elle est cotée à la bourse de Paris et membre de l’indice CAC Small 90, tout comme au compartiment B d'Euronext Paris.

L'entreprise s'investit notamment sur les questions de handicap[7],[8], de formation de ses employés[9] ou sur de nouvelles formes de recrutement alliant sport et entretien d'embauche[10]. Par ailleurs, elle a eu un contentieux important avec l'Union de recouvrement des cotisations sociales, l'Urssaf, de Loire-Atlantique, suite à un contrôle ayant détecté des anomalies. Le contentieux portait sur des cotisations sociales de 1995 à 1999 , des redressements que le groupe de travail temporaire a toujours contestés. Cette affaire a fait l'objet d'une négociation[11].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Liste de principaux actionnaires au 17 octobre 2019[12]

Henri Vaney-barande 69,1%
Synergie (autocontrôle) 1,55%
Munros Capital Management 0,21%

Principales filiales du groupe en France[modifier | modifier le code]

Les principales filiales du groupe, implantées en France, sont :

  • S&you : cabinet de recrutement spécialisé sur le segment du recrutement d'experts et de cadres ;
  • Aile Médicale : délégation de personnel médical et paramédical au sein des hôpitaux publics, privés et spécialisés, cliniques, maisons de retraites et entreprises ;
  • Intersearch : cabinet de recrutement généraliste par approche directe, ciblé middle management, membre du réseau Intersearch international ;
  • Dialogue & Compétences : accompagnement des entreprises sur des problématiques RH.

Sponsoring[modifier | modifier le code]

La société Synergie, créée à Nantes, est l'un des principaux partenaires du FC Nantes depuis 2001[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Simon Janvier, « Synergie : Le groupe nantais veut intégrer le Top 5 européen », Le Journal des entreprises, (consulté le 9 août 2019).
  2. « Daniel Augereau (Synergie): Sortir de ma condition », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  3. « Loi de coghésion sociale : Ouverture du marché de placement aux entreprises de travail temporaire », sur tripalium.com, (consulté le 21 janvier 2017).
  4. Ouest-France, « Le groupe Synergie affiche 1,7 milliard de chiffre d'affaires », sur Ouest-France.fr, (consulté le 9 août 2019).
  5. « Ressources humaines. Synergie se diversifie dans les services numériques », sur Ouest-France.fr, .
  6. « La fortune de Henri Vaney Barande et sa famille », Challenges, (consulté le 19 août 2019).
  7. Par Élisabeth BUREAU, « Handicap et emploi. Synergie pour un intérim responsable », sur Ouest-France.fr, (consulté le 9 août 2019).
  8. « Mérignac : l’intérim à portée des travailleurs handicapés », sur SudOuest.fr (consulté le 9 août 2019).
  9. Fabienne Proux, « Synergie s’adapte à la montée en puissance des chantiers du Grand Paris », Le journal du Grand Paris,‎ , p. 12 (lire en ligne).
  10. « Loire. Saint-Etienne: des séances d’athlétisme avant un entretien d’embauche », sur www.leprogres.fr (consulté le 9 août 2019).
  11. Marylise Couraud, « Synergie règle à l'amiable sa dette à l'Urssaf », Ouest France,‎ (lire en ligne).
  12. Zone Bourse, « Synergie : Actionnaires », sur www.zonebourse.com (consulté le 17 octobre 2019)
  13. Pascal Glo (accès réservé aux abonnés), « Le sens de la fidélité », L'Équipe,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]