Syndrome prolongé de sevrage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le syndrome prolongé de sevrage, syndrome de sevrage post-aigu, ou syndrome post-sevrage (PAWS : Post Acute Withdrawal Syndrome) apparaît durant la phase post-sevrage (après le sevrage) de substances telles que les psychotropes (antidépresseur, benzodiazépine), et l'alcool[1],[2],[3],[4]. Un bébé né d'une mère sujette à des substances dépendantes durant la grossesse peuvent également faire l'expérience du syndrome prolongé de sevrage[5],[6]. L'arrêt de la prise quotidienne d'une substance s'effectue en deux temps : la période de sevrage, la période de post-sevrage[7].

Symptômes[modifier | modifier le code]

Le syndrome prolongé de sevrage peut durer des mois ou des années[8],[9]. Les symptômes possibles comprennent des symptômes psychiques et physiques : anxiété (attaques de panique, angoisse latente, phobies), dépression, acouphène, picotement, engourdissement, douleur profonde ou sensation de brûlure dans les membres, sensation de tremblement ou de vibration intérieure, étranges sensations cutanées, douleur musculaire, faiblesse physiologique, crampes douloureuses, convulsions, sursauts, spasmes, crises de tremblement, mémorisation et cognition faibles, et troubles gastro-intestinaux (notamment diarrhée)[10].

Concernant les symptômes pendant le sevrage, il est possible d'apprendre à distinguer les symptômes du sevrage : si lors de la diminution du traitement des symptômes apparaissent et si un rétablissement ou une augmentation de la dose enlève rapidement les symptômes apparus alors on pourra penser que les symptômes sont dus au traitement et donc iatrogènes[11]. Cependant, lors du syndrome de sevrage prolongé, le traitement ayant été arrêté (période post-sevrage), il est très difficile de faire la différence entre le syndrome de sevrage prolongé et le trouble pour lequel le traitement est prescrit, aussi souvent ce syndrome passe pour une rechute ou un retour du trouble. Le syndrome pourrait être dû en partie à la persistance des adaptations physiologiques dans le système nerveux central après l'arrêt de la substance.

La paroxétine et la venlafaxine semblent être particulièrement difficile à arrêter et un syndrome prolongé de sevrage durant plus de 18 mois a été rapporté avec la paroxétine[12],[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Judith Collier et Murray Longmore, Oxford Handbook of Clinical Specialties, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-852518-9), « 4 », p. 366.
  2. (en) Miller FT, « Protracted alcohol withdrawal delirium », J Subst Abuse Treat, vol. 11, no 2,‎ mars–avril 1994, p. 127–30. (PMID 8040915, DOI 10.1016/0740-5472(94)90029-9).
  3. (en) Ashton H, « Protracted withdrawal syndromes from benzodiazepines », J Subst Abuse Treat, benzo.org.uk, vol. 8, no 1-2,‎ , p. 19–28. (PMID 1675688, DOI 10.1016/0740-5472(91)90023-4, lire en ligne).
  4. (en) Wu JM, Wei DY, Luo YF et Xiang XY, « Clinic research on heroin de-addiction effects of acupuncture and its potentiality of preventing relapse », Zhong Xi Yi Jie He Xue Bao, vol. 1, no 4,‎ , p. 268–272. (PMID 15339529, DOI 10.3736/jcim20030412).
  5. (en) Lejeune C, Floch-Tudal C, Montamat S, Crenn-Hebert C. et Simonpoli AM, « Management of drug addict pregnant women and their children », Arch Pediatr, vol. 4, no 3,‎ , p. 263–70. (PMID 9181022, DOI 10.1016/S0929-693X(97)87247-8).
  6. Gaillard MC et Borruat FX, « New finding: transitory horizontal pendular nystagmus secondary to neonatal abstinence syndrome », Klin Monatsbl Augenheilkd, vol. 219, no 4,‎ , p. 317–319. (PMID 12022028, DOI 10.1055/s-2002-30650).
  7. (en) « Post-Acute Withdrawal (PAWS) », sur addictionsandrecovery.org,‎ (consulté le 30 novembre 2014).
  8. (en) « Protracted withdrawal symptoms from benzodiazepines », sur benzo.org.uk,‎ (consulté le 28 mars 20015)« A sizeable minority, perhaps 10 to 15%(3) develop a "post-withdrawal syndrome"(4), which may linger for months or even years. »
  9. (en) Lader MH, Morton SV., « A pilot study of the effects of flumazenil on symptoms persisting after benzodiazepine withdrawal. », J Psychopharmacol., no 6(3):357-63,‎ (lire en ligne)
  10. Heather Ashton, « Les symptômes aigus et prolongés du sevrage des benzodiazépines », sur www.benzo.org.uk,‎ (consulté le 30 novembre 2014).
  11. (en) Warner CH, Bobo W, Warner C, Reid S, Rachal J., « Antidepressant discontinuation syndrome. », Am Fam Physician, no 1;74(3):449-56.,‎ , p. 449-56. (lire en ligne)
  12. (en) Haddad, P., « Antidepressant discontinuation syndromes », Drug Saf, vol. 24, no 3,‎ , p. 183–97 (PMID 11347722, DOI 10.2165/00002018-200124030-00003)
  13. (en) L. Tamam et N. Ozpoyraz, « Selective Serotonin Reuptake Inhibitor Discontinuation Syndrome: A Review », Advances in Therapy, vol. 19, no 1,‎ january–february 2002, p. 17–26 (PMID 12008858, DOI 10.1007/BF02850015, lire en ligne)
  14. Gartlehner G, Hansen RA, Morgan LC, et al. Second-Generation Antidepressants in the Pharmacologic Treatment of Adult Depression: An Update of the 2007 Comparative Effectiveness Review [Internet]. Comparative Effectiveness Reviews, No. 46. Rockville (MD): Agency for Healthcare Research and Quality (US); décembre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]