Syndrome du grand méchant monde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le syndrome du grand méchant monde[1], ou en anglais : Mean World Syndrome[2], est une expression créée par George Gerbner pour décrire le phénomène selon lequel les actes de violence rapportés dans les médias d'information contribuent à créer chez le public l'image d'un monde plus dangereux qu'il ne l'est en réalité.

Gerbner, précurseur pour les recherches portant sur les effets de la télévision sur la société, affirme que les téléspectateurs tendent à penser le monde extérieur comme intimidant et inhospitalier. Ses travaux établissent une corrélation directe entre le temps consacré à la télévision et l'intensité du sentiment d'insécurité[3], bien que la direction du lien de causalité demeure débattue. Il est en effet possible qu'une personne craintive choisisse de s'écarter du monde extérieur et de s'adonner à des activités solitaires telles que la télévision[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La France a peur »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Hacking Social, (consulté le 1er septembre 2017).
  2. George Gerbner Leaves the Mean World Syndrome, posté par lex sur http://PEJ.org, 8 janvier 2006, Peace, Earth & Justice News.
  3. (en) George Gerbner, « Trends in Network Television Drama and Viewer Conceptions of Social Reality », University of Pennsylvania,‎ (lire en ligne).
  4. (en) G. Gerbner, L. Gross, M. Morgan, N. Signorielli et J. Shanahan, Media effects: advances in theory and research, Mahwah, NJ, Lawrence Elbaum Associates, , 43-67 p. (ISBN 9781410602428, OCLC 49852245, lire en ligne), « Growing Up with Television: Cultivation Processes ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]