Syndrome de fasciculations bénignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fasciculations de la paupière supérieure dans le cadre d'un syndrome de fasciculations bénignes chez un homme de 19 ans.

Le syndrome de fasciculations bénignes, en anglais : benign fasciculation syndrome (BFS), est une affection neurologique bénigne caractérisée par des fasciculations (tressautements musculaires) des muscles du corps. Les tressautements peuvent se produire dans tous les muscles du système volontaire mais sont plus fréquents au niveau des paupières, des bras et des jambes. La langue est parfois affectée. Les tressautements peuvent survenir de manière occasionnelle ou de manière continue. De manière générale, le fait de contracter volontairement le muscle permet d'arrêter les tressautements mais ceux-ci reprennent quand le muscle revient au repos.

Signes et symptômes[modifier | modifier le code]

Le symptôme principal du BFS sont les tressautements musculaires généralisés au corps entiers, ou localisés dans une zone. Les symptômes principaux du BFS sont les suivants [1],[2] :

D'autres symptômes sont parfois présents :

  • réflexes exagérés[2],[5] ;
  • raideurs musculaires ;
  • tremblements ;
  • sensations de vibration ;
  • démangeaisons ;
  • myoclonies

Les symptômes du BFS sont présents dans les muscles au repos et n'entrainent pas de vraie faiblesse musculaire[6].

De l'anxiété accompagne souvant le BFS et de nombreuses personnes affectées souffrent d'hypocondrie. Le BFS peut imiter les symptômes de pathologies beaucoup plus graves telles que la sclérose latérale amyotrophique.

Causes[modifier | modifier le code]

La cause précise du syndrome de fasciculations bénignes est inconnue. Une origine auto-immune est probable.

Il existe des similarités intriguantes entre le BFS et l'empoisonnement chronique aux organophosphorés, mais ces similarités n'ont pour le moment pas été étudiées. Il est possible qu'une augmentation chronique du taux d'hormones liées au stress puisse causer des symptômes similaires à ceux causés par les organophosphorés.[citation nécessaire]

Le BFS peut également être attribué à l'usage à long terme d'anticholinergiques tels que la diphenhydramine ou à celui des opiacés, mais est le plus souvent présent dans le dernier cas lors d'un syndrome de sevrage.

Une carence en magnésium peut causer à la fois des fasciculations et de l'anxiété.[7]

Des recherches récentes mettent en évidence une association entre les fasciculations diffuses accompagnées de paresthésies et la neuropathie des petites fibres dans 82% des patients ayant un électromyogramme normal.[8],[9]

Un cas suspecté de neuropathie par intolérance au gluten est décrit dans l'observation d'une homme de 28 ans souffrant de fasciculations constantes et diffuses. Les fasciculations sont d'abord apparues au niveau de l'oeil gauche pendant 6 mois, avant de s'étendre à d'autres parties du corps, à l'oeil droit suivi des lèvres puis des mollets, cuisses et fesses. Les fasciculations touchaient parfois un seul muscle ou bien tous les muscles ci-dessus simultanément. De plus, une sensation constante de "vibration" dans les jambes était rapportée. Des troubles intestinaux apparurent 8 mois après le début des fasciculations. Le patient rapportait également souffrir d'un manque de concentration et de fatigue généralisée. Un test sanguin révéla un taux d'anticorps très élevé contre un certain nombre d'aliments tels que le blé, le seigle, l'épeautre, les produits laitiers et plus généralement contre le gluten. Après un régime adapté durant 6 mois, les fasciculations avaient complétement disparu. Le gluten fut suspecté d'être la cause des fasciculations par un mécanisme d'hypersensibilité entrainant une neuropathie.[10]

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic de fasciculations bénignes repose sur un diagnostic d'exclusion. Le praticien vérifie généralement qu'il ne s'agit pas d'une autre pathologie telle qu'une neuropathie, une borréliose ou une SLA. L'EMG est utile pour le neurologue car il permet de s'assurer que le système nerveux périphérique du patient n'est pas atteint. Dans le cas d'un patient atteint de BFS, l'EMG est normal, hormis parfois la présence de potentiels de fasciculations.

Un autre aspect dans le diagnostic du BFS est la recherche par le praticien de faiblesse musculaire. Pour cela, il procède à une série de tests d'efforts.

L'absence de faiblesse musculaire, associé à un EMG normal, permet d'assurer le diagnostic de fasciculations bénignes.

Une autre anormalité fréquemment retrouvée dans le BFS est une exagération des réflexes ostéotendineux. Le bilan sanguin est normal. Selon le neurologue John C. Kincaid:

« En l'absence de signes cliniques et électromyographiques en faveur d'une autre maladie neurologique, le diagnostic de fasciculations bénignes est porté. Je suggère que ces patients soient suivis pendant un an ou plus à l'aide d'examens cliniques et électromyographiques espacés de 6 mois avant d'être sûr du diagnostic de fasciculations bénignes. Ma façon de traiter des fasciculations qui apparaissent bénignes est d'abord de rassurer le patient sur le fait qu'aucune maladie menaçante ne soit présente.[11] »

Traitement[modifier | modifier le code]

Un certain degré de contrôle des fasciculations peut être obtenu avec le même traitement que celui du tremblement essentiel, c'est-à-dire grâce aux bêta-bloquants et aux anticonvulsivants. Cependant, l'approche la plus efficace est souvent de traiter l'anxiété qui accompagne la maladie. Aucun traitement ou supplément connu ne permet de totalement supprimer les symptômes. Dans le cas où les fasciculations sont causées par une carence en magnésium, la supplémentation peut permettre de réduire les symptômes.[12]

Dans la majorité des cas, la sévérité des symptômes peut-être significativement réduite en réduisant le stress quotidien. Des façons courantes de réduire le stress sont: plus d'exercice physique, plus de sommeil, moins de travail, la méditation, et l'élimination de toutes les formes de caféine de l'alimentation..[13]

Si des douleurs musculaires accompagnent les fasciculations, il peut être conseillé au patient de prendre des traitements antalgiques tels que le paracétamol ou l'ibuprofène pendant les périodes de douleur. Le patient devrait cependant discuter avec son médecin de la possibilité d'utiliser ces traitements à long terme et de l'absence de contre-indications.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Le pronostic pour les patients ayant un syndrome de fasciculations bénignes est généralement bon voire excellent. Il n'existe aucun dommage à long terme connu. Il est possible pour les patients de souffrir d'anxiété même après le diagnostic de maladie bénigne. Ces patients sont généralement renvoyés vers d'autres professionnels de santé spécialisés dans la gestion du stress et de l'anxiété.

Des rémissions spontanées ont été observées, et dans le cas ou l'anxiété est un facteur contribuant majeur, les symptômes sont typiquement atténués lorsque cette anxiété est traitée. Dans une étude menée par la Mayo Clinic, 121 patients souffrant de la maladie furent suivis 2 à 32 ans après le diagnostic avec une moyenne de 7 ans. [1][14] Aucun cas de progression du BFS vers une maladie plus grave ne fut observé, et 50% des patients rapportent une amélioration significative des symptômes depuis leur diagnostic. Seuls 4% des patients ont rapporté une aggravation des symptômes depuis le diagnostic.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.nextination.com/aboutbfs/artmayo.htm
  2. a et b http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ana.410340419/abstract
  3. (en) Hart I, Maddison P, Newsom-Davis J, Vincent A, Mills KR, « Phenotypic Variants of Autoimmune Peripheral Nerve Hyperexcitability », Brain, vol. 125, no 8,‎ , p. 1887–1895. (PMID 12135978, DOI 10.1093/brain/awf178, lire en ligne)
  4. (en) Allan H. Ropper; Robert H. Brown, Adams and Victor's Principles of Neurology, 8e éd., 1277–1278 p., « Chapter 55. Disorders of Muscle »
  5. http://www.healthhype.com/benign-fasciculation-syndrome-bfs-constant-muscle-twitching.html
  6. « http://www.musclefasciculations.net/?cat=3 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2013-04-13
  7. « The Importance of Magnesium to Human Nutrition », Mbschachter.com (consulté le 6 mai 2015)
  8. « Benign Fasciculation Syndrome as a Manifestation of Small Fiber Neuropathy (P01.139) -- Tzatha et al. 80 (1001): P01.139 -- Neurology », neurology.org
  9. « Small fiber abnormalities in skin bio... [J Clin Neuromuscul Dis. 2014] - PubMed - NCBI » (consulté le 4 octobre 2014)
  10. Brian Anderson et Adam Pitsinger, « Improvement in Chronic Muscle Fasciculations With Dietary Change: A Suspected Case of Gluten Neuropathy », Journal of Chiropractic Medicine, vol. 13, no 3,‎ , p. 188–191 (PMID 25225467, DOI 10.1016/j.jcm.2014.01.002)
  11. Kincaid, J. C., « Muscle pain, fatigue, and fasciculations », Neurological Clinic, vol. 15, no 3,‎ , p. 697–709 (PMID 9227959, DOI 10.1016/s0733-8619(05)70340-6)
  12. « Diet Deficiency & Fasciculations », LIVESTRONG.COM (consulté le 4 octobre 2014)
  13. « fasciculations precede peripheral neuropathy » (consulté le 4 octobre 2014)
  14. « Long-term follow-up of 121 patients with benign f... [Ann Neurol. 1993] - PubMed - NCBI » (consulté le 4 octobre 2014)