Syndrome de Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Syndrome de Williams
Description de l'image Williams syndromeCCBY.jpg.
Spécialité Génétique médicale et pédiatrieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 Q93.8
CIM-9 758.9
OMIM 194050
DiseasesDB 859
MedlinePlus 001116
eMedicine 893149Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine ped/2439 
MeSH D018980
Symptômes Sténose aortique supravalvulaire (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome de Williams (SW), ou syndrome de Williams et Beuren, est l’association d’un retard mental, d’une cardiopathie congénitale, d’un faciès et d’un comportement hypersocial caractéristiques de l’individu affecté. Il existe également des anomalies diverses du tissu conjonctif, et il y a possible hypercalcémie.

La recherche sur les gènes impliqués dans le syndrome de Williams a permis de comprendre le rôle de gènes impliqués dans les comportements sociaux chez l'homme et les animaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Poor little birdie teased, par l'illustrateur d'époque victorienne Richard Doyle. Un elfe y est dessiné sous les traits faciaux du syndrome de Williams[1].

Cette maladie génétique porte les noms du cardiologue néo-zélandais J. C. P. Williams, qui le premier identifia en 1961[2] cette maladie réunissant une malformation cardiaque (sténose aortique congénitale supra valvulaire), une déficience intellectuelle et des traits faciaux « elfiques » caractéristiques, et du pédiatre allemand A.J. Beuren (de l'université de Göttingen) qui décrivit indépendamment cette association en 1962[3].

Sa cause fut initialement attribuée à un surdosage en vitamine D[4] mais son origine génétique est suspectée au début des années 1990[5]. Il est alors démontré que la maladie correspond, non pas à une mutation, mais à une délétion d'au moins un gène[6].

Cause[modifier | modifier le code]

Microdélétion hémizygote de 1 500 000 paires de base du locus q11.23 du chromosome 7 retrouvé dans 95 % des cas.

Cette microdélétion vient indifféremment du chromosome paternel ou maternel. Elle entraîne jusqu’à la suppression de plus de 17 gènes. La zone microdélétée correspond à une zone où sont situés de nombreux gènes (ou pseudo-gènes) dupliqués, ce qui expliquerait la plus grande probabilité d'erreur au cours de la méiose[7]. Les gènes les plus souvent impliqués sont :

L'essentiel des cas est sporadique (le père et la mère portant des versions normales du chromosome 7). La maladie ne compromettant pas la fertilité, une transmission de type autosomique dominante reste possible[8].

En 2018, les scientifiques ont pu mettre en évidence que le syndrome résulte d'une délétion de 26 à 28 gènes[9].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Sa prévalence est d'environ une personne sur 20 000 à une personne sur 7 500[10].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Clinique[modifier | modifier le code]

L’enfant est souvent né avant terme et petit. Il présente souvent des troubles digestifs avec vomissements, douleurs abdominales responsables de pleurs fréquents, signes pouvant évoquer une maladie de Hirschsprung. Il est souvent hypotonique, avec une hernie ombilicale et un strabisme. Il acquiert tardivement le langage mais celui-ci est de bonne qualité.

Le diagnostic du syndrome de Williams est souvent fait cliniquement sur l’association de plusieurs signes.

Le comportement est caractéristique avec un très bon contact. La personne est très gentille, serviable, souriante. Un scientifique[Qui ?] a par exemple décrit un enfant avec le SW par ces mots : « il se comporte avec les gens comme s'il y avait en lui un aimant magnétique social ».

Les personnes atteintes de ce syndrome sont très sensibles au bruit[11], une hyperacousie est présente dans environ 95 % des cas[12]. Bien qu'elles soient réputées douées pour apprendre la musique, leur réputation d'« oreille musicienne » n'est pas scientifiquement étayée[13]. Chez l'adulte, il existe fréquemment une anxiété, des troubles de l'attention[14].

Certains cas de syndrome de Williams montrent une affinité particulière pour les rythmes et l'expression lyrique des émotions et ont été qualifiés de savants. Bien que la capacité attentionnelle de ces personnes soit éphémère, elles peuvent passer des heures à écouter ou produire de la musique. Un taux élevé d'oreille absolue existe dans cette population. Un garçon atteint de ce syndrome était capable de synchroniser des rythmes différents (un pour chaque main) dans le même espace de temps[15].

Gloria Lenhoff est une chanteuse soprano atteinte du syndrome de Williams. Elle est capable de chanter plus de 2 500 airs, en 25 langues différentes, avec un accent rapporté comme étant parfait, et possède aussi l'oreille absolue. Son QI rapporté est d'environ 55, et elle ne peut pas réaliser une opération arithmétique de base[15].

Une cardiopathie congénitale est présente chez 75 % des enfants atteints. L’anomalie cardiaque la plus fréquente est une sténose supra-valvulaire de l’aorte. Le rétrécissement peut atteindre également d'autres artères[7]. Le rapport « intima/media » mesuré au niveau d'une artère carotide semble constamment augmenté[16]. Il peut exister également des anomalies des valves cardiaques[17]. Une hypertension artérielle est constatée dans près de la moitié des cas[18].

Le faciès est caractéristique : habituellement décrit comme le visage d’un elfe, le faciès associe grand front, joues pleines, grande bouche avec lèvre inférieure éversée, pointe du nez bulbeuse.

Il existe souvent un retard mental.

Le QI des personnes atteintes est de 50 à 70 avec des meilleurs résultats aux tests verbaux[7].

Ces personnes ne peuvent pas faire d'opération mathématiques ou reproduire des dessins simples.

Le diagnostic est souvent posé entre 3 et 6 ans en raison de l'impossibilité d'avoir une scolarité ordinaire à cause de ce léger retard intellectuel.

Il peut également exister des trouble visuels.

L'examen neurologique peut montrer des signes extrapyramidaux, une hyper-réflexivité.

Au niveau biologique, une hypercalcémie peut être détectée : elle serait présente chez 5 à 50 % des personnes atteintes du syndrome[7]. Elle s'accompagne d'une fuite urinaire de calcium. Le mécanisme de ces anomalies n'est pas clair. Le diabète semble être plus fréquent que dans la population générale[19]. Une hypothyroïdie modérée n'est pas rare[20].

Les patients qui souffrent du syndrome de Williams et de Beuren peuvent être dans de rares cas sujets à de l'hypersensibilité accrue.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

La recherche de la microdélétion se fait habituellement par la technique de FISH permettant de prouver l'absence d'une allèle du gène ELN[7]. Une autre méthode est la recherche de copie par PCR des trois gènes les plus impliqués dans la région critique soit ELN, LIMK1 et GTF21. La dernière méthode est la recherche de perte allélique par étude chromosomique des deux parents.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Peu d'adultes restent autonomes[7]. Outre les complications vasculaires, il semble exister un vieillissement prématuré[7]. L'espérance de vie est inconnue, et le facteur déterminant est probablement l'atteinte cardiovasculaire[21].

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Cette maladie doit être distinguée des autres pathologies associant visage caractéristique, cardiopathie congénitale et retard mental :

Diagnostic prénatal[modifier | modifier le code]

Le diagnostic prénatal est possible par prélèvement du trophoblaste ou d’amniocentèse.

Conseil génétique[modifier | modifier le code]

La nécessité d’un diagnostic prénatal nécessite une consultation de génétique, si possible avant la grossesse souhaitée.

Traitement[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de traitement spécifique. Les rétrécissements vasculaires peuvent être corrigés chirurgicalement. Les perturbations endocriniennes (diabète, thyroïde…) doivent être traitées. Une prise en charge psychologique ou sociale doit être discutée au cas par cas.

Aspects sociaux et psychologiques[modifier | modifier le code]

Malgré leurs déficits physiques et cognitifs, les personnes atteintes du syndrome de Williams présentent des capacités sociales et verbales impressionnantes. Les patients atteints du syndrome de Williams peuvent être très verbaux par rapport à leur QI. Lorsqu'on demande aux enfants atteints du syndrome de Williams de nommer un ensemble d'animaux, ils peuvent très bien énumérer un assortiment très étoffé de créatures telles qu'un koala, un tigre à dents de sabre, un vautour, une licorne, un lion de mer, un yack, un bouquetin et un brontosaure, un ensemble verbal beaucoup plus important que ce à quoi on pourrait s'attendre des enfants ayant un QI autour de 60[22]. Le langage utilisé par les personnes atteintes du syndrome de Williams diffère sensiblement de celui des populations non touchées, y compris les personnes dont le QI est apparié. Les personnes atteintes du syndrome de Williams ont tendance à utiliser un langage riche en descripteurs émotionnels, riche en prosodie (rythme et intensité émotionnelle exagérés), et qui comporte des termes inhabituels et des expressions idiomatiques étranges[23].

Parmi les traits distinctifs des personnes atteintes du syndrome de Williams, on retrouve un manque apparent d'inhibition sociale. Dykens et Rosner (1999) ont constaté que 100 % des personnes atteintes du syndrome de Williams étaient aimables, 90 % recherchaient la compagnie des autres, 87 % compatissaient à la douleur des autres, 84 % étaient attentionnées, 83 % étaient désintéressées et indulgentes, 75 % ne passaient jamais inaperçues dans un groupe et 75 % étaient heureuses lorsque les autres réussissaient[24]. Les nourrissons atteints du syndrome de Williams ont un contact visuel normal et fréquent, et les jeunes enfants atteints du syndrome de Williams s'approchent souvent d'étrangers et les embrassent. Les personnes atteintes du syndrome de Williams ont généralement une grande empathie et on les observe rarement en train de faire preuve d'agressivité. En ce qui concerne l'empathie, elles montrent une force relative en lisant dans les yeux des gens pour évaluer leurs intentions, leurs émotions et leurs états mentaux[25]. Le niveau d'amabilité observé chez les personnes atteintes de Williams est cependant souvent inapproprié pour le milieu social, et les adolescents et les adultes atteints du syndrome de Williams font souvent l'expérience de l'isolement social, de la frustration et de la solitude malgré leur désir évident d'établir des liens avec d'autres personnes[23].

Bien que ces enfants semblent souvent heureux en raison de leur nature sociable, il y a souvent des inconvénients internes à leur façon d'agir. 76-86 % de ces enfants ont déclaré croire qu'ils avaient peu d'amis ou des problèmes avec leurs amis. Cela est peut-être dû au fait que, bien qu'ils soient très amicaux envers les étrangers et qu'ils aiment rencontrer de nouvelles personnes, ils peuvent avoir de la difficulté à interagir à un niveau plus profond. De 73 à 93 % des répondants ont déclaré qu'ils n'avaient aucune réserve à l'égard des étrangers, 67 % étaient très sensibles au rejet, 65 % étaient susceptibles d'être taquinés et les statistiques sur les abus et la violence envers ces enfants ne sont pas disponibles[24],[26],[27],[28],[29]. Ce dernier point est un problème important. Les personnes atteintes du syndrome de Williams sont souvent très confiantes et veulent plus que tout se faire des amis, ce qui les amène à se soumettre à des demandes qui, dans des circonstances normales, seraient rejetées. Il y a aussi des problèmes externes. 91-96 % font preuve d'inattention, 75 % d'impulsivité, 59-71 % d'hyperactivité, 46-74 % de crises de colère, 32-60 % de désobéissance et 25-37 % de bagarres et de comportements agressifs[24],[26],[30].

Dans une expérience, un groupe d'enfants atteints du syndrome de Williams n'a montré aucun signe de préjugé racial, contrairement aux enfants qui n'ont pas le syndrome. Ils ont cependant montré des préjugés sexistes à un degré similaire à celui des enfants sans le syndrome, ce qui suggère des mécanismes distincts pour ces préjugés[31].

Recherche comportementale[modifier | modifier le code]

Les scientifiques ont utilisé le syndrome de Williams pour étudier l'influence des gènes impliqués sur les comportements sociaux chez l'homme et les animaux[9].

Des souris modifiées génétiquement ont été capables de reproduire des aspects cruciaux du syndrome de Williams humain, y compris une sociabilité accrue, à divers degrés. Les scientifiques ont pu montrer que de multiples gènes dans la région de délétion entière donnent lieu à ce comportement d'hypersociabilité[9].

Chez l'homme, les polymorphismes communs du gène GTF2I (en), trouvé dans la région de délétion du syndrome de Williams, sont associés à une réduction de l'anxiété dans la population générale et à un comportement chaleureux, une facette de l'extraversion, chez les femmes[9].

Une étude sur la base génétique des diverses caractéristiques associées à la domestication des chiens a révélé que cette domestication du chien s'est accompagné d'une délétion génétique dans la région génomique équivalente à celle liée au syndrome de Williams chez les humains. Ce qui expliquerait le comportement très social de chiens[9].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le film Gabrielle de Louise Archambault met en vedette un personnage atteint du syndrome de Williams.

Le Sumo qui ne pouvait pas grossir de Éric-Emmanuel Schmitt met en scène un personnage dont la mère est atteinte du syndrome de Williams.

Dans l'épisode 4 de la saison 9 de la série New York, unité spéciale: La Voix du plus fort, une petite fille, seul témoin d'un meurtre, est atteinte de ce syndrome.

Dans l'épisode 13 de la saison 4 de la série Dr House : Trop gentil pour être vrai, le patient trop gentil est d'abord suspect de Syndrome de Williams.

Dans l'épisode 8 de la saison 2 de la série Chicago Med : Libre arbitre, la patiente du Dr Rhodes est atteinte du Syndrome de Williams.

Le livre Williams et nous de l'écrivaine Moka à L'École des loisirs met en scène une petite fille atteinte du syndrome de Williams.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Nursery realms: children in the worlds of science fiction, fantasy, and horror. Gary Westfahl, George Edgar Slusser (en), University of Georgia Press (en), 1999, (ISBN 978-0-8203-2144-8), page 153. lire en ligne sur google books.
  2. (en) Williams JC, Barratt-Boyes BG (en), Lowe JB, « Supravalvular aortic stenosis » Circulation 1961;24:1311-8.
  3. (en) Beuren AJ, Apitz J, Harmjanz D. « Supravalvular aortic stenosis in association with mental retardation and a certain facial appearance » Circulation 1962;26:1235-40.
  4. (en) Friedman WF, Roberts WC. « Vitamin D and the supravalvar aortic stenosis syndrome: the transplacental effects of vitamin D on the aorta of the rabbit » Circulation 1966;34:77-86.
  5. (en) Sadler LS, Robinson LK, Verdaasdonk KR, Gingell R. « The Williams syndrome: evidence for possible autosomal dominant inheritance » Am J Med Genet. 1993;47:468-70.
  6. (en) Ewart AK, Morris CA, Atkinson D et al. « Hemizygosity at the elastin locus in a developmental disorder, Williams syndrome » Nat Genet. 1993;5:11-6.
  7. a b c d e f et g (en) Pober BR. « Williams–Beuren syndrome » N Eng J Med. 2010;362:239-52.
  8. (en) Morris CA, Thomas IT, Greenberg F. « Williams syndrome: autosomal dominant inheritance » Am J Med Genet. 1993;47:478-81.
  9. a b c d et e (en) Yewande Pearse, « A rare disease offers clues to how genes affect social behavior », sur massivesci.com, massive science, (consulté le 8 janvier 2020).
  10. (en) Strømme P, Bjørnstad PG, Ramstad K. « Prevalence estimation of Williams syndrome » J Child Neurol. 2002;17:269-71. PMID 12088082.
  11. (en) Gothelf D, Farber N, Raveh E, Apter A, Attias J. « Hyperacusis in Williams syndrome: characteristics and associated neuroaudiologic abnormalities » Neurology 2006;66:390-5.
  12. (en) Klein AJ, Armstrong BL, Greer MK, Brown FR 3rd, « Hyperacusis and otitis media in individuals with Williams syndrome », J Speech Hear Disord, vol. 55, no 2,‎ , p. 339-44. (PMID 2329796) modifier.
  13. (en) Hopyan T, Dennis M, Weksberg R, Cytrynbaum C. « Music skills and the expressive interpretation of music in children with Williams-Beuren syndrome: pitch, rhythm, melodic imagery, phrasing, and musical affect », Child Neuropsychol, 2001;7:42-53.
  14. (en) Davies M, Udwin O, Howlin P. « Adults with Williams syndrome: preliminary study of social, emotional and behavioural difficulties » Br J Psychiatry 1998;172:273-6.
  15. a et b (en) « Music, the Brain, and Williams Syndrome », sur The Scientist Magazine (consulté le 28 juillet 2018).
  16. (en) Sadler LS, Gingell R, Martin DJ. « Carotid ultrasound examination in Williams syndrome » J Pediatr. (en) 1998;132:354-6.
  17. (en) Scheiber D, Fekete G, Urban Z et al. « Echocardiographic findings in patients with Williams-Beuren syndrome » Wien Klin Wochenschr. 2006;118:538-42.
  18. (en) Broder K, Reinhardt E, Ahern J, Lifton R, Tamborlane W, Pober B. « Elevated ambulatory blood pressure in 20 subjects with Williams syndrome » Am J Med Genet. 1999;83:356-60.
  19. (en) Cherniske EM, Carpenter TO, Klaiman C et al. « Multisystem study of 20 older adults with Williams syndrome » Am J Med Genet A (en) 2004;131:255-64.
  20. (en) Stagi S, Bindi G, Neri AS et al. « Thyroid function and morphology in patients affected by Williams syndrome » Clin Endocrinol (Oxf) 2005;63:456-460.
  21. Brigite Gilbert-Dussardier, « Le syndrome de Williams-Beuren »[PDF], Encyclopédie Orphanet, 2006.
  22. (en) Pinker S, The Language Instinct: How the Mind Creates Language, HarperCollins, (ISBN 978-0-06-133646-1, lire en ligne[archive du ]), p. 53.
  23. a et b (en) P. Kaplan, P. P. Wang et U. Francke, « Williams (Williams Beuren) Syndrome: A Distinct Neurobehavioral Disorder », Journal of Child Neurology (en), vol. 16, no 3,‎ , p. 177–190 (PMID 11305686, DOI 10.1177/088307380101600305).
  24. a b et c (en) Elisabeth M. Dykens et Beth A. Rosner, « Refining Behavioral Phenotypes: Personality—Motivation in Williams and Prader-Willi Syndromes », American Journal on Mental Retardation, vol. 104, no 2,‎ , p. 158–169 (PMID 10207579, DOI 10.1352/0895-8017(1999)104<0158:RBPPIW>2.0.CO;2).
  25. (en) H Tager-Flusberg et K Sullivan, « A componential view of theory of mind: Evidence from Williams syndrome », Cognition (en), vol. 76, no 1,‎ , p. 59–90 (PMID 10822043, DOI 10.1016/s0010-0277(00)00069-x).
  26. a et b (en) Orlee Udwin, William Yule et Neil Martin, « Cognitive Abilities and Behavioural Characteristics of Children with Idiopathic Infantile Hypercalcaemia », Journal of Child Psychology and Psychiatry (en), vol. 28, no 2,‎ , p. 297–309 (PMID 3584299, DOI 10.1111/j.1469-7610.1987.tb00212.x).
  27. (en) Orlee Udwin, « A survey of adults with Williams syndrome and idiopathic infantile hypercalcaemia », Developmental Medicine & Child Neurology (en), vol. 32, no 2,‎ , p. 129–141 (PMID 2338177, DOI 10.1111/j.1469-8749.1990.tb16912.x).
  28. (en) A Gosch et R Pankau, « Personality characteristics and behaviour problems in individuals of different ages with Williams syndrome », Developmental Medicine & Child Neurology, vol. 39, no 8,‎ , p. 527–533 (PMID 9295848, DOI 10.1111/j.1469-8749.1997.tb07481.x).
  29. (en) P Howlin, M Davies et Orlee Udwin, « Cognitive functioning in adults with Williams syndrome », Journal of Child Psychology and Psychiatry, and Allied Disciplines (en), vol. 39, no 2,‎ , p. 183–189 (PMID 9669231, DOI 10.1111/1469-7610.00312).
  30. (en) Stewart L. Einfeld, Bruce J. Tonge et Tony Florio, « Behavioral and Emotional Disturbance in Individuals with Williams Syndrome », American Journal on Mental Retardation, vol. 102, no 1,‎ , p. 45–53 (PMID 9241407, DOI 10.1352/0895-8017(1997)102<0045:BAEDII>2.0.CO;2).
  31. (en) Andreia Santos, Andreas Meyer-Lindenberg (en) et Christine Deruelle, « Absence of racial, but not gender, stereotyping in Williams syndrome children », Current Biology, vol. 20, no 7,‎ , R307–8 (PMID 20392417, DOI 10.1016/j.cub.2010.02.009).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]