Syndrome de Waterhouse-Friderichsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le syndrome de Waterhouse-Friderichsen correspond à une inflammation des glandes surrénales provoquant une insuffisance surrénalienne aigüe causée par une infection bactérienne sévère (le plus souvent le méningocoque Neisseria meningitidis) avec plusieurs facteurs de risque communément associés : hypotension, troubles de la coagulation, sepsis, fièvre, hypoglycémie. En l'absence de traitement, il évolue rapidement (12-24 heures) vers un coma puis le décès du patient. Cependant cette pathologie peut se rencontrer au cours de sepsis sévères, d'étiologies diverses et non exclusivement au cours d'infections à méningocoque[1].
Ce syndrome présente une prévalence plus élevée chez les patients splénectomisés[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Ce syndrome est décrit pour la première fois en 1911 par Rupert Waterhouse, un médecin anglais (18731958), chez un enfant de huit mois[3] et en 1918, Carl Friderichsen, un pédiatre danois (18861979), passe en revue la littérature et décrit un cas similaire à développement foudroyant caractérisé cliniquement par stupeur, cyanose, pâleur, vomissements et une éruption purpurique d'évolution rapide avec hémorragie bilatérale des surrénales à l'autopsie[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Syndrome de Waterhouse-Friderichsen au cours d'une péritonite à Morganella morganii et Enterococcus faecium
  2. (en) M.L. Brigden et A.L. Pattullo, « Prevention and management of overwhelming postsplenectomy infection--an update », Critical care medicine, New York, Kolen, vol. 27, no 4,‎ , p. 836-842 (ISSN 0090-3493, 1530-0293 et 0090-3493)
  3. (en) R. Waterhouse, « Case of suprarenal apoplexy », Lancet, Elsevier, vol. 1, no 157,‎ (ISSN 0140-6736)
  4. (de) C. Friderichsen, « Nebennierenapoplexie bei kleinen Kindern », Jahrb. f. Kinderheilk, vol. 87,‎ , p. 109-125

Voir aussi[modifier | modifier le code]