Syndrome de Charles Bonnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le syndrome de Charles Bonnet (CBS) consiste en des hallucinations visuelles complexes survenant chez des sujets âgés ne présentant pas de troubles mentaux. C'est le naturaliste genevois Charles Bonnet qui en donna la première description en 1760, la personne affectée étant son grand-père[1]. Il en fut lui-même atteint[2], et le syndrome est nommé ainsi pour la première fois en 1967 par Georges de Morsier[3].

Il s'agit d'hallucinations visuelles complexes survenant chez des sujets âgés ne présentant pas de troubles mentaux[2]. Charles Bonnet relate le cas de son grand-père de 87 ans atteint d'une cataracte des deux yeux responsable d'une cécité presque complète mais qui disait percevoir des personnages, des oiseaux, des voitures attelées, des bâtiments, des tapisseries et des motifs en échafaudages.

Dans la plupart des cas, les patients sont des personnes souffrant d'un déficit visuel lié au vieillissement, de lésions oculaires ou d'une atteinte des nerfs optiques. En particulier, l'association d'une perte de la vision centrale observée dans la dégénérescence maculaire liée à l'âge et d'une perte de vision périphérique consécutive à un glaucome est un facteur prédisposant au syndrome de Charles Bonnet, qui ne survient toutefois que rarement. Les troubles sont strictement visuels, n'affectant pas les autres sens[4]. D'ailleurs, on note une brève hyperactivité dans le cortex inferotemporal.

Aucun traitement n'est défini[5].

Une affection comparable, le syndrome de l'oreille musicale, est décrite chez des patients ayant subi d'importantes pertes auditives[6]. Ces patients présentent des hallucinations auditives complexes en contexte de pertes auditives. Le lien entre déplétion de la stimulation sensorielle et hallucinations est tel, que certains auteurs envisagent d'étendre les critères diagnostiques du CBS pour inclure de telles manifestations[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bonnet C. Essai analytique sur les facultés de l'âme. Copenhagen : Philibert, 1760.
  2. a et b (en) Menon GJ, Rahman I, Menon SJ et al. Complex visual hallucinations in the visually impaired: the Charles Bonnet Syndrome, Surv Ophthalmol, 2003 ; 48:58–72.
  3. de Morsier G., « Le Syndrome de Charles Bonnet. Hallucinations visuelles chez un vieillard opéré de la cataracte », Ann Med Psych, vol. 128,‎ , p. 677-702.
  4. (en) Jacob A, Prasad S, Boggild M, Chandratre S, Charles Bonnet Syndrome—Elderly people and visual hallucinations, BMJ, 2004;328:1552–1554.
  5. (en) Lagoudis A, Ozikas V, Charles Bonnet syndrome: case reports and short review, Psychiatrike, 2011;22:68–72.
  6. (en) Fatih Volkan Yuksel, Cebrail Kisa, Cigdem Aydemir et Erol Goka, « Sensory Deprivation and Disorders of Perception », The Canadian Journal of Psychiatry, vol. 49, no 12,‎ , p. 867–868 (ISSN 0706-7437 et 1497-0015, DOI 10.1177/070674370404901217, lire en ligne, consulté le )
  7. Christopher Johns et Tadas Zuromskis, « The sound of silence », The Lancet, vol. 380, no 9854,‎ , p. 1712 (ISSN 0140-6736, DOI 10.1016/s0140-6736(12)61331-2, lire en ligne, consulté le )