Syndrome de Beckwith-Wiedemann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le syndrome de Beckwith-Wiedemann est une maladie génétique se caractérisant par une croissance excessive du fœtus, une grosse langue (macroglossie), une hypertrophie des organes, une omphalocèle ou une hernie, une prédisposition à développer une tumeur embryonnaire, des anomalies des oreilles et des hypoglycémies.

Autres noms[modifier | modifier le code]

Omphalocèle - macroglossie - gigantisme

Étiologie[modifier | modifier le code]

Les anomalies génétiques responsables du syndrome de Beckwith-Wiedemann sont complexes, encore mal définies à ce jour, mais dans la majorité des cas on retrouve une expression biallélique du gène IGF2, localisé sur le Chromosome 11[1], au cours du développement. Cette anomalie est de type épigénétique[2]. D'autres formes ont une méthylation aberrante des gènes H19 ou KCNQ1OT1 situés sur ce même chromosome, les premiers étant plus susceptible de développer des tumeurs[3]. D'autres ont une mutation sur le gène CDKN1C[4], cette dernière étant possiblement responsable des défauts de méthylation décrits[5].

Incidence et prévalence[modifier | modifier le code]

Un cas pour 13,700 naissances

Description[modifier | modifier le code]

Syndrome à défauts multiples caractérisé principalement par une hernie ombilicale, une macroglossie et un gigantisme, associés parfois à une viscéromégalie, une hypoglycémie et des anomalies de l'oreille. Peut également faire développer des tumeurs au foie et aux reins chez les enfants en bas âge. Il peut exister des anomalies de la face de type hypoplasie[6].

Évolution[modifier | modifier le code]

Le risque de survenue d'un cancer est important dans les premières années de la vie, surtout à type de neuroblastome, néphroblastome ou d'hépatoblastome[7].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Prise en charge et traitement[modifier | modifier le code]

Traitement[modifier | modifier le code]

Prise en charge[modifier | modifier le code]

La prise en charge implique des stratégies médicales palliatives, chirurgicales La surveillance tumorale doit être instaurée (chez le patient suspect ou diagnostiqué, ainsi que chez le jumeau asymptomatique). celle-ci ne doit pas être guidée par des corrélations génotype/phénotype. Le dépistage néonatal d'une hypoglycémie doit être entrepris s'il existe des signes prénataux diagnostiques ou évocateurs ou même chez le nouveau-né asymptomatique mais à haut risque du fait d'antécédents familiaux.[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Online Mendelian Inheritance in Man, OMIM (TM). Johns Hopkins University, Baltimore, MD. MIM Number:130650 [2]
  • (en) GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1993-2005 [3]
  • Site orphanet