Syndrome d’Alice au pays des merveilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le syndrome d’Alice au pays des merveilles (d'après le roman écrit par Lewis Carroll), ou syndrome de Todd décrit par le psychiatre britannique John Todd en 1955[1], est un trouble neurologique qui modifie la perception de l’espace, du temps et de soi-même.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Illustration par John Tenniel du roman de Lewis Carroll.

La personne atteinte du syndrome d’Alice au pays des merveilles peut présenter une micropsie, une macropsie, une téléopsie ou une pélopsie. Le syndrome est relié aux troubles de dissociation[2]. Il fait donc partie de la même famille que les dépersonnalisations et les déréalisations.

D’autres distorsions sensorielles sont également associées, comme une perception altérée de la vitesse ou même de sa propre image. La personne atteinte a l’impression que son corps est déformé et/ou que ses membres s’allongent. Elle peut aussi entendre des sons ce qui peut générer un état de panique[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le syndrome est appelé syndrome de Todd, en référence à la description qu'en fit en 1955 John Todd, psychiatre britannique au High Royds Hospital (en) à Menston dans le West Yorkshire[4]. Todd a découvert que plusieurs de ses patients éprouvaient des migraines qui provoquaient chez eux des altérations de la perception de la proportion des objets. Ils souffraient également d'une altération de la notion de temps et du sens du toucher, ainsi que d'une déformation de la perception de leur propre corps.

Par ailleurs, aucun de ces patients n'avaient de tumeur au cerveau, de troubles de la vision ou de maladie mentale qui auraient pu expliquer les symptômes. Ils étaient aussi tous capables de penser avec lucidité et pouvaient distinguer des hallucinations de la réalité. Seule leur perception était modifiée[5]. Dans la mesure où Lewis Carroll avait été victime de migraines avec des symptômes similaires, Todd supposa que Carroll avait utilisé ses propres expériences migraineuses comme source d'inspiration pour son célèbre roman de 1865, Alice au pays des merveilles. Le journal de Carroll révèle qu'en 1856, il a consulté William Bowman, un éminent ophtalmologiste, pour les manifestations visuelles des migraines qu'il éprouvait régulièrement[6].

Causes[modifier | modifier le code]

  • La cause principale de ce syndrome est la migraine, notamment chez l'enfant[7].
  • Une autre cause est une infection par le virus d'Epstein-Barr (EBV) ou virus de l’herpès 4 (HHV-4) résultant en une mononucléose infectieuse à tel point qu'un auteur considère que tous les patients présentant un tableau clinique compatible avec un syndrome d’Alice au pays des merveilles devraient faire l'objet d'un dépistage sérologique du virus d'Epstein-Barr[8].
  • Plus généralement, les troubles de la dissociation peuvent apparaître dans des épisodes de stress ou pour les patients atteints de choc post traumatique[9].

Traitement[modifier | modifier le code]

Le repos est recommandé pour les patients dans la mesure où le syndrome n'est pas dangereux en soi et est susceptible de disparaître avec le temps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Todd, « The syndrome of Alice in Wonderland », Canadian Medical Association Journal, vol. 73, no 9,‎ , p. 701–704 (PMCID 1826192, lire en ligne).
  2. (en) T. Lipsanen, H. Lauerma, P. Peltola et S. Kallio, « Visual distortions and dissociation », The Journal of Nervous and Mental Disease, vol. 187, no 2,‎ , p. 109–112 (ISSN 0022-3018, PMID 10067951, lire en ligne, consulté le 7 décembre 2018).
  3. (en) Dimple George, Paul Bernard, « Complex Hallucinations and Panic Attacks in a 13-Year-Old with Migraines », Innovations in Clinical Neuroscience, vol. 10, no 1,‎ , p. 30-32.
  4. (en) Lanska J.R. et Lanska D.J., « Alice in Wonderland Syndrome: somesthetic vs visual perceptual disturbance », Neurology, vol. 80, no 13,‎ , p. 1262–1264 (PMID 23446681, DOI 10.1212/WNL.0b013e31828970ae).
  5. (en) DEA Servizio, « The Alice in Wonderland Syndrome », PubMed.
  6. (en) R. Martin, « Through the Looking Glass, Another Look at Migraine » [PDF].
  7. (en) Faik Ilik et Kemal Ilik, « Alice in Wonderland syndrome as aura of migraine », Neurocase: The Neural Basis of Cognition, vol. 20, no 4,‎ , p. 474-475 (DOI 10.1080/13554794.2013.826676, lire en ligne).
  8. (es) V.M. Asensio-Sánchez, « Síndrome de Alicia en el país de las maravillas », Archivos de la Sociedad Española de Oftalmología, vol. 89, no 2,‎ , p. 77–78 (DOI 10.1016/j.oftal.2012.07.023).
  9. « Mécanismes », sur www.memoiretraumatique.org (consulté le 7 décembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]