Syndicat national de l'enseignement technique action autonome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Syndicat national de l'enseignement technique-Action autonome dit communément SNETAA est un syndicat français dont le champ d'activité est l'enseignement professionnel, principalement les lycées professionnels.

Ancienne composante de la FEN, puis de la FSU, le SNETAA a fondé la fédération Efficacité indépendance laïcité. Après un rapprochement entamé en 2009[1], le SNETAA adhère à la confédération Force ouvrière[2].

Il défend l'attachement complet de l'enseignement professionnel à l'Éducation Nationale et son intégration des structures privées, la laïcité et est opposé à une déscolarisation précoce des élèves. Son secrétaire général est Pascal Vivier depuis 2018.

Historique[modifier | modifier le code]

Le SNETAA a été fondé en 1948 par Robert Legrand, sous l'appellation GISAL (Groupement d'Indépendance Syndicale de l'Académie de Lille). En 1949, il devient le SNAA et est admis le 16 décembre 1948 à la FEN qui a choisi l'autonomie après l'éclatement de l'unité syndicale de 1947. Il prend le nom de SNETAA en 1955 et devient majoritaire dans le secteur en 1969. En 1989 il fonde la tendance « Autrement » au sein de la FEN à la suite d'un désaccord avec l'orientation majoritaire "Unité Indépendance et Démocratie"[réf. nécessaire].

En 1992, il refuse la création d'un syndicat unique d'enseignants (SE-FEN puis SE-UNSA) voulue par la direction fédérale et quitte la FEN[3]. En 1993 le SNETAA participe à la création de la FSU avec d'autres syndicats exclus par la FEN comme le SNES. Peu à l'aise avec l'orientation générale de la FSU, il en est exclu en 2002. Il crée alors avec la tendance Autrement la fédération EIL[réf. nécessaire].

Le SNETAA connaît alors une existence mouvementée. Après la scission de la fédération EIL du syndicat des professeurs certifiés et agrégés (très peu représentatif), c'est, en 2007, l'exclusion « à vie » de l'ancien secrétaire général du syndicat, Bernard Pabot, pourtant maître d'œuvre de la rupture avec la FSU, qui est décidée par le bureau national. Devant cette confusion, dans plusieurs académies, des équipes du SNETAA font le choix de rejoindre d'autres organisations syndicales (SE-UNSA à Paris, FAEN à Nantes...). En 2010 une scission a lieu et les membres du CRAS Action et Démocratie quittent le syndicat et créent leur propre syndicat qui conservera le nom Action et Démocratie[réf. nécessaire]. L'action du SNETAA est aussi l'objet de critiques émanant de l'association ADIMMAS (association de défense des intérêts matériels et moraux des adhérents du SNETAA)[4]

Organisation[modifier | modifier le code]

Les statuts et le règlement intérieur du SNETAA, modifiés en 2004, prévoient que les responsables sont désignés par des Courants de Réflexion et d'Activité Syndicale (CRAS) sur la base d'un vote des syndiqués. Ainsi, un responsable n'est pas titulaire directement de son mandat, mais le tient du CRAS auquel il appartient, qui peut d'ailleurs le lui retirer. Lors du vote d'orientation, en 2007, 12 % des syndiqués ont voté pour l'unique CRAS qui présentait une liste, Autrement, qui a ainsi obtenu la totalité des sièges. En 2009 un CRAS Action et Démocratie se forme et obtient 33 % des voix. Certains de ses membres sont exclus par la direction nationale [réf. nécessaire].

Représentativité[modifier | modifier le code]

Aux élections professionnelles de 2005, le SNETAA-EIL disposait de plus de 30 % des voix et arrivait en tête pour les élections à la CAPN des professeurs de lycée professionnel. En 2008, cette formation obtenait encore 30,1 %. En 2011, le SNETAA rallié à la confédération Force ouvrière voit son audience s'éroder mais reste le premier syndicat chez les professeurs de lycée professionnel avec 28 % des voix (contre 30,1 % pour l'ex-SNETAA-EIL et 5,6 % pour le Syndicat national Force ouvrière des lycées et collèges en 2008)[5].

Lors des élections professionnelles de 2014, le SNETAA-FO obtient 8867 voix soit une progression de 1059 suffrages par rapport à 2011 et confirme qu'il est le syndicat le plus représentatif des professeurs de lycée professionnel[6].

Anciens secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

Derniers congrès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]