Article soupçonné de non-pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.
Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Syndicat général des lycéens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SGL.
Syndicat Général des Lycéens
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Défense des droits et des conditions d’études des lycéens
Zone d’influence Drapeau de la France France, et certains lycées français à l'étranger
Fondation
Fondation 2009
Fondateur Habib Bekhti
Origine Scission de l'UNL
Identité
Siège 5, rue Perrée, 75003 Paris
Président Rabi Bakkali
Vice-président Pierre Grégoire
Secrétaire général Dayyaane Mooland
Méthode syndicalisme de transformation sociale
Financement subventions publiques, cotisations, dons
Membres 1 000 revendiqués[réf. nécessaire]
Représentativité Élus au CSE :
4 / 4
[réf. nécessaire]
Slogan L'alternative lycéenne !
Site web sgl-org.fr

Le Syndicat général des lycéens (SGL) est un syndicat lycéen français, créé en 2009. Il s'agit de la première organisation lycéenne française en termes de représentativité depuis sa première victoire en 2015 aux élections des représentants lycéens au Conseil supérieur de l'éducation.

Ses objectifs sont de défendre les droits des lycéens, de revendiquer un lycée plus juste, plus égalitaire, plus humain et de militer pour l'égalité. Ainsi, cette organisation d'éducation populaire, présente dans la majorité des départements français, s'engage autour de différents sujets, tels que la lutte contre les discriminations, l'amélioration de la démocratie lycéenne, ou encore l'orientation active des jeunes[1].

Historique

Les débuts

En mai 2009, se déroule le Conseil national de l'Union nationale lycéenne au cours duquel des membres du bureau national démissionnent pour contester le manque de démocratie et d'indépendance de l'organisation tout en restant adhérents. Ils sont soutenus par des militants de l'UNL issus de plusieurs fédérations qui critiquent alors le comportement du bureau national[2] et décident de s'unir sous une même étiquette : l'UNL-D ("D" pour "démocratique")[3]. En octobre 2009, la réélection de Lucie Bousser à la présidence du syndicat est contestée par de nombreux militants de l'UNL-D qui dénoncent des irrégularités (bourrages d'urnes, usurpations d'identité, matériel de vote non conforme notamment)[4].

C'est ensuite que ce groupe de lycéens fait le choix de rompre les liens avec l'UNL, en créant le Syndicat Général des Lycéens, présenté comme une alternative plus démocratique et indépendante. Le SGL est officiellement fondé le .

Première organisation lycéenne

Depuis que le SGL est devenue en 2015 la première organisation lycéenne de France en termes de représentativité, celui-ci a organisé le premier referendum d’initiative lycéenne posant la question suivante aux lycéens : "Êtes-vous favorable(s) au passage du BAC en partiels ?", sur les 3800 lycéens interrogés, près de 70 % se diront favorable(s) au passage des épreuves du baccalauréat en partiels[5].

Durant son premier mandat au CSE, le SGL met la démocratie participative au centre de ses priorités en consultant les élus CAVL sur l'Ordre du jour du CSE, il fait également écrire par les élus lycéens eux-mêmes les déclarations linéaires. Le SGL parvient également à augmenter d'un siège le nombre de représentants lycéens au CSE (passant de 3 à 4), fait en sorte que les lycéens puissent conserver leur note de session 1 (égale ou supérieure à 10) s'ils souhaitent repasser leur BAC plus tard. Le SGL a également permis aux premiers suppléants du CAVL de voter aux élections du CSE.[6]

Mi-janvier 2017, le SGL organise un Forum de l'Alternative éducative où 200 lycéens ont l'occasion pendant deux jours de rencontrer les candidats aux présidentielles et de se former aux droits lycéens, il s'agit du premier évènement de ce genre[7],[8].

En 2017, Arthur Moinet et Eliott Nouaille, deux anciens membres, publient L'Alternative lycéenne ! aux éditions ESF éditeur où ils résument notamment les principales propositions du SGL et décrivent le paysage syndical chez les lycéens[non pertinent][9].

Liste des présidents

Année scolaire Nom Lycée Notes
2009-2010 Habib Bekhti lycée Léopold-Sédar-Senghor de Magnanville Fondateur du syndicat
2010-2011 Sacha Camporini lycée de l'Albanais de Rumilly [10]
2011-2012 Marie Hertzog lycée Louis-Couffignal de Strasbourg [11]
2012-2013 Théo Iberrakene Lycée Albert-Châtelet de Douai [12]
2013-2014 Loukian Jacquet lycée Ambroise-Paré de Laval [13]
2014-2015 Eliott Nouaille lycée Jacques-Prévert de Boulogne-Billancourt [14]
2015-2016 Maayane Pralus lycée Racine de Paris [15]
2016-2017 Alexia Rebeyrolle lycée Auguste-Renoir de Limoges [16]
2017-2018 Ugo Thomas lycée Les Bourdonnières à Nantes Également élu au CSE
2018-2019

en cours

Rabi Bakkali lycée Lamartine à Paris


Grandes dates

  • Novembre 2009 : Création du SGL[17].
  • 2009 : Manifestations contre les suppressions de postes, manifestations contre la réforme Chatel, défense des lycéens sans-papiers[18].
  • 2010 : Opposition à la réforme des retraites[19],[20]. Le SGL participe aux manifestations contre les suppressions de postes.
  • 2011 : Manifestations contre la réforme des programmes et les suppressions de postes.
  • 2012 : Sensibilisation aux enjeux politiques nationaux à l'occasion des élections présidentielles, campagne pour une nouvelle orientation des jeunes[21].
  • 2013 : Campagnes de communication sur les réseaux sociaux autour des "36 propositions" pour changer le lycée. Manifestations pour le droit à l'IVG[22].
  • 2014 : Campagne et charte de prévention face au cyber-harcèlement[23]. Journée de la jupe contre le sexisme[24]. Opposition au ministère de l’Éducation sur la question des pouvoirs conférés à la démocratie lycéenne[25].
  • 6-7 septembre 2014 : Premier grand rassemblement national du SGL[26].
  • 2015 : Le SGL mobilise des lycéens en solidarité aux attentats de janvier 2015 en France[27],[28],[29],[30]. Le SGL lance la Charte des droits lycéens dans les lycées[31].
  • 26-27 septembre 2015 : Congrès national du SGL 2015 autour de la question des inégalités scolaires[32].
  • 2016 : Le SGL s'engage contre le projet de la loi Travail.
  • 24-25 septembre 2016 : Congrès national du SGL 2016[33].
  • 19 mai 2017 : Journée de la Jupe (Journée contre le sexisme [34]
  • 2017 : Forum de l'Alternative éducative : 200 lycéens rencontrent les candidats aux présidentielles[7],[8].
  • 2017 : Victoire à l'élection des représentants lycéens au CSE, le SGL remporté les quatre sièges.
  • Fin août 2017 : Congrès national du SGL 2017.
  • 3-4 février 2018 : États Généraux du Lycée [1]

Organisation

La gouvernance nationale

L'équipe nationale

L'équipe nationale[1] est composée du président, éventuellement du ou des vice-présidents, du secrétaire général, du trésorier et des différents délégués nationaux. Sous la direction du président, cette équipe gère l'administration, la gestion et l'animation nationale du SGL. Cette équipe nationale se réunit sous forme de conseils d'administration physiques ou via visioconférences. C'est le président qui fait voter par le Conseil national la liste des membres de l'équipe nationale. La qualité de membre de l'équipe nationale ne peut être cumulée avec un quelconque poste local ou dans une autre organisation politique (syndicat/mouvement/parti) que le SGL afin de garantir l'indépendance de l'organisation.

Le président est élu par l'ensemble des adhérents du SGL pour une année scolaire, c'est celui-ci qui propose l'équipe nationale. Il représente l'organisation au niveau national est est garant de son bon fonctionnement et de son unité, il ne peut pas faire deux mandats de président au sein de l'organisation. Le secrétaire général est responsable de l'organisation juridique et matérielle du SGL, il assume également la coordination nationale, il s'assure de l’exécution des décisions prises par l'équipe nationale. Le trésorier dispose d'un mandat financier et comptable, il assure la viabilité financière de l'organisation. Le poste de trésorier est traditionnellement attribué à un élève en classe préparatoire aux grandes écoles, avec un double statut d'étudiant-lycéen.

Le Conseil national

Le Conseil National du SGL[1] est le regroupement des référents départementaux et des membres de l'équipe nationale (quand celle-ci a été validé), ceux-ci se réunissent pour valider les membres de l'équipe nationale proposé par le président. Le Conseil national définit l'orientation et l'organisation de l'organisation et peut en changer les statuts. Il émet des revendications syndicales, vote des motions proposées par les membres.

Le SGL fonctionne sans salariés et sans subventions publiques permanentes.

La gouvernance locale

Le SGL se revendique comme une organisation décentralisée[1]. Les fédérations ont donc une importance considérable dans le fonctionnement du syndicat. Bien que très peu de ces dernières soient déclarées en préfecture en tant qu'association, chacune d'entre elles conserve une certaine autonomie, afin de s'adapter aux besoins du département que la fédération représente[35]. Pour se calquer sur le découpage académique du Ministère de l'Éducation nationale, le SGL donne dans ses statuts la possibilité aux représentants départementaux de se réunir au sein d'un « comité académique ». Dans leurs lycées, les lycéens se regroupent en comités locaux.

Propositions

Le Syndicat général des lycéens se veut aussi être une organisation de propositions. Le symbole de cette ambition est son projet syndical nommé Le Lycée du XXIe siècle[36], renouvelé tous les deux ans par les militants. Voici une liste non-exhaustive des propositions du SGL :

  • Égalité des chances à l'école : gratuité des transports, des manuels scolaires. Mieux répartir les moyens entre les lycées. Redonner un sens à l'orientation des jeunes, qui ne doit plus être subie, sans pour autant ignorer les enjeux économiques.
  • Baccalauréat : examen national, divisé en quatre partiels[37],[38].
  • Rythmes scolaires : réduction du temps de travail hebdomadaire[39]. Journées de 6h de cours, avec une pause méridienne d'1h30.
  • Expression des lycéens : renforcer la démocratie lycéenne, en communiquant mieux à son sujet, pour lui redonner toute sa légitimité. Augmentation du nombre d'élus au CSE. Reconnaissance des organisations lycéennes.
  • Discriminations et violences : multiplier les campagnes de sensibilisation, sans laisser de lycées en marge[40].
  • Ouverture : faire du lycée un véritable lieu de vie, condition nécessaire pour que le lycéen s'épanouisse et se découvre, afin de s'orienter activement.
  • Création d'un statut de lycéen donnant accès au RSA pour les lycéens précaires, et protégeant les lycéens étranger face à une obligation de quitter le territoire français

Par ailleurs, le projet du syndicat pour les élections lycéennes de 2015 est axé autour de 21 progrès : création d'un système hybride d'affectation scolaire, création d'un pôle public de soutien scolaire, promouvoir des formes de pédagogie innovantes notamment[41].

En 2017, le projet "Ensemble pour un lycée plus humain !" est proposé dans le cadre de la campagne pour les élections au Conseil supérieur de l'éducation. Les principales revendications sont la mise en place d'un statut lycéen, un nouveau modèle de pensé pédagogique nommé School 3.0 et une réforme en profondeur du lycée[42].

Démocratie lycéenne

En 2011, une des listes du SGL, passe à une dizaine de voix de l'obtention d'un siège au CSE[43].

En 2013, L'organisation totalisant 104 voix en tout, le SGL se revendique donc comme étant la deuxième organisation lycéenne représentative, derrière l'UNL[44]. Le Syndicat général des lycéens comptait en 2013 une trentaine d'élus aux CAVL et 5 élus au CNVL.

En 2015, le SGL remporte les 3 sièges des lycéens au Conseil supérieur de l'éducation et devient ainsi la première organisation lycéenne en représentativité[45],[46]. Le SGL est présent à travers ses élus à tous les échelons de la démocratie lycéenne, qu'il s'agisse du CVL (Conseil des délégués pour la vie lycéenne), du CAVL (Conseil académique de la vie lycéenne), et du CNVL (Conseil national de la vie lycéenne).

En 2017, le SGL remporte de nouveau les sièges au Conseil supérieur de l'éducation qui sont passés de 3 à 4 pour ce nouveau mandat. Il s'agit de la première organisation lycéenne au CNVL avec 8 élus adhérents et sympathisants au SGL (12 en comptant les élus CSE qui siègent également au CNVL).

Élus au Conseil supérieur de l'éducation
Élection 2011 2013 2015 2017
Sièges 0/3 0/3 3/3 4/4

Notes et références

  1. a b c et d « Les statuts – Syndicat Général des Lycéens (SGL) », sur sgl-fr.org (consulté le 4 juin 2017)
  2. « Le syndicat lycéen tombe en triche », sur www.bakchich.info, Bakchich, (consulté le 16 avril 2015)
  3. « À propos du SGL », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 16 avril 2015)
  4. « Explication du Conseil National de l'UNL », sur lecrc.forumactif.fr, Comité de résistance citoyenne, (consulté le 17 avril 2015)
  5. « Enquête SGL : 70 % des lycéens veulent un bac sous forme de partiels! », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  6. « La profession de foi de Youssouf Ben Kiran et Anne-Sarah Dijoux pour le CSE », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  7. a et b « Education : les lycéens du SGL face aux candidats à la présidentielle », (consulté le 4 juin 2017)
  8. a et b « Forum de l’Alternative Educative : le sens de l’engagement », sur Combat, (consulté le 4 juin 2017)
  9. « Attention, voilà L'alternative lycéenne ! », sur http://www.cafepedagogique.net
  10. « Sacha Camporini, nouveau président élu ! », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  11. « Une Alsacienne présidente du Syndicat général des lycéens » (consulté le 4 juin 2017)
  12. « Théo Iberrakene : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 4 juin 2017)
  13. « Loukian est à la tête du 2e syndicat lycéen de France », jactiv.ouest-france.fr (consulté le 4 juin 2017)
  14. « Eliott Nouaille à la tête du SGL », sur www.cafepedagogique.net (consulté le 4 juin 2017)
  15. « Maayane Pralus : nouvelle présidente du SGL pour 2015-2016 », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  16. « Alexia Rebeyrolle est élu présidente du SGL », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  17. « Pour la création du SGL », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  18. (fr) [vidéo] Syndicat Général des Lycéens, Soutien à Liridona lycéenne sur Dailymotion
  19. « La retraite, une affaire de jeunes ! », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 16 avril 2015)
  20. « Mardi, lycéens et étudiants mobilisés contre la réforme », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne)
  21. « Projet : L'orientation, une affaire de lycéens ! », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 16 avril 2015)
  22. « Avortement: manifestation à Paris contre le projet de loi espagnol », sur L'Obs (consulté le 21 avril 2015)
  23. « Une campagne pour sensibiliser les ados aux dangers du cyberharcèlement »
  24. « "Ce que soulève la jupe" ou une polémique montée de toutes pièces », sur L'Obs (consulté le 21 avril 2015)
  25. « Mais où est passé l’acte 2 de la vie lycéenne ? », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL) (consulté le 21 avril 2015)
  26. « Rassemblement national du SGL », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  27. https://www.humanite.fr/parents-profs-et-lyceens-font-front-commun-562394
  28. https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/attaque-au-siege-de-charlie-hebdo/apres-les-attaques-terroristes-des-organisations-lyceennes-ripostent-aux-theories-du-complot_795979.html
  29. http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/remettre-les-valeurs-de-la-republique-au-coeur-des-etablissements-scolaires-10518/
  30. http://rmc.bfmtv.com/emission/charlie-hebdo-quand-les-theories-du-complot-montent-montent-857301.html
  31. https://www.sgl-fr.org/2015/03/16/une-charte-des-droits-lyceens/
  32. « Congrès national du SGL », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  33. « Congrès de rentrée du SGL », sur Syndicat Général des Lycéens (SGL), (consulté le 4 juin 2017)
  34. « Une « journée de la Jupe » dans les lycées pour dénoncer les inégalités hommes-femmes », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  35. « Les droits des lycéens défendus dans l'Audomarois par un nouveau syndicat : le SGL », La Voix du Nord,‎ (ISSN 0999-2189, lire en ligne)
  36. « Le lycée du 21e siècle », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 17 avril 2015)
  37. Laurent Mouloud, « Bac : ce que les lycéens proposent », L'Humanité,‎ (ISSN 0242-6870, lire en ligne)
  38. « Baccalauréat : le syndicat des lycéens se plaint d'inégalités », Le Parisien,‎ (ISSN 0767-3558, lire en ligne)
  39. « Alléger les journées de cours ? Peut-être un début de réponse... », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 17 avril 2015)
  40. « Une violence scolaire, qu'il faut abattre », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 17 avril 2015)
  41. « Nos 21 progrès pour le lycée du 21e siècle »
  42. « CSE – Syndicat Général des Lycéens (SGL) », sur sgl-fr.org (consulté le 30 mai 2017)
  43. Baptiste Berard, « CSE , les résultats sont là ! », sur radiovl.fr, Radio VL, (consulté le 17 avril 2015)
  44. « En 2013, le SGL confirme sa place de deuxième organisation lycéenne ! », sur sgl-fr.org, SGL (consulté le 17 avril 2015)
  45. fjarraud, « Le SGL obtient tous les sièges lycéens au CSE », sur cafepedagogique.net, Le café pédagogique, (consulté le 17 avril 2015)
  46. « Bulletin officiel du ministère de l’Éducation nationale », sur http://www.education.gouv.fr/,

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe