Synchronisation des ondes cérébrales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Phénomène neurologique[modifier | modifier le code]

La synchronisation des ondes cérébrales est le phénomène observé lorsqu'un stimulus (auditif ou visuel) augmente la puissance d'un rythme cérébral souhaité.

La synchronisation par stimulation auditive a été démontrée par de nombreuses études scientifiques[1]. En 2018, une étude parue dans Biomedical Signal Processing and Control a démontré par électroencéphalogramme que la puissance relative du rythme thêta dans les lobes temporal gauche et pariétal gauche augmente à partir de 6 minutes de stimulation par battement binaural[2]. Prolonger la stimulation résulte en une synchronisation plus importante. Celle-ci commence à diminuer après 15 minutes d'écoute[3]. Une étude des universités de Stanford, Montréal et Toronto a également observé que la synchronisation par battement acoustic/binaural est plus importante dans les bandes de fréquences inférieures à 10Hz (alpha, thêta et delta) et supérieures à 30Hz (gamma)[4].

Réduction de l'anxiété[modifier | modifier le code]

La stimulation auditive des rythmes alpha, thêta et delta résulte en une réduction significative de l'anxiété[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11]. Elle permet d'apaiser l'anxiété au quotidien et en situation pré-chirurgicale. Cet effet a été observé via des questionnaires psychologiques, ainsi que par des indicateurs psychophysiologiques tels que la variabilité cardiaque et l'activation du système nerveux parasympathique.

Autres effets[modifier | modifier le code]

Certaines études ont démontré d'autres effets de la synchronisation cérébrale :

  • diminution de la fatigue mentale[12].
  • amélioration des performances cognitives[13],[14],[15].
  • diminution de la perception de la douleur chronique[16].

Mythes[modifier | modifier le code]

Certains créateurs de streams audio revendiquent des effets mystiques tels que l'induction de rêves lucides et la projection astrale. Ces effets n'ont été démontrés par aucune étude. L'apanage mystique de la synchronisation des ondes cérébrale est possiblement dû à son effet relaxant. En effet l'induction du rythme thêta réplique l'activité cérébrale observée lors de la méditation bouddhiste traditionnelle, ce qui l'a rendue populaire auprès du public new age avant que ces effets ne soient vérifiés de manière rigoureuse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Science | Wavineo™ » (consulté le 22 avril 2019)
  2. « Cumulative effects of theta binaural beats on brain power and functional connectivity », sur www.sciencedirect.com (consulté le 22 avril 2019)
  3. (en) Yodchanan Wongsawat et Nantawachara Jirakittayakorn, « Brain Responses to a 6-Hz Binaural Beat: Effects on General Theta Rhythm and Frontal Midline Theta Activity », Frontiers in Neuroscience, vol. 11,‎ (ISSN 1662-453X, DOI 10.3389/fnins.2017.00365, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  4. Bernhard Ross, Takahiro Miyazaki, Jessica Thompson et Shahab Jamali, « Human cortical responses to slow and fast binaural beats reveal multiple mechanisms of binaural hearing », Journal of Neurophysiology, vol. 112, no 8,‎ , p. 1871–1884 (ISSN 0022-3077, DOI 10.1152/jn.00224.2014, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  5. (en) « Effects of Newly-Developed Superimposed Binaural Beat on Anxiety in University Students in Thailand: A Randomised Controlled Trial », sur researchgate.net, Chiang Mai University Journal of Natural Sciences
  6. (en) D. Menziletoglu, A. Kilinç, B. Büyükerkmen et A. Esen, « Effectiveness of binaural beats in reducing preoperative dental anxiety », British Journal of Oral and Maxillofacial Surgery, vol. 55, no 6,‎ , p. 571–574 (ISSN 0266-4356 et 1532-1940, PMID 28325532, DOI 10.1016/j.bjoms.2017.02.014, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  7. (en) Juergen Fell, Nikolai Axmacher, Christian Hoppe et Elke C. Wilpert, « The Impact of Monaural Beat Stimulation on Anxiety and Cognition », Frontiers in Human Neuroscience, vol. 11,‎ (ISSN 1662-5161, DOI 10.3389/fnhum.2017.00251, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  8. (en) MeLisa A. Gantt, Stephanie Dadds, Debra S. Burns et Dale Glaser, « The Effect of Binaural Beat Technology on the Cardiovascular Stress Response in Military Service Members With Postdeployment Stress », Journal of Nursing Scholarship, vol. 49, no 4,‎ , p. 411–420 (ISSN 1547-5069, DOI 10.1111/jnu.12304, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  9. R. P. Le Scouarnec, R. M. Poirier, J. E. Owens et J. Gauthier, « Use of binaural beat tapes for treatment of anxiety: a pilot study of tape preference and outcomes », Alternative Therapies in Health and Medicine, vol. 7, no 1,‎ , p. 58–63 (ISSN 1078-6791, PMID 11191043, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  10. (en) R. Padmanabhan, A. J. Hildreth et D. Laws, « A prospective, randomised, controlled study examining binaural beat audio and pre-operative anxiety in patients undergoing general anaesthesia for day case surgery* », Anaesthesia, vol. 60, no 9,‎ , p. 874–877 (ISSN 1365-2044, DOI 10.1111/j.1365-2044.2005.04287.x, lire en ligne, consulté le 22 avril 2019)
  11. (en) « Investigate the effect of eeg for relaxation using binaural beats »
  12. « The effects on mental fatigue and the cognitive function of mechanical massage and binaural beats (brain massage) provided by massage chairs », sur www.sciencedirect.com (consulté le 22 avril 2019)
  13. « Brain responses to 40-Hz binaural beat and effects on emotion and memory », sur www.sciencedirect.com (consulté le 22 avril 2019)
  14. « The Effect of Binaural Beats on Visuospatial Working Memory and Cortical Connectivity »
  15. « The effect of binaural beat-based audiovisual stimulation on brain waves and concentration »
  16. « Efficacy of Theta Binaural Beats for the Treatment of Chronic Pain »