Synagogue romaine de Hammam Lif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sinagoga Naro, mosaïque de l'antique synagogue de Hammam Lif (Naro), musée national du Bardo. AE 1996, 01713.

La synagogue romaine de Hammam Lif ou synagogue de Naro (Synagoga Naro) est une ancienne synagogue découverte à Hammam Lif (Tunisie) en 1883. Elle constitue la seule synagogue antique découverte en Afrique[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En se basant sur les techniques de mosaïque utilisées dans la décoration de la synagogue[1], sa date de construction est estimée entre le IIIe siècle et le IVe siècle[2],[3]. Les vestiges ont été découverts par des archéologues français à Naro (actuelle Hammam Lif) en 1883[4],[1].

Description[modifier | modifier le code]

La mosaïque couvrant le sol de la salle principale, qui comporte une inscription latine mentionnant sancta synagoga naronitana (« sainte synagogue de Naro »)[5], est richement décorée par des images de palmiers, de poissons, de fleurs et d'animaux, éléments très fréquents dans toute l'Afrique romaine. On y note aussi l'absence de représentations de figures humaines. Ces détails attestent de l'aisance de ses membres israélites et de la qualité de leurs échanges avec les autres populations[6].

De plus, on trouve parmi les vestiges un dessin d'une ménorah et trois inscriptions latines, dont l'une précise que c'est une jeune fille appelée Juliana qui a pavé à ses frais la synagogue (Sanctam synagogam Naronitanam prosaluten suam ancilla tua juliana puelle de suo praprium tesselavit[7])[1] Toutes ces inscriptions montrent la latinisation des Juifs d'Afrique du Nord et leur intégration dans la société[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Abdelkrim Allagui, Juifs et musulmans en Tunisie : des origines à nos jours, Paris, Tallandier/Projet Aladin, , 190 p. (ISBN 979-10-210-2077-1), p. 11-12.
  2. Paul Sebag, Histoire des Juifs de Tunisie : des origines à nos jours, Paris, L'Harmattan, , 335 p. (ISBN 978-2-296-24036-0, lire en ligne), p. 27.
  3. Jacques Taïeb, Sociétés juives du Maghreb moderne (1500-1900), Paris, Maisonneuve et Larose, , 223 p. (ISBN 978-2-7068-1467-9), p. 25.
  4. Jean-Pierre Allali, « Les Juifs de Tunisie, saga millénaire », sur sefarad.org (consulté le ).
  5. Inscription et image référencée CIL 08, 12457a (p 2450) = ILCV 04940a = EChrAfr-02, 00138 = AntAfr-1981-177,13 = AE 1996, 01714 = AE 2008, 1614.
  6. Paul Sebag, op. cit., p. 28.
  7. Inscription référencée AE 1996, 01714.

Liens externes[modifier | modifier le code]