Symphonie nº 3 de Szymanowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Symphonie nº 3.

« Pieśń o nocy » (« Chant de la nuit »)

Symphonie no 3
op. 27
« Pieśń o nocy » (« Chant de la nuit »)
Genre Symphonie
Nb. de mouvements 3
Musique Karol Szymanowski
Texte poèmes de Jalâl ud Dîn Rûmî, traduction de Tadeusz Miciński (en)
Langue originale polonais
Effectif ténor, chœur mixte et orchestre
Durée approximative Env. 25 minutes
Dates de composition 1914-1916
Dédicataire Anna Szymanowska née Taube (mère du compositeur)
Création (orchestre seul)
Londres
Interprètes Orchestre symphonique de Londres dirigé par Albert Coates
Représentations notables

La Symphonie no 3 op. 27 « Pieśń o nocy » (Chant de la nuit) de Karol Szymanowski a été composée entre 1914 et 1916 et créée par l'orchestre symphonique de Londres dirigé par Albert Coates le à Varsovie[1].

Écrite pour ténor et chœur, elle met en musique des poèmes du XIIIe siècle du poète persan Jalâl ud Dîn Rûmî[2], traduits en polonais en 1905 par Tadeusz Miciński à partir d'une version en allemand.. Comme d'autres œuvres du compositeur, elle témoigne de son cosmopolitisme et de son goût pour l'exotisme et les cultures du monde arabo-musulman. Ici, il s'agit de la mise en musique de la poésie nocturne, ouvertement érotique, du grand mystique soufi. L'orchestration est d'une rare luxuriance, rayonnant de couleurs et de sensualité.

Historique[modifier | modifier le code]

Karol Szymanowski a fait en mars 1914, un séjour en Sicile et en Algérie. À partir de mai 1914, il a vécu à Paris, où en août, il a été témoin de l'éclatement de la Première Guerre mondiale. Il est revenu dans sa propriété familiale, à Tymoszówka (à l'époque en territoire polonais, aujourd'hui en Ukraine) et a commencé en hiver la composition de sa troisième Symphonie, qu'il a terminée dans l'été 1916. Sa création a été envisagée en 1916, à Saint-Pétersbourg sous la direction d'Alexander Siloti mais a dû être annulée en raison de la guerre. La création a eu lieu le 24 octobre 1921 à Londres avec l'Orchestre symphonique de Londres dirigé par Albert Coates. Lors de ce concert, cependant avaient été supprimées les parties de ténor solo et de chœur. Pour une exécution complète avec toutes les parties, il a fallu attendre le à Lvov, mais avec comme soliste une soprano (au lieu d'un ténor comme prévu par le compositeur) Stanisława Korwin-Szymanowska, le chœur et orchestre étant sous la direction d'Adam Sołtys (de). La même année, la symphonie a été jouée, entre autres lieux, à Buenos Aires sous la direction de Grzegorz Fitelberg et à New York sous la direction de Leopold Stokowski.

La première édition de la Symphonie no 3, Op. 27 a été faire en 1925 par Universal Edition à Vienne.

Mouvements[modifier | modifier le code]

La symphonie comprend trois mouvements. Les mouvements ne sont pas clairement indiqués mais sont séparés uniquement par une longue pause.

  1. Moderato assai
  2. Vivace, scherzando
  3. Largo

Son exécution dure à peu près vingt-cinq minutes.

Le premier mouvement évoque la supplique de Roumi à sa bien-aimée, lui demandant de ne pas dormir toute la nuit. Il est suivi par un exotique scherzo, imprégné de danse, dans lequel le chœur sans paroles enrichit la texture avec des harmonies lumineuses. Le mouvement lent conclusif évoque l'union avec la bien-aimée, confondue avec la divinité. Il débute par un passage très dépouillé et passe par des culminations successives d'un extrême raffinement orchestral, mettant notamment en avant les solos pour violon, les bois et percussion.

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la troisième symphonie
Voix
ténor,
chœur mixte
Cordes
premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles,
contrebasses,
2 harpes
Bois
1 piccolo,
3 flûtes,
3 hautbois,
1 cor anglais
4 clarinettes (3 en si bémol, 1 en mi bémol)
1 clarinette basse,
3 bassons,
1 contrebasson
Cuivres
6 cors en fa,
4 trompettes en si bémol,
4 trombones,
1 tuba
Percussions
timbales, cymbales,
grosse caisse, caisse claire,
tam-tam, glockenspiel,
triangle, tambourin
Claviers
piano,
célesta,
orgue

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Karol Szymanowski 3. Symphonie sur le site d'Universal Edition.
  2. François-René Tranchefort (dir), Guide de la musique symphonique, Fayard 1986, p. 783

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort (direction), Guide de la Musique de Symphonique, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », (1re éd. 1986), 896 p. (ISBN 2-213-01638-0), p. 783

Liens externes[modifier | modifier le code]