Symbolique du renard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Article principal : Renard.
Illustration du Roman de Renart.

La symbolique du renard est vaste et associe généralement cet animal à la flatterie, au mensonge, à la malice et à la ruse. De nombreux peuples ont remarqué les mœurs rusées du renard et les traduisent de manières différentes dans leurs récits mythologiques.

En Europe[modifier | modifier le code]

Dans l'imaginaire européen, le renard est associé à la flatterie, au mensonge, à la malice et à la ruse. Chez les peuples du nord de l'Europe, le renard est l'un des animaux emblématiques de Loki, dieu scandinave du feu et de la malveillance. Par ailleurs, Renarde semblerait recouvrir une Dise Matrone du Rhin. Selon certaines sources, il aurait guidé Orphée dans sa descente aux Enfers. Le renard est aussi le symbole des habitants de la ville grecque de Messène (voir Créontadiès).

Dans la mythologie grecque, le renard de Teumesse est une créature fantastique rattachée au cycle thébain.

L'enfant au renard est une anecdote rapportée par Plutarque et qui devient très populaire dans l'Antiquité comme symbole des rigueurs de l'éducation spartiate : l'enfant préfère se laisser dévorer les entrailles plutôt que d'avouer le vol d'un renardeau qu'il cache dans son manteau.

En Amérique[modifier | modifier le code]

Son nom espagnol, zorro, est aussi celui d'un célèbre justicier masqué héros de nombreuses fictions.

En Asie[modifier | modifier le code]

Statue de kitsune au sanctuaire shinto dédié à Inari, adjacent au temple bouddhiste de Nara

Dans de nombreux pays d'Orient (Chine, Iran, Japon, Mongolie), c'est un personnage double : dans le folklore chinois, la femme-renarde est décrite comme tantôt bienveillante, tantôt malfaisante.

Dans le folklore japonais, les renards, ou kitsune, sont les messagers et représentants d'Inari, la divinité de l'agriculture sur Terre. On dit que les renards japonais ont adopté certaines mœurs des humains, en particulier celles concernant le mariage. Les kitsune sont rusés, jouent des tours et sont doués de pouvoirs magiques, comme de pouvoir se transformer en femme-renarde. N'importe quel kitsune est censé pouvoir se métamorphoser quand il atteint un âge avancé (souvent une centaine d'années), et ses pouvoirs ne cessent de croître avec le temps. Parallèlement, de nouvelles queues lui poussent, et il peut devenir un renard à neuf queues.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]