Symétrie de translation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la physique
Cet article est une ébauche concernant la physique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

La symétrie de translation ou invariance sous les translations est le nom que l'on donne au fait que les loi de la physique (les lois sur la gravité de Newton, les lois sur l'électromagnétisme de Maxwell, les lois sur la relativité d'Einstein) s'écrivent de la même façon en tout point de l'espace. Lorsqu'un système ne possède pas la symétrie de translation on dit que cette symétrie est brisée[1]

Explications[modifier | modifier le code]

On peut donner une explication plus précise. Prenons d'abord l'exemple de la loi de la gravitation de Newton. On prend un référentiel de référence qu'on appelle . Ce référentiel est constitué d'un repère orthonormé et on mesure le temps de manière universelle (dans le cadre de la mécanique newtonienne, le temps est absolu). On repère la position du corps numéro 1 de masse par le vecteur et le corps numéro 2 de masse par . La force qu'exerce le corps 1 sur le corps 2 est :

 ;

elle est inversement proportionnelle au carré de la distance séparant les deux corps. Exprimée sous cette forme, l'invariance par translation est immédiate : si les deux corps subissent la même translation, disons de vecteur , on aura :

.

En revanche, si on ne translate qu'un des deux corps, la distance entre les deux change et donc la valeur de la force change ; il faut prendre garde à bien définir la translation, et sur qui elle est effectuée.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple en cosmologie branaire, une brane brise la symétrie de translation dans la direction qui lui est orthogonale mais préserve la symétrie de translation dans les directions qui lui sont longitudinales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]