Sylvie Feucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sylvie Feucher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
BrestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Sylvie Feucher, née Daniélo le 26 février 1959 à Brest, a été jusqu'en juin 2012 la secrétaire générale du syndicat des commissaires de la police nationale française. Elle fut ainsi la première femme responsable d'un syndicat de policiers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sylvie Feucher, naît Daniélo le 26 février 1959 à Brest[1].

Son père travaillait dans la marine[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle exerce ses dix premières années à la Direction centrale de la Police judiciaire comme inspecteur à Paris, d'abord en brigade financière, puis à l'Office central chargé de la lutte contre les stupéfiants. Elle réussit le concours de commissaire de police, puis obtient un poste au Ministère public du Tribunal de Police, à la Préfecture de Police de Paris[3].

Elle est ensuite nommée successivement à Maisons-Laffitte, au Service d’Ordre Public des Yvelines (Le Chesnay), relevant de la Direction Départementale de la Sécurité Publique des Yvelines (Viroflay). Elle réorganise totalement ce service en vue d'une meilleure prise en compte des violences urbaines. Elle est ensuite responsable du Service de gestion de cette même direction, qu'elle oriente vers un management plus prospectif.

De 2002 à 2004, elle est Commissaire Principal et chef de circonscription au Commissariat de Poissy[1]. À partir du 1er mars 2004 elle est commissaire principal de la Police nationale, puis divisionnaire, commissaire central de Versailles, chef du district de la sécurité publique du secteur de Versailles[4].

Elle milite au syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) dont elle devient secrétaire général adjoint. En 2008, elle succède à Olivier Damien comme secrétaire général de cette organisation. Pendant son mandat, elle a élaboré des projets de réforme pour la gestion des personnels et l'organisation de la police. Elle s'est vigoureusement opposée aux velléités de l'Administration et de deux syndicats d'officiers visant à obtenir la suppression du corps des commissaires de police. Elle s'est aussi opposée à l'instrumentalisation de la police par le politique et à sa gestion devenue népotique.

Elle est promue par Manuel Valls[5], le préfète déléguée pour l’égalité des chances auprès du préfet du Val-d’Oise[1].

Le , elle est nommée préfète déléguée de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]