Sylvia Schein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sylvia Schein, née à Łódź (Pologne) en et morte en , est une historienne israélienne qui fut professeure à l'université de Haïfa, en Israël. Spécialiste de l'Orient latin[1], elle étudie notamment les croisades.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Sylvia Schein obtient son diplôme de premier cycle en histoire générale et en sciences politiques à l'Université hébraïque de Jérusalem, puis sa maîtrise, pour laquelle elle étudie notamment le Moyen Âge en Europe, dans la même université. Elle obtient son doctorat à l'université de Cambridge, en rédigeant sa thèse sur l'Europe et les croisades.

Recherches[modifier | modifier le code]

Experte en histoire et politique des États des croisades, elle contribue à plusieurs revues, telles que l’English Historical Review, Cathedra, Bar Ilan Studies in History, Hagiographica et Mediterranean Historical Review. Elle rédige des livres, comme Fideles Crucis : The Papacy, the West, and the Recovery of the Holy Land, 1274-1314. Cet ouvrage traite du lancement des croisades par les Européens, de leur revendication de Jérusalem. Dans l’English Historical Review, Peter Edbury écrit qu'il s'agit d'« une analyse d'ensemble considérable de la littérature contemporaine sur le thème de la récupération »[2]. Son ouvrage Gateway to the Heavenly City traite de la considération de Jérusalem par les chrétiens d'Occident lors de la première croisade, plus particulièrement lors de la période entre 1099 et 1187. Dans l’American Historical Review, l'historien John France écrit : « c'est un livre important qui pose de nouvelles idées sur la place de Jérusalem dans la pensée du douzième siècle, et il est très regrettable que son auteure soit morte avant d'avoir pu les développer ». Elle codirige la série d'essais sur différents sujets Cross Cultural Convergences in the Crusader Period.

Ses langues d'écriture sont l'anglais et l'hébreu. En 1991, à la faculté d'humanités de l'université de Haïfa, en Israël, elle devient professeure d'histoire générale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • American Historical Review, April 1, 1992, review of Fideles Crucis: The Papacy, the West, and the Recovery of the Holy Land, 1274-1314, p. 536; December 1, 2006, John France, review of Gateway to the Heavenly City: Crusader Jerusalem and the Catholic West (1099-1187), p. 1577.
  • Catholic Historical Review, April 1, 1992, Anthony Luttrell, review of Fideles Crucis, p. 285; October 1, 1997, Penny J. Cole, review of Cross Cultural Convergences in the Crusader Period: *Essays Presented to Aryeh Grabois on His Sixty-fifth Birthday, p. 774.
  • Choice: Current Reviews for Academic Libraries, October 1, 2005, D.A. Michelson, review of Gateway to the Heavenly City, p. 352.
  • Church History, September 1, 1995, Thomas Renna, review of Fideles Crucis, p. 464; September 1, 1997, Francis Oakley, review of Cross Cultural Convergences in the Crusader Period, p. 580; June 1, 2006, James M. Powell, review of Gateway to the Heavenly City, p. 416.
  • Journal of Religion, January 1, 1995, review of Fideles Crucis, p. 178.
  • Reference & Research Book News, August 1, 2005, review of Gateway to the Heavenly City, p. 30.
  • Speculum: A Journal of Medieval Studies, January 1, 1994, John R.E. Bliese, review of Fideles Crucis, p. 252.
  • Times Literary Supplement, June 28, 1991, Robert Irwin, review of Fideles Crucis, p. 22.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Sylvia Schein (1947-2004) », sur data.bnf.fr (consulté le )
  2. (en) « Schein, Sylvia 1947-2004 » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]