Sylvestre Ilunga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sylvestre Ilunga Ilunkamba
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de la république démocratique du Congo

(1 an, 7 mois et 19 jours)
Président Félix Tshisekedi
Gouvernement Ilunga
Prédécesseur Bruno Tshibala
Successeur Sama Lukonde Kyenge
Biographie
Nom de naissance Sylvestre Ilunga Ilunkamba
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Katanga, Congo belge (aujourd'hui Haut-Katanga, République démocratique du Congo)
Nationalité Congolaise
Parti politique PPRD
Diplômé de Université de Kinshasa

Sylvestre Ilunga
Premiers ministres du Congo-Kinshasa

Sylvestre Ilunga Ilunkamba, né le (Katanga, Congo belge), est un homme d'État congolais, Premier ministre de la république démocratique du Congo du [1]au .

Secrétaire d’État, ministre et conseiller à la présidence durant les mandats de Mobutu Sese Seko et de Joseph Kabila, il est directeur général de la Société nationale des chemins de fer du Congo de 2014 à 2019. Le , il est nommé Premier ministre par le nouveau président Félix Tshisekedi, à la suite de négociations avec Joseph Kabila, le président précédent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sylvestre Ilunga est né le [2] à Dino, dans la province du Katanga. Il vient de la tribu des Lubas[3]. Il obtient son certificat d’Ecole Primaire à l’Ecole Primaire Saint Michel de Kabalo en 1960. Six ans après il décroche son Diplôme d’humanités gréco-latines au Collège Saint-Grégoire le Grand de la Karavia à Lubumbashi. [4]

Vie académique[modifier | modifier le code]

Après un doctorat en économie obtenu en 1979 à l'Université de Kinshasa (à l'époque appelée « Lovanium »), il y enseigne dans la faculté d'économie[5]. Maître à l’Institut de Développement Economique et de la Planification (IDEP), Dakar, Sénégal en 1973. Il commence à devenir actif dans le monde politique dès le début des années 70. Dans les années 80 et dans les années 90, en plus de ses cours à l'université, il commence à occuper des postes au gouvernement.

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Lorsque le régime de Mobutu commence à battre de l'aile, il s'exile en Afrique du Sud. C'est dans ce pays qu'il fonde une entreprise minière, en 1993. Après dix ans en Afrique du Sud, il rentre en République démocratique du Congo.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Durant les présidences de Mobutu Sese Seko et de Joseph Kabila, il est neuf fois nommé secrétaire d’État, trois fois ministre, notamment des Finances en 1991, ainsi que six fois conseiller à la présidence de Joseph Kabila[6].

En , il est nommé directeur général de la Société nationale des chemins de fer du Congo, SNCC.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le , à l'âge de 72 ans, Sylvestre Ilunga Ilunkamba est nommé Premier ministre par le président Félix Tshisekedi, à la suite de négociations avec le président sortant, Joseph Kabila[7],[8],[9]. Le , une première mouture du gouvernement est rejetée par le président de la République à cause du non-respect de la parité[10].

Dans la nuit du , Sylvestre Ilunga dévoile l'équipe de 65 membres qui compose son gouvernement[11]. Peu paritaire, malgré les exigences de la loi, le gouvernement est composé d'une femme ministre des Affaires étrangères Marie Tumba Nzeza, membre de l'UDPS, parti qui empoche également le ministère de l'Intérieur, tandis que le portefeuille de la Justice revient au FCC de Kabila[12].

Son gouvernement prend ses fonctions le [13].

Le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est l'objet d'une motion de censure signée par 301 députés nationaux et deposée à l'assemblée nationale le 22 janvier 2021. Il est reproché à lui ainsi qu'à son gouvernement d'avoir échoué dans la mise en œuvre du programme de gourvenement pour lequel ils ont été investis[14]. Le 27 janvier 2021, sur convocation du bureau d'âge de l'assemblée nationale, les députés ont voté à une majorité écrasante en faveur de la motion de censure. Sur les 382 députés présents à l’ouverture de la séance, 367 se sont prononcés en faveur de la chute du Premier ministre et de son gouvernement, 7 députés ont voté contre, 2 se sont abstenus et 1 bulletin nul[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.radiookapi.net/2019/09/08/actualite/politique/sylvestre-ilunga-maintenant-doit-se-mettre-au-travail
  2. « RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba, un économiste à la barre - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 21 mai 2019)
  3. « La trajectoire du professeur Ilunga Ilukamba », mbokamosika.com (consulté le 10 juin 2020)
  4. « Biographie Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Vie, études, nationalité », sur www.congovirtuel.com (consulté le 24 janvier 2021)
  5. « Nomination du Premier ministre : Le Choix du Professeur Sylvestre Ilunga Ilunkamba » (consulté le 20 mai 2019).
  6. « RDC : Sylvestre Ilunga nommé au poste de Premier ministre par le président Félix Tshisekedi » (consulté le 20 mai 2019).
  7. AfricaNews, « RDC : Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé Premier ministre par le président Félix Tshisekedi », sur Africanews (consulté le 20 mai 2019).
  8. « La République démocratique du Congo a enfin un premier ministre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2019)
  9. https://www.primature.cd/public/rdc-congo-1er-ministre-sylvestre-ilunga-ilunkamba/
  10. « RDC: le camp Kabila assure présenter des «nouvelles figures» pour le gouvernement », sur FIGARO (ISSN 0182-5852, consulté le 21 août 2019).
  11. « Liste de membres du Gouvernement Sylvestre Ilunga », sur Forum.cd, (consulté le 26 août 2019)
  12. Le Point, magazine, « RDC: 7 mois après, le premier gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila enfin prêt », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le 26 août 2019).
  13. AfricaNews, « RDC : le gouvernement de coalition Tshisekedi-Kabila investi », sur Africanews (consulté le 7 septembre 2019)
  14. Deutsche Welle (www.dw.com), « RDC : motion de censure contre le Premier ministre | DW | 25.01.2021 », sur DW.COM (consulté le 29 janvier 2021)
  15. Jeune Afrique, « RDC : comment les députés ont obtenu la destitution du Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 27 janvier 2021)