Sylvain Lelièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sylvain Lelièvre
Naissance
Québec, Canada
Décès (à 59 ans)
Lévis, Canada
Activité principale auteur-compositeur-interprète, poète, musicien, romancier, professeur, animateur, conférencier, spécialiste en droit d'auteur
Genre musical Musique québécoise, jazz francophone, standards
Instruments Piano
Années actives 1960-2002
Labels GSI Musique
Site officiel www.sylvainlelievre.com

Sylvain Lelièvre (né le à Québec et décédé le à Lévis) est poète auteur-compositeur-interprète québécois et enseignant au Collège de Maisonneuve. En 40 ans de carrière, il écrit 350 chansons, produit 16 albums de son vivant, présente 1 500 spectacles, publie quatre recueils de poèmes, trois nouvelles et un roman. Durant 35 ans, il forme les collégiens à l'ABC de l'écriture de chanson.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif du quartier Limoilou, à Québec, en 1943, Sylvain Lelièvre s’intéresse rapidement aux arts. Après deux ans passés à l’École d’architecture, il bifurque, en 1963, vers la Faculté de lettres de l’Université Laval. L’année de ses 20 ans, Sylvain Lelièvre participe au Concours International de Chanson sur mesure pour lequel il remporte le premier prix avec sa chanson Les amours anciennes, chantée par Monique Leyrac.

La sortie du 33 tours Petit matin, en 1975, lui assure une place au palmarès des radios du Québec, avec la chanson éponyme, réalisée avec Stéphane Venne, et Old Orchard, interprétée en duo avec Fabienne Thibeault. La sortie en 1976 de l’album Programme double, où figure Marie-Hélène, le consacre parmi les auteurs-compositeurs à surveiller. Le Théâtre de Marjolaine, à Eastman, est l’hôte en 1976 de la comédie musicale de Michel Tremblay, Les héros de mon enfance, dont Sylvain Lelièvre signe la musique. Il récidive avec Folie douce de Roger Dumas un an plus tard. En 1978, il confirme sa signature avec Lettre de Toronto. Comme avec l’album Intersections, réalisé en 1979, il affirme ses préoccupations sociales avec Moman est là et La banlieue.

En 1981, Sylvain Lelièvre réalise un album majeur, Venir au monde, auquel se joint l’Orchestre Métropolitain. Le Félix de la «meilleure réalisation» au gala de l’ADISQ lui est d'ailleurs décerné, ainsi qu’à Michel Lachance et Vic Angelillo. Son album suivant, À frais virés, prend d’assaut les disquaires avec le Drop-out et Rock, banana split et crème soda, interprétée avec Johanne Blouin. Cette année 1983 le couronne de la médaille Jacques-Blanchet dont il est le 1er récipiendaire.

À son retour d'un spectacle au Théâtre de la ville, à Paris, Sylvain Lelièvre planche sur Lignes de cœur, son nouvel album. Production léchée dont Tu danses trop vite et Lignes de cœur gagnent les sommets des palmarès. Cette même année débute sa collaboration avec Daniel Lavoie avec l’album Vue sur la mer et les titres à succès Je voudrais voir New York et Que cherche-t-elle? À la fin de la décennie, Sylvain Lelièvre propose l'album Un aller simple. Réalisation aux sujets sociopolitiques avec Tôt ou tard, chanson interprétée par Céline Dion.

Le début des années 1990 marque la sortie de Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves que l'ADISQ récompense, en 1994, du Félix du « meilleur auteur-compositeur-interprète de l’année ». Dans la foulée, les FrancoFolies de Montréal lui réserve, en août 1995, l’événement «La fête à Sylvain Lelièvre», où sont invités Beau dommage, Daniel Lavoie, Isabelle Boulay, Clairette, Danielle Oddera, Edgar Fruitier et sa fille Catherine Lelièvre.

L’année 1996 le révèle sous une autre facette alors qu’il publie un premier roman Le troisième orchestre. Le livre rallie à la fois la critique et le grand public. Sylvain Lelièvre fait paraître deux ans plus tard l’album Les choses inutiles. Constitué d'incontournables, ce nouvel opus illustre sa tendance jazzistique.

Il entame le nouveau millénaire avec L’intégrale 1975-1989, coffret de huit albums. En juillet 2000, pour le Festival international de jazz de Montréal, il présente un spectacle en sextette où chansons, pièces instrumentales et standards de jazz sont réunis. Son dernier spectacle Versant Jazz prend ainsi forme, en novembre 2001, et donne naissance au disque Versant Jazz Live au Lion d’Or, son 16e en carrière, en février 2002. Ce disque lui vaut le Félix de «l’album jazz de l’année» en octobre de la même année. La tournée de spectacles Versant Jazz est annoncée.

Depuis sa disparition, Sylvain Lelièvre fait l’objet de nombreux hommages. Inauguré en juillet 2004, le parc Sylvain-Lelièvre est un hommage que lui a rendu la Ville de Québec. Deux salles de spectacles portent son nom : les salles Sylvain-Lelièvre du Cégep Limoilou et du Collège de Maisonneuve. Les villes de Repentigny, Vaudreuil-Dorion et Rimouski possèdent toutes une rue Sylvain-Lelièvre. Le livre Toi l’ami. Cent regards sur Sylvain Lelièvre est un ouvrage de collages réunissant des témoignages et des photos d’archives de la carrière de l’artiste.

Décès[modifier | modifier le code]

Sylvain Lelièvre s'éteint le des suites d'une embolie gazeuse cérébrale, survenue le 28 avril à son retour d'un voyage aux Îles-de-la-Madeleine. Celle-ci l'avait plongé dans un coma profond et il est transporté à Lévis pour subir des traitements en médecine hyperbare. Il n'a jamais repris conscience. Il est décédé à l'Hôtel-Dieu-de-Lévis à l'âge de 59 ans.

Hommages[modifier | modifier le code]

Parc Sylvain-Lelièvre, 2004, Limoilou, Québec

Depuis, la Ville de Québec a inauguré un parc à sa mémoire, plus précisément la place Sylvain-Lelièvre dans l'arrondissement de La Cité-Limoilou. L'espace contient des extraits de chansons de l'auteur-compositeur-interprète, qui dépeignent la vie dans Limoilou, l'arrondissement de son enfance.

Publications[modifier | modifier le code]

De son vivant, Sylvain Lelièvre a publié 4 recueil de poèmes, entre 1969 et 1982. Il a écrit un roman, Le troisième orchestre, en 1996, et 2 nouvelles. D'autres ouvrages ont été publiés depuis son décès.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le Prix », sur Wallonie-Bruxelles International (consulté le 25 octobre 2018)
  2. Cet album éponyme paru en 1973 a été enregistré en 1971.
  3. (Intégrale des huit albums publiés entre 1975 et 1989.°
  4. Contient un CD du premier album (1973) qui avait été omis dans l'intégrale 1975-1989, un CD de 20 chansons retrouvées, plus un DVD d'un récital « Le lac des Fées » (1980).