Sylvain Bemba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sylvain Bemba
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Martial Malinda, Michel BelvainVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Sylvain Ntari-Bemba, né le à Sibiti (République du Congo) et mort le à Paris, est un romancier, dramaturge, essayiste, journaliste et musicien congolais.

Biographie[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'École d'administration, Sylvain Bemba commence sa vie professionnelle à la Direction des finances. Il rédige des chroniques sportives pour un hebdomadaire catholique de Brazzaville. Plus tard, le comité de lecture de Liaison, une revue « qui a joué un rôle capital dans la vie culturelle de notre région[Laquelle ?] », l'invite à rejoindre leur équipe : «J’étais très impressionné, à côté d’aînés prestigieux comme Lomami-Tshibamba, le directeur de la revue qui m’a accueilli comme un frère[réf. nécessaire]». Il devient en même temps pigiste dans les bureaux locaux de l'Agence France-Presse. Comme il est toujours fonctionnaire de l'administration coloniale, il utilise le pseudonyme de Martial Malinda. Ses activités de collaborateur pour le Petit Journal le font remarquer au point qu'après l'indépendance, lorsque l'AFP signe un contrat de succession avec l'Agence congolaise d'information, en 1962, il en devient le rédacteur en chef[1]. Il participe à l'hebdomadaire La Semaine africaine, qui paraît à Brazzaville pendant une longue période.[Quand ?] En 1963, il est lauréat du prix de la nouvelle littéraire pour La Chambre noire. À partir de 1969, il consacre une grande partie de son œuvre au théâtre. Musicologue de formation, il devient ministre de l'information et directeur des affaires culturelles et de la radio. Il est également l'auteur d'une étude : Cinquante ans de musique au Congo-Zaïre, publié en 1984. Il est décédé le au Val-de-Grâce en France[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1979 : Rêves portatifs (Lomé : Nouvelles éditions africaines)
  • 1982 : Le soleil est parti à M'Pemba (Présence africaine)
  • 1987 : Léopolis (Hatier)

Théâtres[modifier | modifier le code]

  • 1970 : L'enfer, c'est Orféo (ORTF-DAEC)
  • 1972 : L'Homme qui tua le crocodile, tragicomédie (Editions CLE)
  • 1975 : Une Eau dormante... (Radio-France Internationale)
  • 1976 : Tarentelle noire et diable blanc (P. J. Oswald)
  • 1979 : Un Foutu monde pour un blanchisseur trop honnête (Editions CLE)
  • 1989 : Théâtre (Silex), comprenant :
    • Les éléphantomes
    • La chèvre et le léopard : spectacle réservé aux adultes
    • Le m'bulu-n'konko ne chante qu'une fois
    • L'étrange crime de Monsieur Pancrace Amadeus
  • 1995 : Noces posthumes de Santigone (Solignac : le Bruit des autres)

Autres écrits[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Le Dernier des cargonautes (Editions l'Harmattan)
  • 1984 : Cinquante ans de musique du Congo-Zaïre, 1920 - 1970 (Présence africaine)

Préface[modifier | modifier le code]

Sylvain Bemba préface L'Oseille, les citrons (1975, Editions du jubilé) de Maxime N'Débéka.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Etudes[modifier | modifier le code]

  • 1995 : Qui êtes-vous Sylvain Bemba? Entretien avec le "doyen" des lettres congolaises (Sépia)
  • 1996 : Sylvain Bemba, récits entre folie et pouvoir (Editions l'Harmattan), André Djiffack
  • 1997 : Sylvain Bemba, l'écrivain, le journaliste, le musicien, 1934-1995... (Editions l'Harmattan), ouvrage dirigé par André-Patient Bokiba et Mukala Kadima-Nzuji, d'après une Journée d'étude du département de littérature et de civilisations africaines à l'université Marien Ngouabi à Brazzaville en .
  • 2000 : Lire l'oeuvre de Sylvain Bemba (Editions du CIREF), Ange-Sèverin Malanda

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Condé, Maryse. « Sylvain Bemba : Je suis un aventurier cérébral ». Africa, no 168 (janvier 1985): 59.
  2. « Sylvain Bemba sur le site lesfrancophonies.com » (consulté le )
  3. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Djiffack, Sylvain Bemba : récits entre folie et pouvoir, Éd. l'Harmattan, Paris, 1996, 149 p. (ISBN 2-7384-2729-4)
  • Mukala Kadima-Nzuji et André-Patient Bokiba (dir.), Sylvain Bemba : l'écrivain, le journaliste, le musicien, 1934-1995 (5e journées d'études, Département de littératures et civilisations africaines de l'Université Marien Ngouabi de Brazzaville), l'Harmattan, Paris, Montréal, 1997, 351 p. (ISBN 2-7384-5423-2)
  • Ange-Séverin Malanda, Lire l'œuvre de Sylvain Bemba, Éd. du CIREF, Paris, 2000, 127 p. (ISBN 2-913983-20-0)
  • Nicolas Martin-Granel, « Bemba, Sylvain », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 51-54 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Jacques Chevrier, Littératures d'Afrique noire de langue Française, Nathan Université, coll. "128", Paris, 1999, p. 86, 105-106, 108, 121

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :