Sibylle de Conversano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sybille de Conversano)
Aller à : navigation, rechercher

Sibylle de Conversano[1] (Conversano, Apulie, vers 1080 - Rouen, Normandie, 1102 ou 1103), est une noble normande d'Italie de la fin du XIe siècle qui devint l'épouse du duc de Normandie Robert Courteheuse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sibylle naît vraisemblablement à Conversano, près de Bari, autour de l'an 1080. Appartenant à la noblesse normande d'Italie du Sud, elle est la fille de Godefroi, Comes de Conversano (Cupersanum) et de Brindisi mais surtout apparenté à l'une des deux familles normandes les plus puissantes d'Italie méridionale, les Hauteville[2]. En effet, selon Orderic Vital, qui écrit dans la première moitié du XIIe siècle, Godefroi serait un neveu de Robert Guiscard, duc d'Apulie, de Calabre et de Sicile. Quant au chroniqueur normand d'Italie Geoffroi Malaterra, qui écrit peu avant l'an 1100, il mentionne Godefroi de Conversano ainsi : Gaufridum de Conversano neptem suis [Roberti ducis]…filius…sororis suæ[3]. La mère de Godefroi était probablement une sœur de Guiscard.

Les chroniqueurs mentionnant Sibylle parlent tous d'une jeune femme belle et cultivée.

Au cours de l'hiver 1099-1100 ou au printemps 1100, elle épousa le duc de Normandie et fils aîné de Guillaume le Conquérant, Robert Courteheuse, de retour de Croisade, qui a fait halte chez ses compatriotes normands d'Italie, accueilli notamment par Roger Borsa, fils et successeur de Guiscard. Sibylle quitte donc l'Apulie pour la Normandie au printemps de l'an 1100.

Elle est la mère du prince normand Guillaume de Normandie dit « Clito », né en 1101 ou 1102.

Sibylle de Conversano mourut jeune à Rouen, âgée d'une vingtaine d'années. Selon Orderic Vital et Robert de Torigni, elle fut assassinée par empoisonnement à l'instigation d'une maîtresse du duc Robert, Agnès de Ribemont, femme de Gautier Giffard, comte de Buckingham.

Dans la cathédrale de Rouen se trouve toujours une pierre tombale dédiée à Sibylle avec cette inscription en latin :

Sibylla de Conversana
Apulien ortu
quam duxit uxorem
Robertus Brevis ocrea dictus
Normannorum dux
invict ifilius Guillelmi Conquistatoris
acerba nimis morte praerepta
post biennium conubi
A. m. - M - C - II
Gentis olim delicium dein desiderium
nunc cinis
serius revictura

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En italien : Sibilla di Conversano; en latin : Sibylla de Conversana
  2. La deuxième famille est celle des comtes d'Aversa et princes de Capoue
  3. Gaufridus Malaterra, II.39, p. 48
  4. www.sibilladaltavilla.it

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]