Sword Group

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sword Group
logo de Sword Group

Création Novembre 2000
Fondateurs Jacques Mottard
Forme juridique Société européenne
Action Euronext : SWP
Slogan Upgrade Your Business
Siège social 2, Rue d’Arlon

L-8399 Windhof
Drapeau du Luxembourg Luxembourg

Direction Jacques Mottard (Président Directeur Général)
Filiales Sword GRC, Sword Active Risk, Sword Venue, Sword Achiever, Sword IT Solutions, Sword Minttulip, Sword Venture, Magic Galileo
Partenaires ESRI, Google for Work, IBM, Microsoft, OpenText, Oracle, Olympique Lyonnais[1]
Effectif 2 000 (2019)
SIREN 438 305 054
Site web sword-group.com

Chiffre d'affaires en augmentation 213 M€ en 2019

Sword Group est une entreprise internationale de services du numérique dont le siège social est au Luxembourg. Elle est cotée à la bourse de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sword Group est créée par Jacques Mottard[2]en [3],[4] grâce à la reprise de certaines filiales du groupe Decan, une SSII qu'il a fondée en 1990 et revendu à une société américaine, Metamor (filiale par la suite de PsiNet), en avril 2000[2],[3].

Le 13 mars 2002, Sword Group s'introduit en bourse sur le nouveau marché et lève 10,9 millions d'euros[5]. Début 2004, l'entreprise a procédé à sept acquisitions d'entreprises depuis sa création[6].

En 2006, Sword réalise environ 70 % de son chiffre d'affaires « dans le développement et l'intégration de projets de gestion de contenus (gestion électronique de documents, systèmes d'information géographique...) » et 25 % dans les logiciels[7].

Le , Sword lance une augmentation de capital d'un montant de 57,5 millions d'euros[8],[9].

À partir de 2008, Sword diminue son activité dans les services informatiques afin de se concentrer sur les logiciels (50 % du chiffre d'affaires en 2008 ; 70% en 2010)[10],[11],[12],[13].

En 2012, Sword Group transfère son siège social de France vers le Luxembourg[14].

En octobre 2018, Sword Group vend à Sopra Steria une de ses filiales, la société Apak spécialisée dans les logiciels (crédits automobile, ...) qu'elle a achetée en 2007[15],[16].

En septembre 2020, Sword Group cède une partie de ses filiales françaises spécialisée dans les logiciels au fond Argos Wityu pour environ 73 millions d'euros[17],[18],[19].

Activité[modifier | modifier le code]

Le groupe vend ses services dans 50 pays à partir de filiales disponibles dans 20 pays[20]. 90% de son chiffre d'affaires 2020 (périmètre 2021) est réalisé dans les services informatiques et 10 % dans les logiciels[20].

Informations financières[modifier | modifier le code]

En millions d'euros
Années 2002 2005 2010 2015 2019
Chiffres d'affaires 33,4[21] 101,5[22] 185,3[23] 137,5[24] 213[25]
Résultat net 3,6[21] 11[22] 23,2[23] 10,8[24] 13,2[25]

Au 31 décembre 2020, les deux principaux actionnaires détiennent respectivement : 17,9 % des droits de vote pour Jacques Mottard et 17,8 % pour Eximium[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « OL Féminin, Sword renouvelle son partenariat », sur sword-group.com, (consulté le )
  2. a et b « Sword Group en Bourse le 12 mars », sur Les Echos, (consulté le )
  3. a et b « Sword Group : des perspectives ambitieuses », Investir,‎ , p. 29
  4. « Sword : troisième séance de baisse », sur Boursier.com (consulté le )
  5. « Sword Group débute en hausse sur le Nouveau marché », La Tribune,‎
  6. « Sword Group poursuit son développement », sur Les Echos, (consulté le )
  7. « Sword Group. Une année bien meilleure que prévu », Investir,‎ , p. 17
  8. « 57,5 millions d'euros levés lors de l'augmentation de capital », sur Investir (consulté le )
  9. Audrey Tonnelier, « Sword Group », Le Journal des Finances,‎ , p. 18 :

    « [...]Elle lui a permis de lever la somme de 57,5 millions d'euros (extensible à 66 millions en cas d'exercice de l'option de surallocation). L'opération fait ressortir une dilution non négligeable de 15 %. Mais elle renforce le bilan du groupe [...] »

  10. « Sword group. Rentabilité revue à la hausse au premier semestre », Investir,‎ , p. 18
  11. « Sword Group », Le Journal des Finances,‎ , p. 26
  12. « Sword Group plonge », sur La Tribune (consulté le )
  13. « Sword Group mise sur une progression à deux chiffres en 2011 », sur La Tribune (consulté le )
  14. « Sword tente une nouvelle fois de transférer son siège à Luxembourg - Actualités Corporate », sur L'AGEFI, (consulté le )
  15. « Sword se développe en France et en Grande-Bretagne », sur Les Echos, (consulté le )
  16. « fait le plein de cash », sur Boursier.com (consulté le )
  17. « SWORD GROUP cède ses activités en France », sur Capital.fr (Via AOF), (consulté le )
  18. « Sword va céder une partie de ses activités en France », sur CFNEWS, 2020-07-30cest17:39:00 (consulté le )
  19. a et b Rapport financier 2020 p39 et 142 (pdf)
  20. a et b Rapport financier 2020,p 151,158 et 159 (pdf).
  21. a et b Document de Référence 2002, p19 (pdf)
  22. a et b Document de Référence 2006, p7 (pdf).
  23. a et b Document de référence 2010, p6 (pdf).
  24. a et b Rapport financier 2016, p4 (pdf).
  25. a et b Rapport financier 2019, p3 (pdf).

Liens externes[modifier | modifier le code]