Swoon (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Swoon (homonymie).
Swoon
Defaut 2.svg
Naissance

New London, Connecticut
Nom de naissance
Caledonia Dance Curry
Nationalité
Américaine
Activité
Artiste
Formation
Pratt Institute, Brooklyn
Mouvement
Street Art, Installations, Peintre-dessinatrice

Swoon, de son vrai nom Caledonia Dance Curry, née en 1978 à New London dans le Connecticut, est une artiste américaine reconnue tout d'abord en tant que Street-Artist. Ses premières œuvres artistiques sont des collages de portraits à figure humaine de taille réelle qu'elle affiche dans les rues de Brooklyn à partir de 1999. Aujourd'hui, Swoon est devenue une figure reconnue dans le monde l'art et ses créations artistiques ont trouvé leur place dans les musées et expositions. Cependant l'artiste ne cesse de réaliser des œuvres dans la rue et considère toujours la ville comme un lieu d'exposition primordial.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caledonia Dance Curry est née à New London dans le Connecticut et a grandi en Floride à Daytona Beach. A l'âge de dix-neuf ans, elle quitte la Floride pour New-York où elle entreprend des études de peinture au Pratt Institute. La jeune artiste se rend cependant vite compte que le monde de l'art est un lieu fermé et répressif qui ne correspond nullement à ses attentes créatives. Inspirée par de célèbres artistes de rue tels que Banksy, Blek le Rat ou encore Gordon Matta-Clark, elle décide de laisser de côté le monde des galeries pour le monde de la rue. Caledonia commence donc à créer des portraits en papiers qu'elle affiche dans les rues de Brooklyn à partir de 1999. Ces premiers travaux sont anonymes et ce n'est que plus tard qu'elle signe ses œuvres sous le nom de "Swoon". Elle devient également membre de la coopérative d'artistes Justseeds (en)[1],[2]. Swoon affiche ses portraits principalement à Brooklyn mais aussi à l'étranger lors de ses nombreux voyages. Son talent ne reste donc pas inaperçu et très vite on lui propose d'exposer dans des musées ou des galeries. En 2005, Swoon expose pour la première fois ses œuvres à la Jeffrey Deitch Gallery et à la "Greater New-York Gallery". Cette année marque le début de sa reconnaissance en tant que véritable "artiste" par le monde de l'art. Swoon ne se cantonne cependant toujours pas aux cercles d'exposition fermés. Elle va teinter son art d'humanisme et participer à de nombreuses actions humanitaires et philanthropiques. En 2010, Caledonia participe à la construction de maisons "artistiques" pour les rescapés d'Haïti au sein de l'organisation "Konbit Shelter". Le but de cette entreprise étant de proposer des lieux d'habitation qui mêlent à la fois fonctionnalité et beauté. Swoon va aussi diversifier sa création artistique à partir de 2005. Elle commence à réaliser des projets et des installations en plein air de plus grande envergure comme par exemple ses célèbres „Swimming Cities of Serenissima“ en 2009. Il s'agit d'îlots flottants réalisés à partir d'objets de récupération (meubles, planches de bois, morceaux de métal...). Elle les construit à l'aide d'autres artistes, amis et bénévoles afin de naviguer sur les canaux de Venise.Caledonia montre à travers ses nombreux projets et œuvres de rue un désir de laisser son art accessible à tous malgré un succès grandissant qui lui permet aujourd'hui d'exposer dans des lieux officiels. En 2014, elle réalise notamment une de ses plus grandes expositions appelé " Submerged Motherland" au Brooklyn Museum.

Œuvre de Street-Art[modifier | modifier le code]

Lieux[modifier | modifier le code]

Swoon choisit d'exposer ses œuvres directement dans la rue à partir de 1999 car elle ne souhaite pas limiter son art aux galeries et aux musées. Elle voit en l'art un moyen d'expression libre qui mérite donc d'être vu par tous dans des lieux libres de toutes contraintes. Elle commence à afficher ses portraits dans New-York et principalement à Brooklyn, ne choisissant que des places abandonnées, voir en ruine : de vieux murs déjà tâchés de graffitis, des ponts, des escaliers de secours ou encore des châteaux d'eau... Ces lieux en désolation représentent aux yeux de l'artiste une partie importante du paysage urbain. Swoon cherche à apporter de la beauté et de la vie dans des lieux qui apparaitraient comme repoussant et sans intérêt. Ce caractère d'inattendu apporte à son art une valeur insolite.

Technique[modifier | modifier le code]

Les dessins sont gravés sur linoleum puis imprimés sur papier Mylar ou papier recyclé avant d'être peints à l'acrylique. Les images sont ensuite collées sur les murs de la même façon qu'une affiche publicitaire. Le choix du papier comme matériaux est représentatif des motivations artistiques de Swoon. Il permet en effet une certaine transparence, ainsi l’œuvre semble se fondre dans les anciens graffitis qui ornaient déjà les murs. Les portraits s'intègrent donc totalement au paysage urbain. De plus, le papier est un matériaux victime du temps, soumis au climat et même aux Hommes qui peuvent l'arracher du mur. Ce qui intéresse Swoon, c'est cet aspect de l'évolution, la désintégration, la finitude du matériaux, qui, à l'image de la ville et de l'Homme, change, se transforme puis disparaît.

Sujet[modifier | modifier le code]

Swoon représente uniquement des portraits de personnes, existantes pour la plupart, quelles que soient leurs nationalités et leurs origines sociales. Lors de ses nombreux voyages, elle prend en photo des hommes, des femmes ou des enfants qui l'inspirent ou lui font ressentir une émotion, puis s'en sert de modèle pour ses œuvres. Elle compare d'ailleurs souvent ses dessins à des carnets de voyage. Swoon pense que la personnalité, l'originalité et les expériences d'un individu se reflètent sur son corps et son visage. Ses portraits sont donc autant de témoignages et d'instants de vie que des œuvres artistiques.

Influences[modifier | modifier le code]

Les influences stylistiques de Swoon sont la gravure expressionniste allemande et le théâtre d'ombre indonésien. On reconnait ses influences à travers le tracé de ses dessins, le travail sur la hachure et les découpages du papier donnent cet effet de pochoir aux figures. Swoon est également fortement influencée par les Street Artists Banksy et Blek le Rat et leurs représentations à taille humaine qui permettent à l’œuvre de paraître plus vivant et réaliste. Enfin, on peut citer l'artiste Gordon Matta-Clark qui a été un des éléments déclencheurs dans le choix de Swoon de faire du Street Art. En effet, ce-dernier proposait d'entrer dans les vieux immeubles afin d'en scier les planchers.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Œuvre de Swoon dans Berlin
  1. (en) Vanessa Grigoriadis, « Barging In to Venice », New York magazine,‎
  2. (en) Kirk Semple, « Lawbreakers, Armed With Paint and Paste », The New York Times,‎

Sources[modifier | modifier le code]

  • CURRY C., Swoon, 2010: Abrams Books, United-States
  • KLITZKE K. und SCHMIDT C., Street Art, Legenden zur Straße, 2009 : Archive der Jugendkulturen, Berlin
  • Reid L. und DOWNEY B., the Adventures of Darius and Downey, 2008: Thames & Hudson, London
  • LEWISOHN C., Street Art, the Graffiti Revolution, 2008 : Abrams, New-York
  • YOUNG A., Street Art, Public City, Law, Crime and the Urban Imagination, 2014: Routledge, New-York
  • Street Art & Urban Creativity, 2014, International Conference: urbancreativity.org, 2014, Lisbon
Internet
  • Artikel on line : “Meet the Women redefining street art”, The Guardian, posted 7 Januar 2015, Roland Henry
  • Artikel und interview on line : “Life of Wonderment, Swoon blurs the line between art and activism”, The New York Times, posted 6 August 2014, Melena Ryzik
  • Artikel und interview on line : “Swoon in studio : a warm Welcome on a cold night”, Brooklyn Street Art, 10 Januar 2011
  • Artikel und interview on line : “Swoon : submerged Motherlands”, Brooklyn Street Art
  • Offiziel Swoon Website : http://caledoniacurry.com
  • Youtube video : „From Street Art to High Art“, the New York Times, 2014
  • Youtube video : “Swoon’s konbit Shelter – Art in the Street”, Moca TV, 22 Nov. 2012
  • Youtube video: “Callie Curry aka Swoon”, TEDxBrooklyn, 24 Dez. 2010
  • Youtube video : “DIY America – Swoon”, 22 July 2010
  • Youtube video : “Street Artist Swoon takes Time Out wheatpasting “, Time Out London, 28 Nov. 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]