Swisspeace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
swisspeace
Logo de l'organisation

Création
Type Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale
Siège Berne, Suisse
Effectifs 50
Personnes clés Jakob Kellenberger
Affiliation Université de Bâle
Site web http://www.swisspeace.org/

Swisspeace, la Fondation suisse pour la paix, est un institut de recherche sur la paix orienté vers la pratique et actif dans le domaine de la promotion de la paix et de la prévention des conflits violents. La fondation a pour but de promouvoir la transformation pacifique de conflits armés en soutenant des acteurs suisses et internationaux dans leurs activités de promotion de la paix[1]. Son siège est à Berne, en Suisse[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

swisspeace a été fondée en 1988 sous le nom de ‘Fondation suisse pour la paix’ afin d'encourager en Suisse la recherche indépendante sur la paix. Aujourd'hui, une cinquantaine de personnes travaillent à swisspeace[3].

swisspeace est membre de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) et est un institut associé de l’Université de Bâle[4].

Jakob Kellenberger pendant une conférence de presse à Genève, 25 juin 2010

Jakob Kellenberger, l’ancien président du Comité international pour la Croix-Rouge (CICR), a été élu président du Conseil de fondation de swisspeace à l’occasion du 25e anniversaire de la fondation le 10 septembre 2013[5].

Bailleurs & clients[modifier | modifier le code]

Les principaux bailleurs et clients sont le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et le Fonds national suisse (FNS), ainsi que des organisations nationales et internationales et des fondations[6].

Domaines d'activités[modifier | modifier le code]

swisspeace contribue à façonner et mettre en œuvre la politique suisse de paix et de sécurité. La fondation poursuit ce but à travers la recherche, la formation, les services de conseil et l’information. Elle coopère avec d’autres organisations et possède la capacité juridique de créer de nouvelles organisations[3]. La fondation se spécialise dans les domaines thématiques suivants :

Médiation: une tierce partie peut jouer un rôle important dans la conduite d’un dialogue entre les parties à un conflit. En collaboration avec le Center for Security Studies (CSS) de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), swisspeace soutient des médiateurs de paix du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et offre annuellement des cours sur le sujet de la médiation de paix. Actuellement, swisspeace travaille aussi en collaboration avec ONU Femmes sur la participation des femmes dans le processus de paix et sur la question des minorités au Myanmar[7].

Analyse et impact de la promotion de la paix : la résolution pacifique des conflits nécessite une analyse précise du conflit et des acteurs impliqués. Dans ce domaine, swisspeace mène, par exemple, un projet de réintégration des fonctionnaires palestiniens dans la bande de Gaza afin de promouvoir la réconciliation entre le Hamas et le Fatah[8].

Traitement du passé : conflits armés, dictatures et régimes répressifs marquent profondément et durablement les sociétés concernées. Le traitement des violations des droits de l’homme et d’autres crimes est devenu un objectif central de la promotion suisse de la paix. swisspeace a adopté une approche holistique, développée en collaboration avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), qui repose sur quatre piliers : le droit de savoir, le droit à la justice, le droit à la réparation et la garantie de non-répétition[9]. Depuis la création d’une commission de vérité en Tunisie en 2014, swisspeace conseille celle-ci en ce qui concerne l’accès aux archives comme élément essentiel du traitement du passé[10].

Économie & paix : les entreprises privées actives dans des régions en proie aux conflits font partie de la dynamique de conflit. Dans le domaine de l’industrie forestière, swisspeace a rédigé un manuel sur la prévention et la résolution des conflits pour l’entreprise Danzer (de) après l’escalade d’un conflit avec les communautés locales[11].

Genre : les femmes, les enfants et les hommes souffrent tous des affres de la guerre, mais de façon différente. L’accompagnement de la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité de l’ONU, adoptée en 2000, sur les droits des femmes dans les régions en guerre et la participation des femmes aux processus de paix est une activité centrale pour swisspeace[12].

KOFF: en collaboration avec le DFAE et une cinquantaine d’ONG, swisspeace a fondé en 2001 le Centre pour la promotion de la paix (KOFF). Cette plateforme promeut le dialogue entre les acteurs étatiques et non étatiques suisses dans le domaine de la promotion de la paix.[14]

swisspeace Academy: en 2014, swisspeace a lancé une nouvelle offre dans le cadre des formations continues de l’Université de Bâle. Elle propose, entre autres, les programmes suivants :

  • Master of Advanced Studies (MAS) in Civilian Peacebuilding (60 ECTS)[13];
  • Diploma of Advanced Studies (DAS) in Civilian Peacebuilding (30 ECTS)[14];
  • Certificate of Advanced Studies (CAS) in Civilian Peacebuilding[15].

OSCE: la fondation a coordonné de nombreux événements à Bâle dans le cadre de la présidence suisse de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). swisspeace a mené divers projets sur le thème de la paix dans la région de l‘OSCE et a organisé la conférence parallèle de la société civile en marge de la conférence ministérielle de l’OSCE à la fin de l’année 2014 à Bâle[16].

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Geneva Peacebuilding Platform », sur Geneva Peacebuilding Platform (consulté le 17 octobre 2015)
  2. (de) « Eintrag der «Schweizerische Friedensstiftung - swisspeace» im Handelsregister des Kantons Bern. », sur Handelsregister des Kantons Bern (consulté le 17 octobre 2015)
  3. a et b (de) « Handelsregister des Kantons Bern » (consulté le 17 octobre 2015)
  4. « Sociétés membres », sur www.sagw.ch/ (consulté le 17 octobre 2015)
  5. Curtis, Malcolm, „Former Red Cross chief to head Swisspeace“. The Local. Visité le 05 août 2015.
  6. (de) « Professionalisierung der Friedensarbeit », sur Neue Zürcher Zeitung,‎ (consulté le 17 octobre 2015)
  7. (de) « Burmesische Delegation in der Schweiz », sur www.srf.ch,‎ (consulté le 17 octobre 2015)
  8. « Rapport annuel 2013 de swisspeace », sur www.swisspeace.ch,‎ 2013 (consulté le 17 octobre 2015)
  9. (de) « Wenn das nationale Erbe aus Gräueltaten besteht », sur www.swissinfo.ch,‎ (consulté le 17 octobre 2015)
  10. « Rapport annuel 2013 de swisspeace », sur www.swisspeace.ch,‎ 2013 (consulté le 17 octobre 2015)
  11. (en) « Danzer agrees cooperation with swisspeace », sur www.danzer.com,‎ 2013 (consulté le 17 octobre 2015)
  12. (de) « Bericht über die Umsetzung der UNO-Sicherheitsratsresolution 1325 durch die Schweiz », sur www.eda.admin.ch (consulté le 17 octobre 2015)
  13. (en) « Master of Advanced Studies (MAS) in Civilian Peacebuilding, Aim & Target Audience », sur academy.swisspeace.ch (consulté le 17 octobre 2015)
  14. (en) « New Postgraduate Course (CAS) in Civilian Peacebuilding », sur https://zasb.unibas.ch (consulté le 17 octobre 2015)
  15. (de) « CAS Zivile Friedensförderung », sur https://politikwissenschaft.unibas.ch (consulté le 17 octobre 2015)
  16. (en) « NGO conference issues recommendations to the OSCE foreign ministers conference in Basel », sur www.humanrights.ch (consulté le 17 octobre 2015)