SwissCube-1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SwissCube-1
Description de l'image SwissCube EPFL.jpg.
Données générales
Organisation École polytechnique fédérale de Lausanne
Type de mission Atmosphérique
Technologie
Lancement
06:21 UTC depuis Satish Dhawan FLP
Lanceur PSLV-CA C14
Identifiant COSPAR 2009-051B
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 1 kg
Orbite Orbite héliosynchrone
Périapside 726 km
Apoapside 752 km
Période 98.5 minutes
Inclinaison 98.28°
Site EPFL - SwissCube

SwissCube-1 est le premier satellite artificiel suisse.

C'est un nano satellite scientifique de format CubeSat construit par 200 étudiants de l'École polytechnique fédérale de Lausanne. Il pèse 820 grammes et a la forme d'un cube de 10 centimètres de côté. SwissCube-1 a été lancé le par la fusée indienne PSLV depuis le Centre spatial de Satish Dhawan et a été placé sur son orbite par le lanceur 20 minutes après le lancement à 720 kilomètres d'altitude. Ce satellite fait un tour de la Terre en 99 minutes. Sa mission est d'observer des phénomènes de luminescence nocturne qui naissent à une centaine kilomètres d'altitude désignés sous le terme de lumière du ciel nocturne.

La mission de SwissCube-1 devait initialement durer de 3 mois à 1 année[1] pour un coût de construction et de lancement d'environ 600 000 francs suisses. Elle fut prolongée en février 2010 pour une durée de 18 mois et une station terrestre additionnelle fut ajoutée[2]. Le satellite produisit sa première image le suivie de sa première image de l'airglow le [3]. Le , l'EPFL mit fin au projet et remit le contrôle du satellite aux radioamateurs[4]. Au jour du , le satellite est toujours fonctionnel[5].

Architecture logicielle[6][modifier | modifier le code]

  • Les sous-systèmes COM (communication), PL (charge utile), ADCS (attitude et orientation), et EPS (energie) ont tous un microcontrôleur MSP430F1611
  • Le module CDMS (on board computer) a un ATMEL ARM AT91M55800A

Ces microcontrôleurs utilisent deux bus I2C pour communiquer : un bus principal (tous les sous-systèmes) et un bus de remplacement (uniquement EPS et COM). Le cubesat a 4 modes d'operation : recovery (pas assez d'energie), safe (sous-systèmes minimum), et deux modes standards (tous les sous-systèmes).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Swisscube - Gunter's Space Page » (consulté le 18 mai 2015)
  2. EATOPS, « Centres de contrôles déportés, un exemple de travail collaboratif pour la mission SwissCube », EATOPS Press release,‎ (lire en ligne)
  3. « Le satellite Swisscube délivre ses premiers clichés », sur EPFL news, (consulté le 18 mai 2015)
  4. « SwissCube update » (consulté le 18 mai 2015)
  5. Yann Etienne, « SwissCube » Live Tracking » Mission data », sur swisscube-live.ch (consulté le 27 mai 2015)
  6. http://escgesrv1.epfl.ch/