Swat (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Swat
Illustration
Le Swat dans la province de Khyber Pakhtunkhwa.
Carte.
Cours de la Swat (carte interactive)
Caractéristiques
Longueur 200 km [1]
Bassin collecteur Bassin de l'Indus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Cours
Source Hindou Kouch
· Coordonnées 35° 28′ 47″ N, 72° 35′ 36″ E
Confluence Kaboul
· Coordonnées 34° 06′ 33″ N, 71° 42′ 22″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau du Pakistan Pakistan
Principales localités Charsadda

La rivière Swat est un cours d'eau situé dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord-ouest du Pakistan. Elle est un affluent de la rivière Kaboul.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des cours d'eau du nord du Pakistan et de l'Inde.

La Longueur du cours d'eau est d'environ 200 km[1].

La rivière prend sa source dans les montagnes Hindou Kouch, dans l'Himalaya. Elle traverse ensuite la vallée de Kalam (en), le district de Swat, le district du Bas-Dir, le district de Malakand, puis elle se jette dans la rivière Kaboul près de Peshawar.

Galerie[modifier | modifier le code]

La rivière pendant les inondations de 2010 au Pakistan.
Un hélicoptère américain survole la rivière Swat pendant les inondations de 2010 au Pakistan.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Swat est dérivé d'un ancien terme sanskrit, Suvāstu « eau claire d'azur »". Ce nom de la rivière est attesté dans le Rigveda[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du deuxième millénaire avant notre ère, des populations d'ascendance steppique parlant des langues indo-iraniennes s'installent dans la vallée[3].

Alexandre le Grand a fait la conquête de la vallée en 327 av. J.-C.[1]. Au début de notre ère une importante communauté bouddhiste a laissé de nombreux monuments dans cette vallée du district de Swat. Les sculptures qui ont pu être préservées jusqu'à aujourd'hui témoignent de la grande qualité du travail des sculpteurs, de leur très grand pouvoir de synthèse entre les cultures qui caractérisaient alors le territoire contrôlé par les Kouchans et leurs successeurs, jusqu'au Cachemire. Cette vallée, aux marges du bassin de l'ancien Gandhara, est considérée comme relevant de son espace culturel, à cette ancienne époque. Et l'art qui y a été produit relève donc de l'art du Gandhara. Cependant les traits caractéristiques qui lui sont propres offrent un terrain de recherche ouvert, à l'avenir. Certains caractères formels des sculptures du Gandhara et des régions plus ou moins voisines ont permis au premier spécialiste de cet art, Alfred Foucher, de créer le concept d'art gréco-bouddhique en 1905. Aujourd'hui ce concept s'avère trop réducteur, sans pour autant avoir trouvé une autre dénomination acceptée par tous, et l'art de la vallée du Swat peut être comparé aux autres « arts gréco-bouddhistes » , à défaut d'autre concept.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Valley Swat », sur www.valleyswat.net (consulté le 28 avril 2014)
  2. (en) Susan Whitfield, Silk, Slaves, and Stupas: Material Culture of the Silk Road, University of California Press, 2018, p. 136
  3. (en) Vagheesh M. Narasimhan et al., The formation of human populations in South and Central Asia, Science, Vol. 365, numéro 6457, eaat7487, 6 septembre 2019, DOI: 10.1126/science.aat7487