Swann Arlaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Swann Arlaud
Description de cette image, également commentée ci-après
Swann Arlaud au Festival du film de Cabourg
en 2019.
Naissance (43 ans)
Fontenay-aux-Roses (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Acteur
Films notables Les Anarchistes
Petit Paysan
Grâce à Dieu
Vous ne désirez que moi
Anatomie d'une chute

Swann Arlaud, né le 25 mars 1981 à Fontenay-aux-Roses[1],[2], est un acteur français.

Longtemps cantonné dans les seconds rôles du petit et du grand écran, sa carrière prend un tournant en 2016 : il joue dans les films Ni le ciel ni la terre de Clément Cogitore et Les Anarchistes d'Élie Wajeman, obtenant une nomination au César du meilleur espoir masculin pour ce dernier.

Il remporte en 2018 le César du meilleur acteur pour sa performance dans Petit Paysan puis obtient à deux reprises celui du meilleur acteur dans un second rôle : d'abord en 2020 avec le drame Grâce à Dieu, puis en 2024 pour Anatomie d'une chute.

Au cours de sa carrière, il collabore avec des réalisateurs français majeurs : Justine Triet, François Ozon, Claire Simon, Cheyenne Carron, Stéphane Brizé, Guillaume Nicloux, Jean-Pierre Améris...

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Swann Arlaud grandit dans une famille de professionnels du spectacle. Petit-fils du scénariste suisse Rodolphe-Maurice Arlaud et du comédien Max Vialle, il est le fils du chef décorateur Yan Arlaud et de la directrice de casting et metteuse en scène de théâtre Tatiana Vialle[3],[4]. Son beau-père est le chef opérateur Bruno Nuytten[5].

Swann Arlaud, Sara Giraudeau et le réalisateur Hubert Charuel lors de la remise des César 2018.

Diplômé des Arts décoratifs de Strasbourg[3], il est longtemps cantonné aux seconds rôles du petit et du grand écran. Dans les années 2010, il se fait progressivement connaître en apparaissant dans des films comme Belle Épine et Les Émotifs anonymes ainsi qu'au théâtre avec Une femme à Berlin, et en 2015, accède à la notoriété avec ses rôles dans les films Ni le ciel ni la terre et Les Anarchistes[6], tous deux présentés au Festival de Cannes à la Semaine de la critique.

En 2018, il reçoit le César du meilleur acteur pour le film Petit Paysan, par ailleurs couronné du César du meilleur premier film, aux côtés de sa partenaire d'écran Sara Giraudeau qui reçoit également celui de la meilleure actrice dans un second rôle[7].

En 2020, il reçoit le César du meilleur acteur dans un second rôle grâce à son interprétation d'Emmanuel Thomassin dans Grâce à Dieu de François Ozon[8].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Swann Arlaud a un fils avec la directrice de la photographie française Sarah Boutin, avec qui il a travaillé dans le court métrage Venerman (2017), réalisé par lui-même[9].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Swann Arlaud est l'un des rares acteurs français à prendre la parole pour soutenir les femmes publiquement[10]. En , il portait un ruban blanc (symbole de la lutte contre les violences faites aux femmes) en soutien au mouvement MeToo lors de la 43e cérémonie des César[11].

Il a cosigné en , parmi 1 400 personnalités du monde de la culture, la tribune « Nous ne sommes pas dupes ! », publiée dans le journal Libération, pour soutenir le mouvement des Gilets jaunes et affirmant que « Les gilets jaunes, c'est nous »[12].

Il a cosigné le la tribune soutenant le mouvement contre le projet sur les retraites, s'adressant au chef de l’État[13] pour demander le retrait immédiat du projet, considéré « injuste, inefficace, touchant plus durement les plus précaires et les femmes », en plus d'être rejeté « par l'immense majorité de la population, et même minoritaire à l'Assemblée nationale »[13],[14].

En , Swann Arlaud a apporté son soutien au geste d'Adèle Haenel de quitter la 45e cérémonie des César après que Roman Polanski remporte le prix de la meilleure réalisation. Il déclare : « Je trouve le prix de Roman Polanski bizarre, j'ai un peu de mal à comprendre. Je me questionne, ce problème est très complexe, la séparation de l'homme et de l'artiste. C'est compliqué. Evidemment que je comprends Adèle, après ses prises de parole, elle ne pouvait pas rester assise sur sa chaise à applaudir. Evidemment qu'elle a eu raison de le faire. On lui aurait reproché de ne pas l'avoir fait[15]. »

En , il a cosigné parmi 150 personnalités du monde de la culture, la tribune « Affaire Depardieu : l’art n’est pas un totem d’impunité », publiée dans le journal Libération en réponse à la tribune de soutien à l’acteur Gérard Depardieu après qu'il a été accusé d'agression sexuelle par plusieurs femmes[16].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Années 2020[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Neon (@neonrated), « Happy Birthday to everyone's favorite French lawyer, Swann Arlaud. », sur Twitter, (consulté le )
  2. Plusieurs sources rapportent le 30 novembre 1981 comme anniversaire, date démentie par Arnaud lui-même. Cfr. Konbini, « Le Fast Life de Swann Arlaud », sur Dailymotion, (consulté le )
  3. a et b Portrait, Thierry Cheze, Press reader, 6 mars 2019.
  4. Swann Arlaud, Gala.
  5. Swann Arlaud en 8 indices, Emily Barnett, Marie Claire.
  6. Swann Arlaud, tout en grâce et en âpreté dans Ni le ciel ni la terre, L'Express, 30 septembre 2015
  7. "Petit paysan" et Swann Arlaud, les autres grands vainqueurs surprises des César 2018, sur huffingtonpost.fr, consulté le 19 juin 2022
  8. César 2020. Swann Arlaud, petit paysan devenu grand, sur Télérama, 28 février 2020
  9. Christophe Chauville et Johanna Ines, « L'année du cygne : rencontre avec Swann Arlaud », sur Brefcinéma,
  10. Charlotte Langrand, « Swann Arlaud : « Le problème des violences est systémique » », sur La Tribune,
  11. (en) « Stars wear #MeToo white ribbons at 'French Oscars' » [archive du ], sur New Straits Times, Agence France-Presse, (consulté le )
  12. Des personnalités du monde de la culture, « Gilets jaunes : nous ne sommes pas dupes ! », Libération, (consulté le )
  13. a et b "Retraites: des artistes et influenceurs vent debout contre la réforme" le 24/03/2023 dans Le Bien public [1]
  14. « Audrey Fleurot, Juliette Binoche, Jean-Pierre Daroussin... Près de 300 professionnels de la culture demandent le retrait immédiat de la réforme des retraites », sur liberation.fr (consulté le )
  15. Thomas Colpaert, « César 2020 : Swann Arlaud apporte son soutien à Adèle Haenel, "évidemment que je comprends" », sur Télé-Loisirs,
  16. « Affaire Depardieu : l’art n’est pas un totem d’impunité », sur Libération,
  17. « La Dernière Ballade - ULULE », sur fr.ulule.com.
  18. « Palmarès 2011 », sur le site du Festival de la fiction TV (consulté le ).
  19. « Palmarès 2013 », sur Ciné Bocage - Festival Jean Carmet (consulté le )
  20. « Palmarès 2015 », sur Ciné Bocage - Festival Jean Carmet (consulté le )
  21. Fanny Ardant, Pascal Elbé, Françoise Fabian et Sandrine Kiberlain récompensés aux 36e journées romantiques du Festival du film de Cabourg, sur francetvinfo.fr, consulté le 19 juin 2022

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :