Swami Ramdev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Swami Ramdev
Babaramdev.jpg
Swami Ramdev, également appelé Baba Ramdev
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Gurukul Kangri Vishwavidyalaya (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion
Site web

Swami Ramdev (hindi, स्वामी रामदेव), né Ram Krishna Yadav le 26 décembre 1965, également appelé Baba Ramdev, est un swami et militant politique, très populaire en Inde pour son enseignement du Yoga et du Pranayama, son important réseau de boutiques ayurvédiques, ainsi que pour son action autour de diverses questions sociales, dont sa participation au mouvement de 2011 « contre la corruption en Inde »[1]. Il est également controversé du fait de liens supposés avec des groupes nationalistes, de diverses affaires et de prises de positions vis-à-vis de la sexualité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été l’élève d’Achary Baldevji avant de devenir sannyasin et de changer son nom en Swami Ramdev[2]. Il connait la célébrité à la suite de la fondation du Divya Yog Mandir Trust.

En 2003, la chaine indienne Aastha TV lui offre une tranche horaire pour présenter sa pratique du yoga. En une année, il obtient une audience très importante[3]. Selon, le New York Times, Ramdev a « construit un empire avec le yoga, et est devenu un symbole de la Nouvelle Inde, un mélange de Richard Simmons, Dr Oz et Oprah Winfrey » [4].

Avec Narendra Modi.

En 2016, Baba Ramdev arrive à la neuvième place d'un classement des personnalités les plus influentes de l'Inde pour son réseau de 15000 magasins ayurvédiques, « Patanjali Ayurved », vendant ses produits allant du beurre clarifié au shampoing ; pour être devenu l'un des plus grands consommateurs de publicité télévisée ; parce que le cabinet du Premier ministre Narendra Modi lui dédie une hotline et qu'il joue un rôle crucial dans l'ouverture de 500 écoles védiques à travers l'Inde et d'une université près de Delhi dans le cadre l'agenda des organisations du Sangh Parivar[5].

Campagnes politiques[modifier | modifier le code]

Bharat Swabhiman[modifier | modifier le code]

Bien qu’affirmant n’avoir aucune ambition politique[6],[7], il soulève des questions sociales ou économiques au cours de ses stages, demandant des changements radicaux dans la politique indienne. Pour initier ces changements, il a créé le mouvement Bharat Swabhiman dont les objectifs[8] sont résumés ainsi :

  • 100 % de votants
  • 100 % de pensée nationaliste
  • 100 % de boycott des entreprises étrangères
  • 100 % d’unification des peuples du pays
  • 100 % de Yoga

Nourriture[modifier | modifier le code]

le centre d'Ayurveda créé par Ramdev à Haridwar

Il combat l'usage des fast-food et la consommation des sodas, ces derniers étant selon lui mauvais pour la santé et plus efficace pour « nettoyer les toilettes » que les produits commercialisés à cet effet[9]. Il incite ses auditoires à ne plus consommer de boisson gazeuses, conseillant de boire de l’eau chaude, du lait ou des jus de fruits traditionnels indiens, soutenant ainsi le commerce du pays.

Corruption[modifier | modifier le code]

Swami Ramdev s’est associé au Mouvement contre la corruption en Inde et est impliqué dans les émeutes à la suite de la loi dite « Jan Lokpal »[10]. À ce titre, il propose les solutions suivantes[11]

  • Retrait des billets de 500 et 1000 roupies, afin d’empêcher l’utilisation de faux billets et stopper immédiatement les pots de vin.
  • Adopter la convention des Nations unies contre la corruption, qui attend de l’être depuis 2006.
  • Peine de mort pour les corrompus.
  • Inspection des personnes ayant des comptes à l’étranger.
  • Interdire toute opération avec des banques dans des paradis fiscaux[6].

Il évalue l’argent indien dans les banques suisses à 15 000 milliards de dollars. Il demande au gouvernement qu’il rapatrie cette somme qui, selon lui, appartient au peuple indien.

Manifestation à Delhi et répression policière en juin 2011[modifier | modifier le code]

Début 2011, Ramdev déclare à Bangalore qu’il commencera une grève de la faim contre la corruption le 4 juin 2011 à Delhi et demande à ses disciples de le suivre dans cette action[12],[13]. Le premier Ministre Manmohan Singh écrit à Ramdev pour lui demander de renoncer à son action, mais ce dernier refuse[14], réserve le terrain du Ramlila Maidan dans l'ancienne ville de Delhi pour une manifestation d'un mois contre la corruption et s'engager dans ce qu'il appelle un « Jeûne jusqu'à la mort ».

Une assemblée au Ramlila Maidan à Delhi, lieu de rassemblement traditionnel dans la vieille ville

À son arrivée à l'aéroport le 1er juin, il est accueilli par trois membres du gouvernement qui tentent à nouveau de le dissuader de poursuivre son projet en lui indiquant que le gouvernement est déjà officiellement investi dans une action contre la corruption[15]. 65 000 disciples de Ramdev sont déjà rassemblés à Ramlila Maidan quand il arrive[16].

À minuit, la police investit les lieux en force, alors que la plupart des disciples dorment et que Ramdev est occupé avec ses proches[17]. Les agents, protégés par des gilets pare-balles, utilisent des gaz lacrymogènes et évacuent les participants dans des bus qui les amènent vers les gares les plus proches pour les disperser dans le pays. Ramdev est gardé quelques heures dans une résidence du gouvernement avant d'être renvoyé dans son ashram[18] et interdit formellement de revenir à Delhi pendant 15 jours[19],[20]. Selon Ramdev, après l'attaque, 5000 de ses disciples seraient toujours portés disparus[21].

Ramdev accuse le gouvernement de l'avoir trompé, prétend qu'il existe une conspiration contre lui et qu'une menace lui a été explicitement faite pendant sa rencontre avec les membres du gouvernement[22]. Tous les partis politiques, moins les membres du congrès, condamnent l'action policière, l'appelant « anti démocratique » voire du « pur fascisme »[23] ou encore « déplorable » et « à vue courte »[24],[25]. Anna Hazare, un autre militant contre la corruption, évoque l'affaire en parlant d'un « étranglement de la démocratie ». Il rapproche même la situation du massacre de Jallianwala Bagh[26] et décide de faire un jour de jeûne de protestation le 8 juin. La National Human Rights Commission of India a demandé au gouvernement de l'Inde et au gouvernement local de Delhi de produire un rapport d'enquête sous deux semaines sur la répression à Ramlila Maidan[27]. Ramdev décide de poursuivre son jeûne à Noida, mais le gouvernement de l'Uttar Pradesh le lui interdit. Il décide alors de le faire à Haridwar[28],[29],[30]. Au septième jour de son jeûne, le 10 juin, il est transporté à l'hôpital parce que sa santé se détériore[31].

Controverses[modifier | modifier le code]

Allégations de liens avec des groupes nationalistes[modifier | modifier le code]

Certains politiciens ont voulu associer les actions de Ramdev à certains groupes politiques indiens, tel que le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), groupe d'extrême droite paramilitaire qui aurait organisé le rassemblement à Ramlila[32],[33] mais le responsable du mouvement, Mohan Bhagwat déclare que « le RSS n'est pas derrière l'action de Ramdev pour le retour en Inde de l'argent indien actuellement dans les banques étrangères, mais qu'il a approuvé cette action. Le RSS ne peut pas être un spectateur muet devant la révolution en cours contre la corruption, par conséquent, il a demandé à ses membres de se joindre à l'action »[34].

Un empire financier ?[modifier | modifier le code]

Ramdev serait à la tête d'un empire fondé sur sa popularité comme professeur de Yoga. Il possède une île en Écosse et déclare des revenus de 220 millions de dollars depuis 1995. Lui déclare « je suis devenu si puissant que je peux faire tomber le gouvernement. Je n'ai pas de pouvoir financier ou légal mais dans une démocratie, j'ai le pouvoir du peuple »[35],[36].

Allégations de fraude à la législation du travail ?[modifier | modifier le code]

En mars 2005, cent treize employés du Divya Yoga Mandir Trust à Haridwar ont manifesté pour un salaire minimum et le respect de leurs droits, tels que l'affiliation aux assurances maladie. Un accord est finalement trouvé après une réunion de négociation. Cependant, plusieurs employés sont licenciés pour avoir, selon l'administration, préparé un sabotage. L'affaire a été relayée par le syndicat Centre of Indian Trade Unions (CITU). Ces employés n'ont, à ce jour, pas retrouvé leur emploi[37],[38].

Usage d'ossements animaux et humains dans les médicaments Ayurvédiques ?[modifier | modifier le code]

Brinda Karat, un responsable du Parti communiste d'Inde faisant partie de la manifestation de mars 2005, accuse le Divya Yog Mandir Trust d'utiliser des os humains et animaux dans les préparations de médicaments ayurvédiques, comme dans ceux appelés Kulya Bhasm ou Yauvanamrit Vati. Ces deux médicaments ont donc été testés et les résultats ont confirmé la présence de substances animales[37]. Cependant, les produits ayant servi aux tests sont contestés, puisqu'ils auraient été fournis par Karat et non par les voies officielles gouvernementales[37],[38],[39]. En 2006, quatre nouveaux prélèvements ont été envoyés au Shriram Institute of Industrial Research à Delhi. Leur rapport déclare que les ingrédients ne contiennent que des herbes. Mais le Ministère de la Santé déclare à nouveau qu'il a trouvé des traces d'ADN animal dans les produits[40].

La section 377 sur le droit des homosexuels en Inde

Position sur le Sida et l'éducation sexuelle[modifier | modifier le code]

En décembre 2006, Ramdev se déclare capable de guérir le SIDA et le cancer par la pratique du yoga et les médicaments de l'ayurveda vendus au Divya Yoga Mandir Trust. Il suggère même que l'éducation sexuelle soit remplacée par le yoga qui conduirait à une meilleure prévention contre le SIDA[41] :

« L'éducation sexuelle dans les écoles devrait être remplacée par l'étude du yoga »

À la suite de cette assertion, il reçut une injonction du Ministère de la Santé en Inde de ne plus tenir de tels propos à l'avenir. Une menace de procès lui a été également été faite[42]. Ramdev répond que ces propos n'étaient pas réellement les siens mais ceux de ses élèves qui pratiquent le yoga[43].

Point de vue sur l'homosexualité[modifier | modifier le code]

En juillet 2009, la cour de Justice de Delhi a approuvé la Section 377 du Code pénal indien, décriminalisant l'homosexualité. Ramdev organise alors une conférence de presse pour déclarer que « Cette décision de la cour de Justice va encourager la criminalité et les mentalités malsaines. Ce genre de chose est honteux et insultant pour nous tous. Nous suivons l'Occident de façon aveugle dans tous les domaines. Ceci va briser le système familial en Inde. Les homosexuels sont des gens malades qui devraient être envoyés dans des hôpitaux pour être soignés. Si le gouvernement vote cette loi, je porterai cette affaire dans les rues de Delhi en protestation. »[44]. En décembre 2013, alors que la Cour suprême d'Inde casse l'arrêt de la cour de Justice de Delhi et maintient ainsi la loi criminalisant l'homosexualité, Ramdev déclare « Si nos parents avaient été homosexuels nous ne serions pas nés. C'est donc contre nature »[45].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Indian police break up yoga guru's anti-corruption protest », Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Swami Ramdev - A Biography »
  3. (en) « ‘Satyagrahi’ Baba Ramdev »
  4. (en) Lydia Polgreen, « Indian Who Built Yoga Empire Works on Politics », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Indiatoday - 10 March 2016 "India’s 50 most influential people: The rankings" : Rank: 9 Baba Ramdev 50 | Yoga Guru
  6. a et b Godfellas I - A series on gurus and their politics, Tehelka Interview, May 2011
  7. (en) « Baba Ramdev won't launch political party », sur The Times Of India
  8. Bharat Swabhiman Andolan- Swami Ramdev Baba
  9. Cola Means Toilet Cleaner, Ramdev Says It Again - India Daily
  10. Baba Ramdev seeks sufficient powers for Lokpal | Jan Lokpal Bill | Baba Ramdev | Indian Express
  11. Swami Ramdev gives easy solutions for black money issue | Bharat Swabhiman Andolan- Swami Ramdev Baba
  12. (en) « Ramdev to launch people's movement to root out corruption », The Hindu, Chennai, India,‎ (lire en ligne)
  13. « Ramdev Fast : Huge Tent Erected At Delhi's Ramlila Ground »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 12 avril 2013)
  14. PM writes to Ramdev, asks him not to go on hunger strike
  15. Baba Ramdev's fast looms over government
  16. (en) « Ramdev eviction: Advani and co pull an all-nighter in protest at Rajghat », Ndtv.com (consulté le 8 juin 2011)
  17. (en) « Swoop not sudden, cops trailed Baba Ramdev for 3 days - Economic Times », Economictimes.indiatimes.com (consulté le 8 juin 2011)
  18. (en) « Government activate plan to get Ramdev to Dehradun », Economictimes,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Indian police storm protest », (consulté le 7 juin 2011)
  20. (en) « 30 injured in police sweep at Ramlila Maidan - Times Of India », Articles.timesofindia.indiatimes.com (consulté le 8 juin 2011)
  21. (en) « Delhi kisi ke baap ki nahi hain: Ramdev - Rediff.com India News », Rediff.com (consulté le 8 juin 2011)
  22. Baba Ramdev targets Cong, Sonia; says agitation will continue.
  23. « indiablooms.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 12 avril 2013)
  24. CPI-M deplores police action against Ramdev
  25. It is an attack on democracy: BJP - The Economic Times>
  26. (en) « Anna to fast in support of Baba Ramdev », New Delhi, The Hindustan Times, (consulté le 6 juin 2011)
  27. (en) « NHRC issues notice to Centre, Delhi govt on Ramdev crackdown », New Delhi, The Hindu, (consulté le 6 juin 2011)
  28. Enraged Ramdev continues fast in Haridwar
  29. Baba Ramdev resumes fast in Haridwar, calls PM Sonia Gandhi's puppet.
  30. UP says no entry, shaken Ramdev fasts in Haridwar
  31. Doctors end Baba's anti-graft fast in Dehradun hospital
  32. (en) « Ramdev is linked with RSS says Lalu », Times Of India,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « The Hindu », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  34. (en) « Yes, we supported Ramdev », DNA,‎ (lire en ligne)
  35. (en) « Ramdev's Rs 1100 cr empire under scanner », IBN7 (consulté le 8 juin 2011)
  36. (en) « Meet India's political yoga star Swami Ramdev », http://www.dailytelegraph.com.au (consulté le 8 juin 2011)
  37. a b et c (en) « In the name of Ayurveda », The Hindu
  38. a et b (en) « How Karat-Ramdev War began »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ExpressIndia.com
  39. (en) « Guru accused of 'human bone' drug », bbc.co.uk, (consulté le 6 janvier 2010)
  40. (en) « The republic and the wayward rationalist », The Hindu, Chennai, India,‎ (lire en ligne)
  41. (en) « Yoga can cure AIDS: Ramdev », timesofindia.com (consulté le 20 décembre 2006)
  42. (en) « Yoga effect on AIDS? Swami Ramdev has 'proof' »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), moneycontrol.com (consulté le 21 mars 2007)
  43. (en) « I made no claims of curing AIDS: Ramdev », expressindia.com (consulté le 21 mars 2007)
  44. (en) « Gay is bad, chorus maulanas, saffron brigade & Church », DNA
  45. En Inde, la justice maintient une loi vieille de 153 ans pénalisant l'homosexualité, Julien Bouissou, Le Monde, 11 décembre 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]