Swahilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne un groupe humain. Pour la langue, voir swahili. Pour la variété de swahili officielle en Tanzanie, au Kenya et en Ouganda, voir Kiswahili.
Waswahili (sw)
Swahilis (fr)
Description de cette image, également commentée ci-après
Swahili de Zanzibar
Populations significatives par région
Drapeau de la Tanzanie Tanzanie 657 000
205 000[1]
Drapeau du Kenya Kenya 110 614 (2009)[2]
Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo 39 000
Drapeau de la Somalie Somalie 7 000
Population totale 1 326 000
Autres
Langues Swahili
Religions Islam (très majoritairement), Christianisme
Ethnies liées Autres peuple bantous

Les Swahilis forment un ensemble de peuples d'Afrique de l'Est parlant le swahili, une langue bantoue influencée par l'arabe. Outre la langue, ces peuples partagent une culture singulière. Ces peuples vivent dans une vingtaine de pays, principalement en Afrique de l'Est, dans les régions côtières et les îles du Kenya, de Tanzanie et du nord du Mozambique.

Ethnonyme[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe plusieurs variantes : Shirazi, Souahéli, Souahélis, Suaheli, Suaili, Swahili, Swahilis, Wasuaheli, Waswahili[3].

Le terme swahili provient du mot arabe sawāḥil, سواحل, pluriel de sāḥil, ساحل, signifiant « côte » ou « frontière ». Les Swahilis sont donc « les habitants des côtes ». En kiswahili, on utilise les termes : Mswahili, pluriel Waswahili, pour désigner aussi bien les locuteurs que les peuples swahilis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les swahilis jouèrent un rôle important tout au long de l'histoire africaine, notamment dans le commerce et la traite négrière. Aussi, au début des années 1880, quelques années avant colonisation européenne, ils étaient intégrés dans les rouages de nombreux États. Or ces organisations administratives pouvant, parfois, perdurer pendant la colonisation, les swahilis se retrouvent dans la hiérarchie de l'administration coloniale ; ainsi, le système des akida (chefs de district comprenant à la fois des chefs traditionnels et des swahilis), imaginé par les Allemands pour le Tanganyika[4].

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : swahili.

Ces populations parlent le swahili[5], qui est beaucoup utilisé comme langue véhiculaire, et la langue officielle du pays où ils se situent : anglais en Tanzanie et au Kenya, portugais au Mozambique, somalien en Somalie, et français aux Comores. Une partie des Swahilis, notamment situés sur la côte de l'océan indien, ont pour langue première le swahili.

Culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture swahilie.
Porte swahili à Lamu (Kenya)
Kitenge, tissu traditionnel porté par les femmes swahili

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Arabie Saoudite », sur L'aménagement linguistique dans le monde, Université Laval
  2. (en) Kenya Census 2009 : Ethnic affiliation [1]
  3. Source RAMEAU, BnF [2]
  4. Elikia M'Bokolo (et al.), Afrique noire : histoire et civilisations, tome 2, Du XIXe siècle à nos jours, Hatier-AUF, 2008 (3e éd.), (ISBN 978-2-218-75050-2).
  5. (en) Fiche langue (code «swh») dans la base de données linguistique Ethnologue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jan Knappert, Swahili culture, Edwin Mellen Press, Lewiston, NY, 2005, 2 vol. 721 p.
  • (en) Roman Loimeier et Rüdiger Seesemann (dir.), The global worlds of the Swahili : interfaces of Islam, identity and space in 19th and 20th-century East Africa, Lit, Berlin, 2006, 409 p. (ISBN 978-3-8258-9769-7)
  • (en) John Middleton, The world of the Swahili : an African mercantile civilization, Yale University Press, New Haven, 1992, 254 p. (ISBN 0300052197)
  • (fr) Pascal Bacuez, Contes swahili de Kilwa / Hadithi za kiswahili kutoka Kilwa (contes bilingues), L'Harmattan, 2000, 142 p. (ISBN 9782738497482)
  • Pascal Bacuez, De Zanzibar à Kilwa : relations conflictuelles en pays swahili, Peeters, Louvain, Paris, 2001, 259 p.
  • Xavier Garnier, Le roman swahili: la notion de littérature mineure à l'épreuve, Karthala, 2006, 242 p. (ISBN 9782845867550)
  • José Hamim Kagabo, L'Islam et les Swahili au Rwanda, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1988, 276 p. (ISBN 9782713209062)
  • Françoise Le Guennec-Coppens et David J. Parkin, Autorité et pouvoir chez les Swahili, Karthala, 1998, 262 p. (ISBN 9782865378692)
  • Franck Raimbault, Dar-es-Salaam : histoire d'une société urbaine coloniale en Afrique Orientale allemande (1891-1914), Université de Paris 1, 2007, 3 vol. 1240 p. (thèse)
  • Henry Tourneux et Edward Steere, Les nuits de Zanzibar : contes swahili, Karthala, 1999, 189 p. (ISBN 9782865370665)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :